Suite

Attribuer CRS au fichier de formes alors qu'il n'en a pas, dans R ?

Attribuer CRS au fichier de formes alors qu'il n'en a pas, dans R ?


Je pense qu'en utilisant readOGR pour importer un shapefile, il est inutile de mettre proj4string dans le script car si des coordonnées sont disponibles dans le shapefile, elles seront transportées via readOGR.

Par conséquent, proj4string n'est utile que si nous utilisons une autre fonction d'importation par exemplereadShapeSpatial(pour les polygones, les lignes ou les points) ou en utilisant readOGR, mais dans le cas où le shapefile ne contient pas les coordonnées/projection :

Lors de la vérification si le fichier de formes contient des informations de projection et si ce n'est pas le cas, dois-je ajouter proj4string bien que j'aie mis readOGR ?


Comme le déclare JeffreyEvans,lireOGRdurgdalLa bibliothèque importe un SCR s'il y en a un incorporé dans le shapefile. Vous pouvez vérifier par (exemple en utilisant un shp avec lequel j'ai joué):

proj4string(inde) # du package sp # [1] "+proj=longlat +datum=WGS84 +no_defs +ellps=WGS84 +towgs84=0,0,0"

Si cela revientN / Avous pouvez spécifier un SCR avec :

proj4string(Inde) <- CRS("+init=epsg:24383")

Vous pouvez obtenir les chaînes EPSG CRS à partir de http://spatialreference.org/

Pour répondre à votre question spécifique, oui, vous devez définir une projection si aucune n'est spécifiée.


Si l'on n'est pas certain du CRS à attribuer/définir, reportez-vous à l'article suivant :

Et si l'on veut reprojeter un objet spatial dans R, c'est-à-dire changer sa projection, alors référez-vous à :


Le monstre CRS malaisien

Les problèmes affectent les systèmes de coordonnées de référence (CRS) suivants :

  • Kertau (RSO) / RSO Malaya (m) (code EPSG 3168) utilisé dans la péninsule malaise
  • Timbalai 1948 / RSO Bornéo (m) (EPSG 29873) utilisé en Malaisie Bornéo
  • GDM2000 / Peninsula RSO (EPSG 3375), la nouvelle norme pour la péninsule
  • GDM2000 / East Malaysia BRSO (EPSG 3376), la nouvelle norme pour Bornéo

bien que je ne traiterai en détail que du premier d'entre eux.

1. Attention à l'imposteur :

ArcGIS a un CRS appelé Kertau RSO Malaisie (m) ainsi que celui appelé Kertau (RSO) RSO Malaisie (m). J'espère que tu as vu la différence ! Des noms très similaires pour deux choses différentes. Le second ("(RSO) RSO") est conforme à EPSG 3168. Le premier ne l'est pas : il a un datum différent, un ellipsoïde différent, un azimut différent, et une fausse abscisse différente il n'est conforme à rien. (Merci à Chee Pheng et aux gens de WCS Malaysia pour avoir vérifié cela.)

Si vous utilisez ArcGIS, faites très attention à ceux que vous utilisez : recherchez (RSO) RSO dans le nom. Vous pouvez vérifier un fichier de formes en ouvrant le fichier *.prj dans un éditeur de texte (par exemple, le Bloc-notes) et en regardant le début du WKT :

2. Deux noms, une projection

Ici il s'agit de deux noms très différents mais faisant référence à la même chose. Le Orthomorphique oblique rectifiée (RSO) est la même que la Hotine Mercator oblique projection.

En 1569, Geraldus Mercator a publié sa carte du monde, enroulant sa carte plate autour du globe de manière à ce qu'elle touche le long de l'équateur, la distorsion est minime à l'équateur mais augmente à mesure que vous vous éloignez vers le nord ou le sud. Enrouler le globe avec le papier touchant le long d'un méridien nord-sud est une meilleure solution si vous habitez loin de l'équateur : centrez votre carte sur le méridien de votre choix, en produisant un Mercator transverse carte. Si la zone que vous cartographiez ne s'étend pas du nord au sud, vous pouvez utiliser n'importe quel grand cercle comme ligne centrale, ce qui donne un Mercator oblique projection. D'abord utilisée pour la Suisse, la projection Oblique Mercator a été adaptée pour la Malaisie dans les années 40 par Martin Hotine, d'où le nom "Hotine Oblique Mercator". Mais Hotine lui-même l'a nommé "Rectified Skew Orthomorphic (RSO)", le terme encore généralement utilisé en Malaisie. Voir la note d'orientation EPSG 7-2.

Les deux noms posent problème lorsque les détails de la projection sont écrits au format Well-Known Text (WKT) pour les fichiers de formes. ArcGIS utilise le nom RSO, QGIS et R, Hotine Oblique Mercator. Le nom inclus dans le shapefile d'un programme n'est pas reconnu par un autre programme.

3. Le cas du gamma manquant

Pour utiliser la projection oblique de Mercator, vous devez spécifier la latitude et la longitude du centre de la carte et l'angle de la ligne centrale au centre de la carte. Il s'agit de l'azimut en WKT, +alpha en notation proj4.

Les points sont ensuite mappés sur une grille u-v, u étant la distance le long de la ligne médiane et v la distance depuis la ligne médiane. Dans la plupart des cas, u = 0 correspond au centre de la carte, mais Hotine a choisi de définir u = 0 au point où la ligne médiane croise l'équateur, car cela simplifie les calculs cela est indiqué dans WKT en ajoutant _Natural_Origin au nom de la projection et dans proj4 avec +no_uoff .

Les coordonnées sur la grille u-v doivent ensuite être tournées pour donner la grille x-y habituelle (il s'agit du bit "Rectify" dans RSO). Si u = 0 est le centre de la carte, la rotation requise est donnée par l'Azimut. Mais si u = 0 est à l'équateur, la rotation n'est pas la même, et doit être spécifiée : c'est "XY_Plane_Rotation" ou "rectified_grid_angle" dans WKT, +gamma dans le jargon proj4. La différence entre +alpha et +gamma n'est que de 0,1 degré, mais cela correspond à une erreur de plus de 1 km sur la longueur de la péninsule malaise.

Lorsque QGIS et R enregistrent des fichiers de formes, le fichier *.prj ne spécifie pas "XY_Plane_Rotation" ou "rectified_grid_angle".

Cependant, QGIS enregistre un fichier *.qpj supplémentaire au même emplacement que le fichier *.shp, et celui-ci contient les bons paramètres et les codes EPSG. Lorsque QGIS ouvre un fichier de formes, il utilise le fichier *.qpj au lieu de *.prj, il se lit donc correctement.

Lorsqu'un fichier de formes est ouvert dans R avec rgdal::readOGR , il examine le fichier *.prj et +gamma est tout simplement manquant, que le fichier de formes provienne de QGIS ou d'ArcGIS. Si le fichier *.prj est supprimé et le fichier *.qpj renommé en *.prj, +gamma est lu correctement.

Étant donné que +gamma n'est pertinent que pour les projections malaisiennes, l'oubli est compréhensible (sinon pardonnable).


Les arguments overwrite_layer et delete_dsn ne sont fournis qu'aux rédacteurs de scripts expérimentés qui doivent pouvoir détruire des données, par exemple lors d'exécutions de simulations répétitives. Ils ne doivent jamais être utilisés par quiconque n'est pas sûr de pouvoir supprimer des fichiers.

En corrigeant un bogue dans la gestion correcte des géométries de polygones SFS dans la version 1.1-1, un autre bogue a été introduit affectant les cas de sortie wkbPolygon (pas wkbMultiPolygon) où l'état du trou SFS dans l'objet de sortie était (correctement) défini dans le commentaire sur Polygones objets. L'erreur ne se produisait que lorsque tous les objets Polygons avaient un anneau extérieur et zéro ou plusieurs anneaux intérieurs. L'erreur a conduit au cumul des coordonnées des anneaux, car les anneaux n'ont pas été vidés avant d'attribuer l'anneau suivant. La version 1.1-2 corrige l'erreur grâce à JamesWorrall pour un rapport de bug complet https://stat.ethz.ch/pipermail/r-sig-geo/2015-December/023796.html.


3 réponses 3

Premièrement, il n'y a pas de monstres officiels (comme dans, publiés par WotC) avec un CR supérieur à 30.

Les règles pour créer des monstres sont à la page 273 du DMG. Bien qu'il n'y ait pas de déclaration explicite selon laquelle les monstres sont limités à CR 30, toutes les tables et règles de création de monstres qui dépendent de CR ne vont qu'à 30.

Le MD peut (comme toujours) faire ce qu'il veut, mais pour créer un monstre avec un CR supérieur à 30, il devra inventer beaucoup de nombres. Par exemple, les points d'expérience pour le vaincre.

D'un autre côté, la partie la plus difficile pour créer un monstre de CR >30 serait en fait de lui attribuer un CR. La majorité des directives de création de monstres concernent l'attribution d'un CR au monstre.

Pour faire court, tout ce à quoi votre ami pense est soit un homebrew, du matériel tiers ou quelque chose d'une édition précédente.


3 commentaires

Vous pouvez également rechercher Texas dans la liste

FIPS 4204 est probablement NAD1983 selon https://epsg.io/102740, mais je peux me tromper.

Dans 7.14, les fichiers .prj sont utilisés pour définir les crs, voir les notes de version 7.14 :

Définir le système de référence de coordonnées à partir du fichier Shape

Spotfire est désormais capable de définir automatiquement des systèmes de référence de coordonnées en reconnaissant les formats de projection (fichier .prj) associés aux fichiers Shape.

J'ai le même problème. J'ai une couche de carte dans les coordonnées géographiques WGS84 et une autre couche de carte dans FIPS 4204 - Texas State Plane utilisant la projection conique conforme de Lambert avec de fausses abscisses et ordonnées spécifiques. Toutes les informations de projection se trouvent dans le fichier shapefile .prj. Comment puis-je savoir si Spotfire prend en charge ce CRS et comment il s'appelle dans Spotfire ?


Introduction au fichier de forme des puits de pétrole et de gaz : KYOG

Certains liens dans ce document nécessitent une connexion active au Web. Cette version de la documentation a été préparée pour être distribuée avec les cartes pétrolières et gazières du Kentucky sur CD-ROM toutes les références à "kyog_*" s'appliquent au fichier de formes ogwells.

Droits d'auteur

Les données et les images de cette distribution sont protégées par le droit d'auteur (2005, 2006, 2007, 2008) du Kentucky Geological Survey, Université du Kentucky. L'utilisateur a le droit d'utiliser ces données pour produire des cartes, des graphiques et des rapports. L'utilisateur de ces données a en outre le droit de fournir des copies des fichiers de formes de données de puits de pétrole et de gaz inclus comme décrit dans ce document à condition :

  1. Les données sont distribuées sous leur forme originale, telles qu'elles ont été acquises auprès du Kentucky Geological Survey ou téléchargées à partir de son site Web.
  2. Cette documentation, y compris l'avis de droit d'auteur et la clause de non-responsabilité, est fournie sans modification.

Si vous avez acquis ces données d'un tiers, le Kentucky Geological Survey vous invite à visiter notre site Web.

Avertissement

Les données de ce fichier sont présentées telles quelles, sans aucune garantie expresse ou implicite quant à l'exhaustivité ou à l'exactitude de tout emplacement ou état du puits. Les données enregistrées au Kentucky Geological Survey sont soumises par les exploitants de puits conformément aux exigences établies par la loi révisée du Kentucky 353. Le statut de production ou d'abandon de tout puits dépend du type d'achèvement déclaré par l'exploitant sur le journal de puits et le rapport disponibilité d'un affidavit de branchement, et sur d'autres informations ou cartes archivées au Centre d'information publique de la Commission géologique du Kentucky.

Certains puits de la base de données ont des emplacements en double (parfois plus d'un puits à un emplacement donné). Comme dans le cas des reconditionnements et des approfondissements de puits existants, cela est voulu. Cependant, lors de la récente conversion de notre base de données vers un nouveau logiciel sur un nouveau serveur, certains emplacements valides ont été dupliqués par inadvertance vers des puits qui n'ont pas d'emplacement. Ces puits sont en cours d'identification et de correction. Suspectez une duplication invalide s'il y a beaucoup plus de quatre ou cinq entrées à un emplacement donné et que l'emplacement se trouve au milieu d'une section de coordonnées Carter de 1 minute ou de 5 minutes ou au milieu d'un quadrilatère de 7,5 minutes. Votre aide dans cette affaire est demandée et appréciée.

Millésime de données

Les données sur les puits de pétrole et de gaz incluses dans cette distribution sont généralement mises à jour sur une base hebdomadaire. Pour déterminer la date de la dernière mise à jour des données sur les puits de pétrole et de gaz, vérifiez la date d'extraction dans le fichier kyog_info.txt inclus avec chaque distribution de données. Les utilisateurs sont invités à accéder aux fichiers de forme de localisation des puits de pétrole et de gaz du Kentucky et à s'abonner au flux RSS pour être avertis lorsque des mises à jour sont téléchargées.

Une note sur les puits inclus dans cette distribution

Les puits de cette distribution comprennent uniquement les puits pour lesquels un emplacement de coordonnées Carter complet est disponible, c'est-à-dire uniquement les puits pour lesquels la latitude et la longitude peuvent être calculées. Pour la plupart des régions du Kentucky, il existe des puits pour lesquels nous n'avons pas suffisamment de données de localisation pour déterminer la latitude et la longitude. Pour obtenir des données pour les puits pour lesquels seuls le comté, le quadrilatère de 7,5 minutes ou les coordonnées partielles de Carter sont connus, des copies des données électroniques doivent être obtenues.

Quoi de neuf

V14 : Mettre à jour la documentation le 19 avril 2017, ajouter des informations sur le type de puits WSW.

V14 : La mise à niveau du logiciel ESRI vers ArcGIS 10.1 nécessite une réécriture complète et une nouvelle implémentation du logiciel d'extraction et de téléchargement de données, OGExtractor. Pour continuer à mettre à jour les fichiers de forme en temps opportun, l'utilitaire OGExtractor a été supprimé et les données de localisation des puits sont en cours de traitement via une connexion directe entre ArcMap 10.1 et les serveurs de données KGS. Tous les efforts ont été faits pour produire des distributions de données identiques qui sont complètement compatibles avec les données précédentes, mais il est possible que quelques changements mineurs soient notés.

V13 : Les conventions de nommage des fichiers ont été modifiées pour être conformes aux exigences du moteur de base de données Microsoft Jet. Les données d'attributs de puits de pétrole et de gaz peuvent désormais être importées ou liées à une base de données Access sans copier ni renommer aucun fichier.

V12 : En raison de la recrudescence des permis et du forage de puits horizontaux, en particulier les tests de Devonian Ohio et de New Albany Shale, un nouveau champ a été ajouté à la table attributaire. Bore_type est maintenant disponible pour indiquer si le puits est un puits vertical conventionnel, dévié ou horizontal. L'URL du dossier DjVu des images des enregistrements numérisés disponibles pour un puits est désormais incluse.

V11 : Cette version représente un reformatage et une mise à niveau majeurs du fichier de forme. Avec l'aide à la programmation fournie par Bryan Bunch de l'Office of Information Systems, Kentucky Environmental and Public Protection Cabinet, une méthode a été mise en œuvre pour permettre la mise à jour du fichier de forme plus rapidement (quotidiennement ou hebdomadairement). Le fichier de forme est fourni en deux versions : kyog_dd est projeté en degrés décimaux de latitude et de longitude, NAD83 kyog_1z est projeté dans la zone unique du plan de l'état du Kentucky (NAD83 uniquement). Les noms de champs, les valeurs et l'ordre dans la base de données ont changé.

V10 : Ensemble de données mis à jour avec de nouveaux puits autorisés et achevés jusqu'au 10 mai 2005. Ajout du champ de données SAMPLES pour indiquer la disponibilité des déblais et des carottes à la bibliothèque d'échantillons et de carottes du puits du Kentucky.

V9 : Ensemble de données provisoire, pas pour diffusion publique.

V8 : Données mises à jour avec de nouveaux puits autorisés et achevés jusqu'au 8 avril 2004. Ajout du fichier de projection ArcView/ArcGIS (kyog83v8.prj) et du fichier de métadonnées ArcGIS. La documentation a été convertie au format html compatible avec la plupart des navigateurs Web.

V7 : Données mises à jour avec de nouveaux puits autorisés et complétés jusqu'au 6 février 2003. Champ IOF_IP ajouté. Révisions de localisation intégrées, une erreur de calcul affectant environ 1 000 puits a été découverte et corrigée. L'ancien centre de données géologiques de l'enquête est maintenant connu sous le nom de centre d'information publique.

V6 : Données mises à jour avec de nouveaux puits autorisés et complétés jusqu'au 7 novembre 2002. Champ d'élévation ajouté. Inclut les emplacements de puits abandonnés (expirés ou annulés, c'est-à-dire les permis « terminés »).

V5 : Données mises à jour avec de nouveaux puits autorisés et complétés jusqu'au 10-oct-2001.

V4 : Des champs de données de localisation régionales ont été ajoutés pour fournir des capacités de recherche étendues plus faciles : les noms de comté et de topographie et la section de coordonnées Carter, la lettre et le numéro.

V3 : Cette distribution contient davantage de données d'identification (opérateur, numéro de puits et nom de la ferme) qui permettront aux utilisateurs de mieux accéder aux dossiers de puits conservés dans les dossiers du Centre d'information public du Kentucky Geological Survey. Les données d'achèvement des puits et leur statut d'abandon sont également incluses.

Données de production

Des données limitées sur la production par puits sont disponibles sur le site Web de la Division du pétrole et du gaz du Kentucky. Les données sur la production de pétrole et de gaz par comté sont disponibles dans la bibliothèque d'informations techniques de la Division.

Données

Les deux fichiers de formes sont projetés à l'aide du système de référence nord-américain de 1983. Les données de localisation dans les attributs fournis dans les deux fichiers de formes incluent la latitude et la longitude dans les deux systèmes de référence nord-américains de 1927 et 1983 (NAD27 et NAD83). Le fichier de formes kyog_dd.shp a été créé en utilisant les valeurs d'emplacement des deux champs : Rec_Lat83 et Rec_Lng83. Les fichiers d'attributs (*.dbf) de l'un ou l'autre des fichiers de formes peuvent être chargés dans ArcView sous forme de table, et les champs "Rec_Lat27" et "Rec_Lng27" peuvent être utilisés pour créer un fichier de formes projeté sur la référence NAD27. La latitude et la longitude sont exprimées en degrés décimaux pour les deux références. Par convention, la longitude ouest est exprimée en nombre négatif.

Données cartographiques de base

Une note sur les échantillons disponibles

Le Kentucky Geological Survey gère la bibliothèque d'échantillons de puits et de carottes où les échantillons acquis pendant le forage ou la tarière sont catalogués et stockés. Ces échantillons sont disponibles pour inspection et analyse limitée. Pour plus d'informations, consultez le site Web ou appelez Patrick Gooding ou Ray Daniel au 859-389-8810.

Composants du fichier de formes KYOG_*

À l'exception de leurs projections, les fichiers de formes kyog_dd et kyog_1z ont les mêmes composants que ceux distribués. Pour plus de simplicité, la documentation fera référence aux fichiers de forme appropriés en tant que KYOG_* où l'astérisque fait référence au suffixe spécifiant la projection.

KYOG_* est un fichier d'archive compressé contenant un fichier de formes ArcView qui fournit une introduction et un aperçu des données sur les puits de pétrole et de gaz disponibles dans le Kentucky. Ce fichier de formes a été créé à l'aide de services disponibles via ActiveX, SQL et ArcGIS 9.1. Ces données peuvent être visualisées avec ArcView, ArcExplorer ou tout logiciel prenant en charge les fichiers de formes. ArcExplorer est une visionneuse gratuite disponible en téléchargement sur le site (visité le 10 mai 2005).

Le fichier de formes kyog_* contient des données pour près de 150 000 emplacements de puits de pétrole et de gaz dans le Kentucky et se compose de sept fichiers distincts :

  • kyog_*.AVL (un fichier de légende ArcView, non requis pour le traçage, peut ne pas différencier tous les types de puits)
  • kyog_*.DBF (le fichier d'attributs de données, qui peut être importé dans Access, etc.)
  • kyog_*.LYR (un fichier de couche ArcGIS, non requis pour le traçage, attribue des symboles standard à tous les types de puits)
  • kyog_*.PRJ (fichier de projection ESRI pour les systèmes SIG qui reconnaissent automatiquement les données de projection)
  • kyog_*.SBN
  • kyog_*.SBX
  • kyog_*.SHP
  • kyog_*.SHX ou kyog_1z.htm : fichier de métadonnées de style FAQ à utiliser dans un navigateur Web standard. Selon le fichier que vous avez téléchargé, l'un de ces liens ne fonctionnera pas.
  • ogwells.htm (ce fichier de documentation, ouvert avec un navigateur Web - Internet Explorer, Netscape ou autre)
  • kyog_info.TXT -- vérifier la date d'extraction et le nombre d'enregistrements traités dans ce fichier pour déterminer quand les données sur les puits de pétrole et de gaz ont été mises à jour pour la dernière fois et combien d'enregistrements sont fournis

Importation du fichier *.dbf dans Microsoft Access

Avec Microsoft Access 2013, Microsoft a abandonné la prise en charge des fichiers au format dBase. Le composant *.dbf dans les fichiers de forme qui contiennent les données d'attribut de puits de pétrole et de gaz ne peut pas être ouvert ou importé directement dans une base de données Access. Pour importer les données dans Access, ouvrez d'abord le fichier *.dbf avec Excel 2013 (vérifiez que tous les enregistrements ont été récupérés). Enregistrez le fichier Excel (format *.xlsx). Le fichier Excel peut être ouvert ou importé dans Access.

Selon la loi de l'État, les données des puits autorisés comme tests stratigraphiques sont tenues confidentielles en permanence, à moins que les informations ne soient divulguées par l'opérateur directement à la Commission géologique du Kentucky et désignées par l'opérateur pour être accessibles au public. Les puits désignés par "STR" dans le fichier de données ont été rendus publics. Lorsque des données électroniques sont fournies sous forme de listes ou de bases de données, ces tests stratigraphiques rendus publics sont désignés par "STRP". Pendant un certain temps, un opérateur a été autorisé à convertir un puits foré en tant que test stratigraphique à une autre fin. Cette pratique a conduit à la production de puits pour lesquels aucune information n'était accessible au public. Pour éliminer cela, une politique a été adoptée selon laquelle tous les puits autorisés comme tests stratigraphiques doivent être bouchés et aucune conversion n'est autorisée. Ainsi, il peut y avoir quelques tests stratigraphiques pour lesquels un intervalle de production est signalé, ces puits sont supposés être abandonnés.

Ressources de données de puits numériques au Kentucky Geological Survey

Des détails supplémentaires pour chaque puits sont disponibles sous forme électronique. Des sous-ensembles de données peuvent être spécifiés. Les données de puits peuvent être sélectionnées en fonction des comtés, des coordonnées Carter, du quadrilatère, des zones délimitées par la latitude et la longitude, la profondeur de pénétration, les enregistrements disponibles et d'autres paramètres. Par exemple, une base de données des puits dans les comtés de Leslie et Perry qui pénètrent dans le schiste du Dévonien ou des zones plus profondes et ont des journaux de lithodensité peut être créée. Les données sont diffusées par courrier électronique. Pour les bases de données plus volumineuses, les informations peuvent être écrites sur CD-ROM ou publiées sur un site ftp anonyme pour téléchargement.

Il y a des frais pour certaines demandes de données d'enregistrement de puits numériques qui ne peuvent pas être facilement accomplies via les services en ligne de puits de pétrole et de gaz du Kentucky Geological Survey. Pour plus d'informations et le coût de ces services, contactez Carrie Pulliam ou par téléphone au 859-323-0543. MasterCard et VISA sont acceptés.

Registres en ligne des puits de pétrole et de gaz

Le Kentucky Geological Survey a mis en place une fonction de recherche en ligne des données sur les puits de pétrole et de gaz. Les données sont accessibles à l'aide d'une sélection de requêtes prédéfinies ou via un service cartographique interactif. Des images numérisées des enregistrements de puits de pétrole et de gaz, des journaux électriques et géophysiques (images et fichiers LAS), des données de production et des sommets stratigraphiques sont disponibles pour la visualisation, l'impression ou le téléchargement. De plus amples informations sur ces services sont disponibles sur le site Web de KGS. Pour les utilisateurs novices, des fichiers de didacticiel et d'aide sont disponibles en ligne. Le plug-in de navigateur gratuit DjVu est requis pour afficher les enregistrements en ligne et les fichiers de documentation en ligne incluent des instructions sur le téléchargement et l'installation de DjVu.

En plus des applications interactives de requêtes et de serveurs cartographiques, le Kentucky Geological Survey a mis en place les services suivants :

    : C'est la passerelle vers une variété de serveurs de cartes interactives mis en œuvre par les gouvernements des États, des comtés et des villes. Un index des noms géographiques et d'autres options sont disponibles pour localiser une zone d'intérêt. : cet outil fournit une méthode pour effectuer des conversions de coordonnées et des changements de référence qui incluent la zone unique du plan de l'état du Kentucky et les emplacements de la grille de coordonnées Carter. : De nouvelles réglementations exigent que les cartes des lignes de collecte soient soumises à la Division du pétrole et du gaz du Kentucky. Cet outil est fourni pour aider les opérateurs sans logiciel de systèmes d'informations géographiques à se conformer à la réglementation. Pour plus d'informations et les formulaires de demande, voir KAR 1:190.

Plus d'information

Si vous avez des questions ou des problèmes, contactez :

Brandon C. Nuttall
Commission géologique du Kentucky
228 MMRB
Université du Kentucky
Lexington, Kentucky 40506-0107


Fichiers raster¶

Le package raster peut lire et écrire plusieurs formats de fichiers raster.

En lisant¶

Encore une fois, nous devons obtenir un nom de fichier pour un fichier exemple.

Notez que r1 est un RasterLayer de la première « bande » (couche) du fichier (sur trois bandes (couches)). Nous pouvons demander une autre couche.

Plus généralement, vous voudriez que tous les calques soient dans un seul objet. Pour cela, vous pouvez utiliser la fonction brique.

Ou vous pouvez utiliser stack , mais c'est moins efficace dans la plupart des cas.

La même approche s'applique aux autres formats de fichiers raster, notamment les formats GeoTiff, NetCDF, Imagine et ESRI Grid.


Attribuer un SCR¶

Parfois, nous avons des données sans CRS. Cela peut être dû au fait que le fichier utilisé était incomplet, ou peut-être parce que nous avons créé nous-mêmes les données avec le code R. Dans ce cas, nous pouvons attribuer le CRS si nous savons ce que cela devrait être. Ici, je supprime d'abord le CRS de pp, puis je le redéfinis.

Notez que vous devez ne pas utiliser cette approche pour changer le SCR d'un ensemble de données par rapport à ce qu'il est à quoi tu veux que ce soit. Attribuer un SCR, c'est comme étiqueter quelque chose. Vous devez fournir l'étiquette qui correspond à l'article. Pas à ce que vous voudriez qu'il soit. Par exemple, si vous étiquetez un vélo, vous pouvez écrire « vélo ». Peut-être préféreriez-vous une voiture, et vous pouvez étiqueter votre vélo comme « voiture », mais cela ne vous servirait à rien. C'est encore un vélo. Vous pouvez essayer de transformer votre vélo en voiture. Ce ne serait pas facile. La transformation des données spatiales est plus facile.


Affectation de CRS pour un arpentage DXF importé

J'ai un arpentage résidentiel au format DXF que j'aime importer et aligner avec certaines cartes de base. Les cartes de base utilisent CRS EPSG:26918 NAD83/UTM zone 18N.

J'ai réussi à importer le DXF dans QGIS sans problème, mais j'ai des difficultés à l'aligner sur les autres couches de la carte. Je me suis renseigné sur le CRS du DXF, et on m'a dit qu'il a des unités de pieds et est tourné vers un relèvement magnétique, mais n'est associé à aucun CRS publié.

Après des recherches approfondies, je *pense* devoir définir un CRS personnalisé, mais je ne suis pas sûr de ce point. J'ai trouvé comment créer un SCR personnalisé et l'appliquer au groupe de calques importé, mais les modifications que j'apporte à la définition du SCR (modification, disons, lat_0 ou x_0) ne semblent pas avoir d'effet sur la carte rendue.

L'intuition me dit que cela devrait être un flux de travail assez simple, mais je suis perplexe. Je sais que je peux pixelliser et géoréférencer, mais je préfère conserver les détails vectoriels contenus dans le DXF. Quelqu'un pourrait-il m'indiquer la bonne direction à partir d'ici ?


Système de coordonnées de référence¶

Plus tôt, nous avons parlé de la bibliothèque JTS qui fournit notre modèle de données pour la géométrie. C'est la vraie science des fusées pour la création de cartes - l'idée d'une forme et suffisamment de mathématiques pour en faire quelque chose d'amusant. Mais il y a une question à laquelle nous n'avons pas encore répondu : que signifie une géométrie ?

Vous pensez peut-être que je plaisante, mais la question est sérieuse. Une géométrie n'est qu'un ensemble de mathématiques (un ensemble de points au sens mathématique du terme). Ils n'ont aucun sens en eux-mêmes.

Un exemple plus simple est le chiffre 3. Le chiffre 3 n'a pas de sens en soi. Ce n'est que lorsque vous attachez une « unité » que le chiffre 3 peut représenter un concept. 3 mètres. 3 pieds. 3 dizaines d'années.

Afin de donner un sens à une géométrie, nous devons savoir ce que signifient ces points individuels. Nous devons savoir où ils se trouvent – ​​et la structure de données qui nous le dit s'appelle le système de référence de coordonnées.

Le système de coordonnées de référence définit pour nous quelques concepts :

Il définit l'axe utilisé – ainsi que les unités de mesure.

Ainsi, vous pouvez mesurer la latitude en degrés à partir de l'équateur et la longitude en degrés à partir du méridien de Greenwich.

Ou vous pouvez avoir x mesuré en mètres et y mesuré en mètres, ce qui est très pratique pour calculer des distances ou des surfaces.

Il définit la forme du monde. Non, vraiment, tous les systèmes de référence de coordonnées n'imaginent pas la même forme du monde. Le CRS utilisé par Google prétend que le monde est une sphère parfaite, tandis que le CRS utilisé par "EPSG:4326" a une forme différente en tête - donc si vous les mélangez, vos données seront dessinées au mauvais endroit.

En tant que programmeur, je considère l'idée du système de référence de coordonnées comme un bon hack. Tout le monde parle vraiment de points dans l'espace 3D ici - et plutôt que d'avoir à enregistrer x,y,z tout le temps, nous trichons et n'enregistrons que deux points (lat,lon) et en utilisant un modèle de la forme de la Terre pour pour calculer z.

Codes EPSG¶

Le premier groupe qui s'est suffisamment intéressé à ce sujet pour l'écrire sous forme de base de données était le European Petroleum Standards Group (EPSG). La base de données est distribuée dans Microsoft Access et est portée dans toutes sortes d'autres formes, y compris le jar gt-hsql inclus avec GeoTools.

Projection EPSG 4326 - WGS 84

C'est le plus gros : les informations mesurées par latitude/longitude en utilisant des degrés décimaux.

Visualisation populaire CRS / Mercator

Le code officiel de la projection « Google map » utilisé par de nombreuses applications de cartographie Web. C'est bien de prétendre que le monde est une sphère (ça rend vos calculs très rapides). Cependant, cela semble vraiment étrange si vous dessinez un carré à Oslo.

Exemple de projection de « superficie égale » pour la côte ouest du Canada. Les axes sont mesurés en mètres, ce qui est pratique pour calculer la distance ou la surface.

Ordre des axes¶

Lorsque vous naviguez par étoiles, vous pouvez déterminer la latitude en fonction de l'angle par rapport à l'étoile du nord, mais vous devez deviner la longitude en fonction du nombre de jours de voyage. D'où l'ordre y/x.

C'est aussi là que je dois faire des excuses publiques. En tant qu'informaticiens, nous en avons parfois marre lorsque nous travaillons dans un domaine où « ils se trompent ». La création de cartes en est un exemple. Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, les cartes enregistraient toujours la position en latitude, suivie de la longitude, c'est-à-dire avec l'axe nord-sud en premier et l'accès est-ouest en second. Lorsque vous dessinez cela sur l'écran rapidement, il semble que le monde soit de côté car les coordonnées sont en "y/x" pour ma façon de penser et vous devez les échanger avant de dessiner.

Nous sommes tellement habitués à travailler dans l'ordre x/y que nous finirions par supposer que c'était censé être ainsi – et nous nous battons depuis avec les créateurs de cartes.

Donc, si vous voyez des données dans "EPSG:4326", vous ne savez pas si elles sont dans l'ordre x/y ou dans l'ordre y/x.

Nous avons finalement trouvé une alternative plutôt que EPSG:4326, nous sommes censés utiliser urn:ogc:def:crs:EPSG:6.6:4326 . Si jamais vous voyez cela, vous pouvez être sûr que a) quelqu'un sait vraiment ce qu'il fait et b) les données sont enregistrées exactement dans l'ordre défini par la base de données EPSG.