Suite

23.5 : Préface et Remerciements - Géosciences

23.5 : Préface et Remerciements - Géosciences


23.5 : Préface et Remerciements - Géosciences

Prologue, Dédicace, Introduction, Prélude, Préface, Avant-propos et Remerciements - Comment choisir

Lors de la rédaction d'un livre, qu'il s'agisse d'un livre de fiction ou de non-fiction, d'un roman ou d'un petit livre électronique, l'auteur doit choisir les informations générales à inclure au début. Souvent, l'éditeur aura aussi quelque chose à dire. Certains auteurs mettent tout en œuvre et ont de nombreuses pièces de style intro différentes, mais il faut être prévenu que si vous allez trop loin au début, les lecteurs seront souvent confus. Pourtant, il est bien connu que si vous vous lancez directement, vous risquez en effet de dérouter encore plus le lecteur.

Alors, comment choisit-on comment appeler les informations de départ et comment étiqueter ces écrits pré-chapitres ? Peut-être avez-vous vu beaucoup de ces pages typiques de pré-chapitre dans les livres que vous avez lus ?

  • Prologue
  • Dévouement
  • introduction
  • Prélude
  • Préface
  • Effronté
  • Remerciements

Cette stratégie a fonctionné pour cette œuvre particulière bien qu'elle ne soit pas conseillée, en choisir 2 ou 3 a du sens et si vous pensez qu'il y a quelque chose de très important à dire peut-être 4. Si l'œuvre est la deuxième ou la troisième d'une série, par exemple un roman de fiction " trilogie", alors vous devez mettre le lecteur au courant ou s'il s'agit d'un cinquième ajout ou d'un ajout ultérieur à une œuvre de non-fiction, cela pourrait également être une raison pour dépasser 4 pièces pré-chapitres.

Vous devez bien sûr être fatigué de surcharger le lecteur ou de ressembler à un écrivain prolixe, car cela nuira à votre travail. Pour de nombreux auteurs, « introduction » ou « préface » semble trop simple et ils préfèrent donc utiliser d’autres mots. Une page de dédicace est toujours une décision intelligente, car elle montre que l'auteur est en pleine faculté, avec ses amis et sa famille et qu'il est dûment ancré dans la société.

Les remerciements peuvent être utilisés à la place d'une page de dédicace ou combinés, bien que cela n'enlève certainement pas les deux. Peut-être pour remercier votre mère, votre père, votre femme et vos enfants ou quelqu'un qui est la seule source d'inspiration d'un tel travail, tandis que les remerciements peuvent inclure tous ceux qui ont contribué ou sont des collègues dignes avec lesquels vous discutez régulièrement de telles informations. Il est normal de se charger complètement des remerciements, mais une page de dédicace concerne davantage la bonne utilisation des espaces blancs et 2-3 lignes faisant preuve d'intelligence émotionnelle et de sincérité, voire d'empathie directe.

Pour les livres électroniques abrégés (moins de 150 pages), plus de quatre composants pré-chapitres sont terminés. Ce n'est pas approprié, comme appeler quelqu'un pour un premier rendez-vous avant la période de deux jours. Il y a des cas où 5 composants pré-chapitre ou plus sont appropriés, mais pas beaucoup et quatre sont généralement considérés comme corrects. Si vous allez avoir plus que cela, assurez-vous qu'il y a une bonne raison et faites-les compter.


Remerciements

Les textes préliminaires de ce livre ont été rédigés dans le cadre du programme d'amélioration de l'enseignement de l'Université de Californie à Santa Barbara (UCSB) avec le financement des UC Regents. Dans leur forme originale, ces textes ont été conçus pour fonctionner comme un programme de rattrapage en ligne à l'usage des étudiants transférés entrants au département de musique de l'UCSB. Le Dr Andre Mount a rédigé les textes préliminaires avec les conseils détaillés du Dr Lee Rothfarb. Le Dr John Hajda a fourni une contribution éditoriale et un soutien administratif.

Le projet n'a jamais été déployé pour son objectif initial et le Dr Mount a commencé à réviser, reformater et compléter les textes en 2016, transformant le matériel en un manuel de théorie musicale REL avec Open SUNY Textbooks. En développant ce livre pour publication, Allison Brown (Directrice des services de publication numérique à la Milne Library, SUNY Geneseo) a joué un rôle déterminant. Son expertise en édition numérique et sa patience pour répondre à toutes les exigences idiosyncratiques de ce livre étaient indispensables. Ce processus a également été facilité par son inclusion dans un programme pilote via Rebus Community, et nous sommes également reconnaissants à Zoe Wake Hyde et Apurva Ashok pour leur générosité et leur contribution continue à chaque étape du processus de publication numérique. Nous sommes également profondément redevables au Dr Benjamin Graf, Dr William Pfaff, Dr Toby Rush et Dr Rachel Short, pairs évaluateurs dont l'attention inlassable aux détails et les nombreux commentaires ont contribué à renforcer ce livre à tous égards.

Une grande partie du travail impliqué dans la production d'un livre comme celui-ci réside dans la recherche d'exemples appropriés pour illustrer les divers sujets abordés. À cet égard, nous sommes redevables au travail du Dr Timothy Cutler (Cleveland Institute of Music) dont Base de données de théorie musicale sur Internet était des plus utiles. En révisant les textes initiaux pour publication en tant que manuel, nous nous sommes efforcés d'aider à rééquilibrer le canon des compositeurs représentés dans les discussions traditionnelles sur la musique et la théorie de l'art occidental tonal. Environ la moitié des exemples inclus dans ce livre sont des femmes ou des compositeurs de couleur. Molly Murdock et Ben Parsell ont fait de grands progrès sur ce front et nous sommes reconnaissants pour le travail de base inspirant qu'ils ont fourni via leur site. Exemples de théorie musicale par des femmes.


Comment utiliser ce livre

Ce livre a été écrit et conçu avec un certain nombre de différents types d'étude à l'esprit. Les sujets inclus, par exemple, correspondent au contenu couvert dans une séquence typique de théorie musicale de premier cycle, mais ce livre convient également à une étude indépendante. Les chapitres sont séquencés pour donner une idée du flux logique des idées rudimentaires à des sujets plus complexes sur le plan conceptuel. Les nouveaux arrivants bénéficieront donc probablement de la lecture des chapitres dans l'ordre. Dans le même temps, tous les efforts ont été faits pour maintenir la cohérence des chapitres individuels tout en dirigeant le lecteur vers des développements sur certains sujets ailleurs dans le livre chaque fois que nécessaire. Cela permettra aux instructeurs de regrouper les chapitres de différentes manières pour s'adapter au rythme de leurs propres cours, tout en s'adaptant également aux étudiants avancés cherchant à ne réviser que certains sujets.

Comme pour la plupart des disciplines analytiques en sciences humaines, il existe d'innombrables approches pour étudier la théorie musicale. De même, il existe souvent plusieurs façons d'entendre et d'analyser un passage particulier. Pour la plupart, ce livre est conforme aux idées et aux vocabulaires dominants, mais des terminologies et des interprétations alternatives sont incluses dans des pages d'information décalées, le cas échéant.

L'un des objectifs sous-jacents de ce livre est de démontrer l'extraordinaire connectivité entre l'analyse et l'expérience musicale réelle. Pour ce faire, nous avons inclus des centaines d'exemples de compositions réelles pour démontrer - et dans certains cas problématiser - les idées discutées ici. La facilité d'un individu à analyser différents types de musique affectera à la fois son expérience en tant qu'auditeur et sa sensibilité en tant qu'interprète. De même, son développement en tant qu'interprète sera une aide précieuse dans sa capacité à analyser la musique rapidement et d'une manière cohérente avec l'expérience réelle. Il est beaucoup trop facile de perdre la trace de l'audible lors de l'étude de la théorie musicale, en se concentrant uniquement sur la mémorisation des listes de conventions et de la terminologie qui les accompagne. Pour forger un lien actif entre l'analyse, la performance et l'écoute, le lecteur est donc encouragé à porter une attention particulière à chaque exemple musical inclus dans le texte. Les lecteurs doivent écouter attentivement les sons musicaux et leurs relations les uns avec les autres en jouant/chantant eux-mêmes les exemples ou en écoutant les enregistrements audio inclus dans la version en ligne du livre.

Chaque chapitre comprend également un certain nombre d'activités et d'exercices conçus pour approfondir la compréhension du lecteur des diverses idées et concepts décrits dans le texte. Il est fortement recommandé à l'étudiant non seulement de terminer chaque exercice au fur et à mesure qu'il se présente, mais de s'abstenir de continuer avant de comprendre complètement les raisons des bonnes réponses. Des conseils et des solutions aux questions sont donc fournis. Dans la version en ligne de ce texte, les exercices, conseils et réponses sont intégrés dans le corps de chaque chapitre de la version imprimée, ils sont rassemblés dans les annexes B, C et D.


Pour terminer:

Ce qui précède sont quelques-uns des points que l'on doit garder à l'esprit lors de la rédaction de la préface du travail du projet. Vous devez travailler de manière professionnelle et si vous êtes prêt à faire de votre mieux dans le projet, vous voudrez certainement lancer le projet avec une attitude professionnelle uniquement.

La préface est quelque chose qui peut décider si le lecteur est intéressé par le projet ou non. Si la préface ne dit rien, peut-être que le lecteur laisse tomber l'idée de poursuivre la lecture du projet.


Préface : « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données (session EGU2019 SM5.2) »

Le nombre et la qualité des stations et réseaux sismiques en Europe s'améliorent continuellement, néanmoins il est toujours possible d'optimiser leurs performances. Lors de cette session EGU2019 SM5.2/GI4.13, nous avons accueilli les contributions de tous les aspects de l'installation, de l'exploitation et de la gestion des réseaux sismiques. Cela comprend les tests d'équipement de sélection du site et la planification de l'installation et la mise en œuvre de politiques de chemins de communication pour la redondance dans l'acquisition, le traitement et l'archivage des données et l'intégration de différents ensembles de données, y compris GPS et OBS.

L'histoire des sessions de réseaux sismiques aux assemblées générales de l'Union européenne des géosciences (EGU) a commencé en 2010 avec la session SM1.3 « Acquisition de données des centres sismiques » (Pesaresi, 2011), où l'organisateur Damiano Pesaresi soutenu par le Centre de données Orfeus (ODC) Le co-organisateur du directeur, Reinoud Sleeman, a présidé une session de 7 présentations orales et 16 présentations par affiches. Plus tard dans la même année, une session similaire s'est tenue lors de la XXXIIe Assemblée générale de la Commission sismologique européenne (ESC) : « SD1, 3 Centres d'acquisition de données sismiques », réunissant Damiano Pesaresi et Reinoud Sleeman, avec 15 présentations orales.

Figure 1La session EGU2019 SM5.2/GI4.13 « Réseaux sismiques ».

Tableau 1Programme oral de la session EGU2019 SM5.2/GI4.13.

L'historique de ces sessions s'est poursuivi en 2011 avec la session EGU2011 SM1.3/G3.8/GD3.7/GI-19/TS8.7 « Amélioration des performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données » (EGU2011, 2011), où l'organisateur Damiano Pesaresi soutenu par les coorganisateurs John Clinton et Robert Busby a présidé une session de 9 présentations orales et 20 présentations par affiches en 2012 avec l'EGU2012 SM1.3/GI1.7 « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données » (Pesaresi et Vernon, 2013), où le co-animateur Damiano Pesaresi soutenu par le co-animateur Frank Vernon a présidé une session de 6 présentations orales et 22 présentations par affiche en 2013 avec le SM1.4/GI1.6 « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données » (Pesaresi et Busby, 2013), où l'animateur Damiano Pesaresi soutenu par le co-animateur Robert Busby a présidé une session de 6 présentations orales et 13 présentations par affiches en 2014 avec l'EGU2014 SM1.2/GI3. 7 « Améliorer les performances des réseaux sismiques nces: from site selection to data integration » (Pesaresi et al., 2015), où le convener Damiano Pesaresi soutenu par les co-conveners John Clinton et Helle Pedersen a présidé une session de 12 présentations orales et 27 présentations par affiche en 2015 avec l'EGU2015 Session SM1.2/GI1.5 «Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données» (EGU2015, 2015), où l'animateur Damiano Pesaresi soutenu par les co-organisateurs Helle Pedersen et Yuri Starovoit a présidé une session de 20 présentations par affiches en 2016 avec la session EGU2016 SM7.3 « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données » (EGU2016, 2016), où le convener Damiano Pesaresi soutenu par les co-organisateurs Helle Pedersen et John Clinton a présidé une session de 6 oraux et 16 présentations d'affiches en 2017 avec la session EGU2017 SM5.3 "Améliorer les performances des réseaux sismiques: de la sélection du site à l'intégration des données" (EGU2017, 2017), où l'animateur Damiano Pesaresi soutient ed par les co-organisateurs Helle Pedersen et Christos Evangelidis a présidé une session de 15 présentations par affiches et en 2018 avec la session EGU2018 SM5.01/NH4.16 « Translation au sol, déformation et rotation : instrumentation et applications nouvelles et améliorées » (EGU2018, 2018), où l'organisateur André Gebauer soutenu par les coorganisateurs Helle Pedersen, Angelo Strollo, Damiano Pesaresi, Christian Schubert, Stephanie Durand et Stefanie Donner a présidé une session de 12 présentations orales et 27 présentations par affiches.

Lors de la session EGU2019 SM5.2/GI4.13 «Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données» (EGU2019, 2019), l'organisateur Damiano Pesaresi, soutenu par les coorganisateurs Helle Pedersen et Angelo Strollo, a présidé une session (Fig. 1) de 7 oraux (Tableau 1) et 17 présentations posters (Tableau 2).

Tableau 2Programme d'affiches pour la session EGU2019 SM5.2/GI4.13.

Les 24 présentations provenaient de 15 pays (Chine, Turquie, France, Pays-Bas, Taïwan, Russie, USA, Autriche, Italie, Canada, Suisse, Royaume-Uni, Roumanie, Espagne, Mexique), sur 3 continents (Asie, Europe, Amérique), ce qui correspond bien aux objectifs de l'Union européenne des géosciences.

Les présentations sollicitées lors de cette session étaient les suivantes :

« Nouveaux services sismologiques fédérés au sein de l'EIDA », par Javier Quinteros, Daniel Armbruster, Massimo Fares, Stefan Heimers, Andres Heinloo, Mathias Hoffmann, Philippe Kaestli, Mathijs Koymans, Erich O. Muhire, Cristian Neagoe, Mehmet Ozer, Catherine Pequegnat, Jonathan Schaeffer , Luca Trani et Nikolaos Triantafyllis (Quinteros et al., 2019)

« Amélioration de la qualité des stations permanentes haut débit françaises avec des installations de trous de poteaux peu profonds », par Jérôme Vergne, Hélène Pauchet, Mickaël Bonnin et l'équipe RESIF-CLB (Vergne et al., 2019).

La qualité et la quantité des présentations faites lors de la session EGU2019 SM5.2/GI4.13 ont répondu aux attentes de l'organisateur et des coorganisateurs et correspondaient aux objectifs de l'Union européenne des géosciences.

Cette année, le nombre de présentations à la session des réseaux sismiques a augmenté : par conséquent, les organisateurs, après tant d'années, sont toujours convaincus que le chemin qu'ils ont suivi pour organiser de telles sessions lors de l'Assemblée générale annuelle de l'EGU est valable, car il y a un net avantage à la communauté sismologique du monde entier pour présenter et discuter des différentes solutions aux problèmes courants dans l'exploitation des réseaux sismiques.

Cet article fait partie du numéro spécial « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données (session EGU2019 SM5.2) ». C'est le résultat de l'Assemblée générale de l'EGU 2019, Vienne, Autriche, du 7 au 12 avril 2019.

Les auteurs souhaitent remercier les auteurs des présentations de la session EGU2019 SM5.2/GI4.13, en particulier ceux qui ont fait l'effort de publier leurs présentations dans ces actes dans Advances in Geosciences. Les auteurs remercient également tout particulièrement le président de la division de sismologie de l'EGU, Paul Martin Mai, pour son soutien à la session sur les réseaux sismiques à l'EGU.

EGU2011 : SM1.3/G3.8/GD3.7/GI-19/TS8.7 Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données, disponible sur : http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2011/session/ 7340 (dernier accès : 6 mai 2015), 2011.

EGU2015 : SM1.2/GI1.5 Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données, disponible sur : http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2015/session/17368 (dernier accès : 20 décembre 2019), 2015.

EGU2016 : SM7.3 Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données, disponible sur : https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2016/session/20390 (dernier accès : 20 décembre 2019), 2016.

EGU2017 : SM5.3 Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données, disponible sur : https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2017/session/23188 (dernier accès : 20 décembre 2019), 2017.

EGU2018 : SM5.01/NH4.16 Translation, déformation et rotation au sol : instrumentation et applications nouvelles et améliorées, disponible sur : https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2018/session/28286 (dernier accès : 20 décembre 2019), 2018.

EGU2019 : SM5.2/GI4.13 Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données, disponible sur : https://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2019/session/31880 (dernier accès : 20 décembre 2019), 2019.

Pesaresi, D. : La session d'acquisition de données des centres sismiques EGU2010 SM1.3 : une introduction à Antelope, EarthWorm et SeisComP, et leur utilisation dans le monde, Ann. Geophys.-Italie, 54, 1-7, https://doi.org/10.4401/ag-4972, 2011.

Pesaresi, D. et Busby, R. : Session EGU2013 SM1.4/GI1.6 : « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données », Adv. Geosci., 36, 1-5, https://doi.org/10.5194/adgeo-36-1-2013, 2013.

Pesaresi, D. et Vernon, F. : Session EGU2012 SM1.3/GI1.7 : « Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données », Adv. Geosci., 34, 1-4, https://doi.org/10.5194/adgeo-34-1-2013, 2013.

Pesaresi, D., Clinton, J., et Pedersen, H. : Préface : Améliorer les performances des réseaux sismiques : de la sélection du site à l'intégration des données (session EGU2014 SM1.2/GI3.7), Adv. Geosci., 40, 19-25, https://doi.org/10.5194/adgeo-40-19-2015, 2015.

Quinteros, J., Armbruster, D., Fares, M., Heimers, S., Heinloo, A., Hoffmann, M., Kaestli, P., Koymans, M., Muhire, EO, Neagoe, C., Ozer , M., Pequegnat, C., Schaeffer, J., Trani, L. et Triantafyllis, N. : Nouveaux services sismologiques fédérés au sein de l'EIDA, Assemblée générale de l'EGU, 7-12 avril 2019, Vienne, Autriche, EGU2019-13810, 2019.

Vergne, J., Pauchet, H., Bonnin, M., et l'équipe RESIF-CLB : Amélioration de la qualité des stations permanentes haut débit françaises avec des installations peu profondes, Assemblée générale de l'EGU, 7-12 avril 2019, Vienne, Autriche, EGU2019 -7691, 2019.


Remerciements

Cette première version du manuel a été développée pour offrir INF550, un cours d'études supérieures à la School of Informatics Computing and Cyber ​​Systems de l'Université du Nord de l'Arizona à l'automne 2020, avec le financement et le leadership de la National Science Foundation financée par l'option National Research Traineeship "T3" en Informatique écologique et environnementale dans le cadre d'un programme de doctorat en informatique et informatique (NRT-HDR #1829075, PI’s Ogle, Barber, Richardson, Ruddell et Sankey). Nos partenaires d'infrastructure de recherche ont joué un rôle essentiel dans la création du matériel. Nos partenaires de NEON - Battelle méritent une gratitude particulière pour l'ancrage du projet. Les opinions exprimées sont celles des chercheurs, et pas nécessairement celles des bailleurs de fonds. Un merci spécial à Megan Jones et Donal O'Leary de NEON-Battelle pour leur soutien dans le tirage des matériaux NEON.

Contributeurs clés

Classement alphabétique par organisation, puis nom de famille :

  • Alycia Crall, NEON - Battelle
  • Chris Florian, NEON - Battelle
  • Megan Jones, NEON - Battelle
  • Hank Loescher, NEON - Battelle
  • Paula Mabee, NEON - Battelle
  • Donal O'Leary, NEON - Battelle
  • Kate Thibault, NEON - Battelle
  • Andrew Richardson, PhenoCam - NAU
  • Bijan Seyednasrollah, PhenoCam - NAU
  • Thérèse Crimmons, États-Unis-NPN
  • Kathy Gerst, États-Unis-NPN
  • Lee Marsh, États-Unis-NPN

/>
Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.


Géotourisme

Le géotourisme est le tourisme entourant les attractions et les destinations géologiques. Ce texte unique utilise une multitude d'études de cas pour discuter des problèmes liés à la gestion et à l'entretien de telles attractions, couvrant des sujets tels que la durabilité, les impacts et les problèmes environnementaux.

Géotourisme : durabilité, impacts et gestion guide le lecteur de manière logique tout au long du processus, couvrant à la fois les théories impliquées et les aspects pratiques de la gestion de ces attractions « précieuses sur le plan environnemental ».

Le géotourisme est le tourisme entourant les attractions et les destinations géologiques. Ce texte unique utilise une multitude d'études de cas pour discuter des problèmes liés à la gestion et à l'entretien de telles attractions, couvrant des sujets tels que la durabilité, les impacts et les problèmes environnementaux.

Géotourisme : durabilité, impacts et gestion guide le lecteur de manière logique tout au long du processus, couvrant à la fois les théories impliquées et les aspects pratiques de la gestion de ces attractions « précieuses sur le plan environnemental ».

Principales caractéristiques

* Examine les défis des stratégies et des cadres de gestion pour assurer la durabilité dans les zones d'attractions géologiques, en proposant des solutions pratiques.
* Utilise des exemples approfondis et des études de cas mondiales du Royaume-Uni, de l'Australie, de l'Afrique, de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis (entre autres) pour examiner du point de vue international, national et local.
* Prend en compte les orientations et les défis futurs.

* Examine les défis des stratégies et des cadres de gestion pour assurer la durabilité dans les zones d'attractions géologiques, en proposant des solutions pratiques.
* Utilise des exemples approfondis et des études de cas mondiales du Royaume-Uni, de l'Australie, de l'Afrique, de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis (entre autres) pour examiner du point de vue international, national et local.
* Prend en compte les orientations et les défis futurs.


Géographes, géologues, océanographes, spécialistes de l'atmosphère, scientifiques de l'environnement et écologistes

Chapitre 1. Une vue systématique de la télédétection

1.2 Plate-forme et système de capteurs

1.3 Système de transmission de données et de réception au sol

1.4 Système de traitement des données

1.5 Mappage des variables de catégorie

1.6 Estimation des variables quantitatives

1.7 Production, archivage et distribution de produits de haut niveau

1.9 Applications de télédétection

Chapitre 2. Traitements géométriques et techniques de positionnement

2.2 Étalonnage géométrique des images de télédétection satellitaires

2.3 Rectification géométrique d'une seule image de télédétection

2.4 Enregistrement géométrique des images de télédétection satellitaires

2.5 Construction d'un modèle numérique de terrain

Chapitre 3. Techniques de composition, de lissage et de remplissage des espaces

3.1 Techniques de composition multitemporelle

3.2 Lissage des données de séries chronologiques et comblement des lacunes

4.1 Présentation de la fusion de données de télédétection

4.2 Méthodes de fusion de données de télédétection au niveau des pixels

4.3 Modèle généralisé pour la fusion de données de télédétection au niveau des pixels

4.4 Technique de fusion de sources de données hétérogènes

Chapitre 5. Correction atmosphérique de l'imagerie optique

5.2 Correction de l'impact des aérosols

5.3 Corriger l'impact de la vapeur d'eau

5.4 Corriger les impacts des autres constituants

5.5 Modèles et logiciels couramment utilisés

Chapitre 6. Rayonnement solaire

6.2 Réseau d'observation du rayonnement terrestre

6.3 Estimation du rayonnement de surface basée sur la télédétection par satellite et le modèle de circulation globale (GCM)

6.4 Résumé et discussions

Chapitre 7. Albédo à large bande

7.1 Modélisation de la réflectance bidirectionnelle terre-surface

7.2 La méthode d'estimation de l'albédo basée sur l'inversion du modèle de réflectance bidirectionnelle

7.3 L'estimation directe de l'albédo de surface

7.4 Optimisation conjointe des paramètres surface-atmosphère

7.5 Produits mondiaux d'albédo de surface terrestre

7.6 Analyse temporelle et spatiale de l'albédo terrestre mondial

7.7 Problèmes et perspectives

Chapitre 8. Température à la surface du sol et émissivité thermique infrarouge

8.1 Les définitions de LST et LSE

8.2 L'estimation du LST moyen

8.3 Méthodes d'estimation LSE

Chapitre 9. Bilan radiatif des ondes longues de surface

9.1 Rayonnement à ondes longues descendant en surface

9.2 Rayonnement à ondes longues d'upwelling de surface

9.3 Rayonnement net de surface à ondes longues

9.4 Réseaux de validation au sol et produits existants de bilan de rayonnement à ondes longues de surface dérivés des satellites

Chapitre 10. Caractéristiques biochimiques de la canopée

10.1 Aperçu des principes et méthodes

10.2 Méthodes empiriques et semi-empiriques

10.3 Extraction à l'aide de modèles physiques

10.4 Conclusions et discussions

Chapitre 11. Indice de surface foliaire

11.3 Méthodes d'inversion du modèle de canopée

11.4 Méthodes d'assimilation des données

11.5 Produits LAI mondiaux et régionaux

Chapitre 12. Fraction du rayonnement photosynthétiquement actif absorbé par la végétation verte

12.2 Mesures de terrain FAPAR

12.3 Simulation de Monte Carlo (MC)

12.4 Méthodes de recherche empirique

12.5 Produits FAPAR de télédétection populaires

12.6 Méthode de récupération FAPAR basée sur le modèle spectral de végétation hybride

Chapitre 13. Couverture végétale fractionnée

13.2 Mesures sur le terrain de la CVF

13.3 La récupération par télédétection

13.4 Produits de télédétection actuels

13.5 Défis et perspectives de l'estimation de la CVF

Chapitre 14. Hauteur de la végétation et structure verticale

14.1 Mesure sur le terrain de la hauteur de la végétation et de la structure verticale

14.2 Données Lidar à faible encombrement

14.3 Données Lidar à grande empreinte

14.4 Hauteur du couvert végétal et structure verticale à partir des données SAR

Chapitre 15. Biomasse aérienne

15.3 Méthodes de télédétection optique

15.4 Méthodes actives de télédétection

15.5 Méthodes d'estimation de la biomasse à partir de données multisources

Chapitre 16. Production de végétation dans les écosystèmes terrestres

16.1 Concept de production de végétation

16.2 Observation au sol de la production de végétation

16.3 Modèles statistiques basés sur l'indice de végétation

16.4 Modèle d'efficacité d'utilisation de la lumière basé sur les données de télédétection

16.5 Modèles Dynamiques de Végétation Globale (DGVM)

16.6 Modèle de distribution temporelle et spatiale de la productivité mondiale de la végétation

17.1 Techniques de mesure de surface

17.2 Estimation à partir de données satellitaires

17.3 Ensembles de données mondiaux et régionaux

17.4 Climatologie mondiale des précipitations

Chapitre 18. Evapotranspiration terrestre

18.3 Algorithmes satellites E

18.4 Observations pour l'étalonnage et la validation des algorithmes

18.5 Conclusions et discussion

Chapitre 19. Teneur en eau du sol

19.2 Techniques de mesure SMC conventionnelles

19.3 Méthodes de télédétection par micro-ondes

19.4 Méthodes de télédétection optique et thermique IR

19.5 Estimation du profil d'humidité du sol

19.6 Comparaison de différentes techniques de télédétection

19.7 Ensembles de données disponibles et variations spatiales et temporelles

Chapitre 20. Équivalence en eau de neige

20.1 Techniques de télédétection à micro-ondes passives

20.2 Techniques actives de télédétection hyperfréquence

20.3 Techniques de télédétection en bande visible

21.1 Estimation basée sur le bilan hydrique

21.2 Estimation basée sur les paramètres de surface

21.3 Estimation basée sur GRACE

21.4 Discussion et perspectives d'avenir

Chapitre 22. Méthodes d'intégration des produits fonciers de haut niveau

22.2 Méthodes géostatistiques

22.4 Méthodes basées sur la fonction orthogonale empirique (EOF)

Chapitre 23. Systèmes de production et de gestion des données

23.1 Vue d'ensemble de la production et de la gestion de la base de données

23.4 Système de gestion des données

Chapitre 24. Changements d'occupation des sols et d'utilisation des sols

24.3 Agriculture intensive


Préface : Impacts des aléas naturels sur les systèmes et infrastructures technologiques

Les infrastructures critiques et autres systèmes technologiques tels que les systèmes de transport, les réseaux de télécommunication, les lignes électriques, les pipelines et les réservoirs sont exposés à des risques naturels (par exemple, tremblements de terre, inondations, glissements de terrain) dans de nombreuses zones urbaines et rurales du monde entier. La clé du fonctionnement sûr et abordable de ces types d'infrastructures est une connaissance approfondie de leur exposition et de leur vulnérabilité aux risques naturels et de l'impact des dommages subis localement ou à travers le réseau. Une compréhension fondamentale des dangers et des risques implique (a) l'identification, la surveillance et la cartographie systématiques de l'exposition potentielle des infrastructures, (b) l'évaluation intégrée de l'impact résultant des dommages, des réparations et/ou de l'atténuation, (c) les pertes indirectes des infrastructures perturbations et effets synergiques, et (d) prise en compte des interactions entre les dangers et/ou les cascades de dangers.

Le numéro spécial (SI) « Impacts des risques naturels sur les systèmes et infrastructures technologiques » a été organisé à la suite de deux sessions du même nom lors des assemblées générales de l'Union européenne des géosciences (EGU) de 2018 et 2019 tenues à Vienne, en Autriche. Le numéro spécial vise à sensibiliser à ce problème d'actualité et croissant en résumant et en analysant les relations entre événements naturels et accidents technologiques, en recueillant des expériences et en découvrant de nouvelles méthodes d'évaluation de la vulnérabilité des objets technologiques et d'infrastructure aux risques naturels. Cette SI comprend des contributions axées sur l'évaluation des risques naturels pour les infrastructures critiques et les systèmes technologiques, ainsi qu'une compilation de bases de données qui enregistrent les impacts et les éléments à risque. L'IS se consacre aux contributions avec une perspective nationale, régionale et locale, couvrant un large éventail de régions géographiques différentes.

Dans la Sect. 2 de cette préface, il y a un bref aperçu de chaque contribution au numéro spécial. Ceci est suivi d'un résumé de la recherche dans la Sect. 3.

Les infrastructures critiques et autres systèmes technologiques sont exposés à divers types de risques naturels allant de la géophysique à l'hydrométéorologie et autres. Les contributions de l'IS prennent en compte une grande variété de risques naturels et leurs impacts sur différents types d'infrastructures.

Jeong et al. (2019) étudient les précipitations verglaçantes et les charges de glace extrêmes qui peuvent entraîner de graves dommages et la défaillance des bâtiments et des infrastructures. Fluixá-Sanmartín et al. (2019) évaluent les impacts du changement climatique sur la sécurité des barrages selon des scénarios hydrologiques. Chen et al. (2019) évaluent l'influence de l'utilisation des terres et du changement de la couverture végétale sur la susceptibilité aux glissements de terrain. Braud et al. (2020) étudient les risques de ruissellement dans le contexte ferroviaire. Williams et al. (2020) évaluent la vulnérabilité des transports au tsunami. Toma-Danila et al. (2020) analysent les aléas sismiques et Mossoux et al. (2019) aléas volcaniques sur les réseaux routiers. Petrova (2020) considère les impacts des risques naturels de tous types sur les infrastructures de transport.

Les zones d'étude varient à l'échelle nationale et interrégionale en Amérique du Nord (Jeong et al., 2019), au Brésil (Sayão et al., 2020), au Chili, au Japon (Williams et al., 2020) et en Fédération de Russie (Frolova et al. al., 2020 Petrova, 2020) aux échelles régionales et locales en Normandie, France (Braud et al., 2020), la province de Salamanque en Espagne (Fluixá-Sanmartín et al., 2019), Bucarest en Roumanie (Toma-Danila et al., 2020), la province du Hubei en Chine (Chen et al., 2019) et l'île de Ngazidja, au nord-ouest de Madagascar (Mossoux et al., 2019).

L'étude de Jeong et al. (2019) étudie les changements projetés des charges de glace extrêmes, qui sont utilisées pour concevoir des bâtiments et des infrastructures en Amérique du Nord (NA), pour les périodes futures avec différents niveaux de changement de température moyenne mondiale au-dessus du niveau de référence 1986-2016. L'accumulation de glace atmosphérique causée par les précipitations verglaçantes pendant les tempêtes de verglas peut affecter de nombreux secteurs économiques tels que la production d'énergie éolienne, le fonctionnement urbain, les structures de communication, le secteur forestier et les infrastructures électriques. Les auteurs utilisent un vaste ensemble de simulations de modèles climatiques régionaux canadiens (Arora et al., 2011 Fyfe et al., 2017). Le modèle prévoit une augmentation des charges de glace de conception futures pour la majeure partie du nord de l'Amérique du Nord et des diminutions pour la majeure partie du sud de l'Amérique du Nord et certaines régions côtières du nord-est. Ces changements sont principalement causés par des augmentations régionales des futures températures en altitude et en surface associées au réchauffement climatique et sont en outre affectés par des changements dans l'intensité future des précipitations et la vitesse des vents de surface. Increases in ice accretion for latitudes higher than 40 ∘ N are substantial and would have clear implications for future facilities and infrastructure design.

Fluixá-Sanmartín et al. (2019) present a comprehensive quantitative assessment of how climate change can have an affect on the failure risk of a dam. The Santa Teresa dam (province of Salamanca, Spain) is a case study. The analysis has been elaborated under hydrological scenarios in which the floods are the main loads to which the dam is subjected. A key innovative aspect of the proposed methodology is the use of a wide variety of models and data sources and their combination to assess the overall impact of climate change on the dam's safety. The analysis integrates various projected effects acting on each component of the risk, from the input hydrology to the consequences of the outflow hydrograph. Among these components, mainly four have been identified as susceptible to being altered: previous pool levels in the reservoir, spillway gate and bottom outlet performance, floods entering the reservoir, and social consequences are used to compute the social risk. The results of 21 regional climate models encompassing three different Representative Concentration Pathways (IPCC, 2013 Moss et al., 2010) have been used to calculate the risk evolution of the dam until the end of the 21st century.

The study by Williams et al. (2020) represents the first attempt at developing tsunami fragility functions for roads and bridges based on empirical data from two recent tsunami events. Combined survey and remotely sensed data for the 2011 Tōhoku earthquake and tsunami, Japan, and post-event field survey data from the 2015 Illapel earthquake and tsunami, Chile, are analyzed. The authors provide a suite of observations on the influence of tsunami inundation depth, road-use type, culverts, inundation distance, debris, and coastal topography. Fragility functions are developed for roads, which consider inundation depth, road-use type, and coastal topography, and for bridges, which consider only inundation depth above deck base height. The empirical road and bridge fragility functions, developed in this study, consider a range of damage levels. This suite of synthesized functions is applicable to a variety of exposure and attribute types for use in global tsunami impact assessments to inform resilience and mitigation strategies.

The paper by Braud et al. (2020) presents a methodology to compare maps of the susceptibility of a territory to surface runoff and proxy data of impacts related to runoff. This method accounts for the hazard level, the vulnerability of the study area, and possible mitigation actions taken to reduce the risk. The paper focuses on one kind of proxy data, which is localized runoff-related impacts such as the impact on transport (railway) networks. The objective of the paper is to propose a methodology to use these proxy data for the evaluation of a nonquantitative method of runoff hazard mapping, such as the IRIP (indicator of intense pluvial runoff) method. The evaluation method is assessed using a comprehensive database of runoff-related impacts collected on an 80 km railway line between Rouen and Le Havre in Normandy (north of France) and covering the period from 1903 to 2017. The data set also allowed them to assess the relevance of the IRIP model for runoff hazard mapping on a wide area in the railway context.

The paper by Petrova (2020) considers the impacts of natural hazards of various types on transport infrastructure in the Russian Federation. The author's database of technological and natural–technological accidents is used as a source of data for the analyses. Contributions of natural factors to road, railway, air, and water transport accidents and failures are assessed. The total risk of transport accidents and traffic disruptions triggered by adverse and hazardous natural impacts, as well as the risk of road and railway accidents and disruptions to these most popular modes of transport, is assessed at the level of Russian federal regions. The concept of an emergency situation is used to measure risk. As an indicator of risk, the average frequency of occurrence of transport accidents and traffic disruptions triggered by natural hazard impacts which have led to emergency situations of different scales and severity was used. All the federal regions were divided into groups by their risk levels of road and railway accidents, as well as the total risk of transport accidents and traffic disruptions. In each case, the risk level was determined in comparison to the average value of the corresponding indicator for Russia.

Like the paper by Petrova (2020), the paper by Sayão et al. (2020) also deals with a spatial database. The infrastructure considered are reservoirs, the failure of which leads to seismic consequences. In this way, the topic is important because today's discussion on renewable energy has many times exploited hydroelectric energy. The failure of dams has been a subject since the first ones in the Alps in Europe. The database is useful for research as such since it is available in a web viewer or to be replicated in other countries. Building such a database is an attempt at information visualization, including developing an ontology of the database in UML (Unified Modeling Language), which belongs today to the digital humanities. Since more involvement of the humanities is needed in natural disaster research and the topic of the special issue builds on the “natural hazards and society” section of the EGU, the paper is a good enrichment of the SI.

Frolova et al. (2020) consider instead the application of an impact database for the example of Russia, as in Petrova (2020). The database is available upon special request for international projects, thus constituting an infrastructure itself for later projects. The paper presents statistics of the database and how this database can be useful for artificial intelligence self learning in order to prepare for emergencies. A companion paper has been published in the NHESS Special Issue “Natural hazards and technological disasters” (Petrova and Krausmann, 2011).

Toma-Danila et al. (2020) deal with earthquake effects on transportation networks. Secondary hazards are also taken into account. The case study to exemplify the network analysis methodology is Bucharest, the capital of Romania, and the road network in particular is considered. In the 1977 earthquake, major life and property losses were recorded in Bucharest, making it a capital in Europe with a significant seismic risk. The vulnerability of the road network is important in disaster management, in particular in the emergency response phase when deploying search and rescue teams and accessing hospitals. For this reason, the whole network of such a large city is a suitable case study. The analysis of the vulnerability of the transportation network is done using a geographic information system (GIS). The deterministic simulation is expanded to general terms using a Monte Carlo simulation. The Network-risk toolbox for ArcGIS desktop is made available for researchers in order for them to be able to replicate the study.

Mossoux et al. (2019) also deal with the road network. A hazard mapping considering road segments is proposed. Each road segment is assessed depending on its importance to the whole infrastructure before and after a disruption through a volcanic event. Two metrics are considered: road accessibility risk (road segments to allow access to the closest infrastructure) and users' path vulnerability (considering rerouting). The case study is Ngazidja Island (Union of the Comoros), a volcanic island in SE Africa, NW of Madagascar. The paper discusses how disaster management can intervene in this case by highlighting the most important road segments, but it also proposes changes through new segments or new infrastructure (e.g., hospitals).

Chen et al. (2019) study the impact of engineering activities on natural hazards, in this case landslides, over more than 2 decades, during which human engineering increased. The two landslides considered are from 2007 and 2012. Other factors relying on geography and geology and connected to the river bed are also considered. In this way, the paper is relevant in addressing the impacts of natural hazards on urban and rural areas through land use policies. It is a nonstructural measure to mitigate hazards for which this paper is an argument. A case study from China is provided, involving both remote sensing and satellite imagery and field work at eye level. Also in this case, networks are used (neural network self learning), along with object-oriented programming for image classification. For probabilistic assessment, regression is employed.

Projected changes to design ice thickness as quantified in the study by Jeong et al. (2019) will be useful information for the development of climate-resilient design standards, codes, and guides for buildings and infrastructure. Caution in designing for ice loads at latitudes higher than 40 ∘ N is warranted due to projected increases in extreme ice thickness. As the results show, it is important to examine changes in the future probability of extreme ice loads occurring simultaneously with extreme wind load in northern NA because the compounding effect may lead to an increase in load larger than the increase in ice load or wind load alone.

The methodology proposed by Fluixá-Sanmartín et al. (2019) allows a detailed quantification of the effect of climate change on dam safety, which is one of the main concerns of the managers and technicians of this critical infrastructure for water supply and energy production worldwide. It can serve as a useful guide for dam owners and dam safety practitioners in the analysis of other study cases by encompassing different models and data sources. This would eventually allow a more efficient planning of dam safety investments in the long term and even the adaptation of existing dam exploitation rules. Sayão et al. (2020) also deal with dam safety but from a seismic hazard point of view. They introduce the issue of the visualization of databases, while Petrova (2020) and Frolova et al. (2020) also deal with databases of natural hazard impacts on infrastructure, providing useful tools for further research.

Williams et al. (2020) conclude that the fragility functions show a trend of lower tsunami vulnerability (through lower probabilities of reaching or exceeding a given damage level) for road-use categories of potentially higher construction standards bridges are more vulnerable to the impacts of tsunamis than roads however, bridges are better designed to withstand the forces of tsunami loading and have a lower level of vulnerability at all hazard intensities (inundation depth) compared to buildings culverts represent particularly vulnerable sections of roads. The topographic setting is also shown to affect the vulnerability of transportation assets in a tsunami.

Braud et al. (2020) proposed the methodology that is robust, relevant, and generic enough to evaluate a nonquantitative method of runoff hazard mapping using localized runoff-related proxy data. The results from their case study confirm that the susceptibility maps produced by the IRIP model provide relevant information related to runoff and that they can be used to design risk management strategies, as illustrated in the railway context.

Among all the identified types of natural hazards in the study by Petrova (2020), hydrometeorological hazards such as heavy snowfalls and rains, floods, and ice phenomena, as well as dangerous exogenous slope processes including snow avalanches, debris flows, landslides, and rock falls, were revealed as having the largest contributions to transport accidents and disruptions. The most dangerous is the combination of heavy precipitations and strong winds. Regional differences in the risk of transport accidents between Russian federal regions were found and analyzed.

Toma-Danila et al. (2020) and Mossoux et al. (2019) deal with the vulnerability of the transport infrastructure and, more precisely, the road network. This is important in emergency management in the case of a natural disaster (earthquake and volcanic eruption) in order to access such infrastructure as hospitals. Chen et al. (2019) consider the effects of human engineering in increasing landslide susceptibility and effects on infrastructure, providing case studies of two landslides in the vicinity of bridges. If the analysis of transport infrastructure may lead to better planning by providing new road segments and new infrastructure, then in the case of human engineering, land use change, a nonstructural measure, can also be undertaken to provide better land use through regional plans.

Looking at the lessons learned from the database and information visualization papers which promote the conversion of data to information – and thus the digital humanities – as well as at the urban, regional, and mobility plans which are necessary to better manage transportation networks and human engineering activities, how other disciplines can contribute to natural hazard research is also highlighted.

This article is part of the special issue “Natural hazard impacts on technological systems and infrastructures”. It is a result of the EGU General Assembly 2018, Vienna, Austria, 8–13 April 2018, and the EGU General Assembly 2019, Vienna, Austria, 7–12 April 2019.

We acknowledge all the authors and reviewers who contributed to this special issue.

This research has been supported by the Lomonosov Moscow State University (grant no. I.7 AAAA-A16-116032810093-2, “Mapping, modeling and risk assessment of dangerous natural processes”).

Arora, V. K., Scinocca, J. F., Boer, G. J., Christian, J. R., Denman, K. L., Flato, G. M., Kharin, V. V., Lee, W. G., and Merryfield, W. J.: Carbon emission limits required to satisfy future representative concentration pathways of greenhouse gases, Geophys. Rés. Lett., 38, L05805, https://doi.org/10.1029/2010GL046270, 2011.

Braud, I., Lagadec, L.-R., Moulin, L., Chazelle, B., and Breil, P.: A method to use proxy data of runoff-related impacts for the evaluation of a model mapping intense storm runoff hazard: application to the railway context, Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 20, 947–966, https://doi.org/10.5194/nhess-20-947-2020, 2020.

Chen, L., Guo, Z., Yin, K., Shrestha, D. P., and Jin, S.: The influence of land use and land cover change on landslide susceptibility: a case study in Zhushan Town, Xuan'en County (Hubei, China), Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 19, 2207–2228, https://doi.org/10.5194/nhess-19-2207-2019, 2019.

Fluixá-Sanmartín, J., Morales-Torres, A., Escuder-Bueno, I., and Paredes-Arquiola, J.: Quantification of climate change impact on dam failure risk under hydrological scenarios: a case study from a Spanish dam, Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 19, 2117–2139, https://doi.org/10.5194/nhess-19-2117-2019, 2019.

Frolova, N., Larionov, V., Bonnin, J., Suchshev, S., Ugarov, A., and Malaeva, N.: Impact database application for natural and technological risk management, Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 20, 95–106, https://doi.org/10.5194/nhess-20-95-2020, 2020.

Fyfe, J. C., Derksen, C., Mudryk, L., Flato, G. M., Santer, B. D., Swart, N. C., Molotch, N. P., Zhang, X., Wan, H., Arora, V. K., Sciocca, J., and Jiao, Y.: Large near-term projected snowpack loss over the western United States, Nat. Commun., 8, 14996, https://doi.org/10.1029/2010GL046270, 2017.

IPCC: Climate Change 2013: The Physical Science Basis, in: Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, UK, and New York, NY, USA, 2013.


Preface and Acknowledgements

This site represents a version of Ingo Gildenhard's book, Cicero, Against Verres, 2.1.53–86 (Cambridge, UK: Open Book Publishers, 2011), produced with the kind cooperation of Open Book Publishers and Professor Gildenhard. The DCC edition contributes four new features:

    • audio recordings of the Latin text as performed by Jonathan Rockey
    • running vocabulary lists created by Lara Frymark
    • links to the Pleiades Gazetteer and Graph of Ancient Places
    • macrons on the Latin text

    The vocabulary lists employ the normal DCC policy of glossing only those words that are not included in the DCC Core Latin Vocabulary (which represents the thousand most common words in Latin). The dictionary entries used in the running lists come from the back of Francis Kelsey’s Select Orations and Letters of Cicero, thirteenth edition (Boston: Allyn and Bacon, 1909), with supplements as needed. This was meant to ensure that Ciceronian definitions are present and easily found. Another crucial ingredient in the creation of the vocabulary lists was data provided by Dominique Longrée of the research group Laboratoire d'Analyse Statistique des Langues Anciennes (LASLA) at the University of Liège, Belgium. LASLA provided a fully lemmatized Latin text, that is, a text in which each word form is attached to a specific dictionary head word, as determined by a human being, not a machine. The joining of the LASLA data with Kelsey's dictionary—a marriage deftly brokered by Lara Frymark—ensured that the lists identify and describe the words being glossed with a very high degree of accuracy and relevance.

    I would like to express my deep thanks to all the scholars just mentioned for their contributions to this site. I am also continually grateful to the OBP team, Bianca Gualandi and Alessandra Tosi, for their generous and effective collaboration, and in particular I would like to thank Francesca Giovannetti, who performed the exacting task of converting OBP’s original files into html to our specifications. Meagan Ayer created the Drupal pages, the navigation and menus, and formatted the text on the site. The original DCC design was done by Chris Stamas, and the site created in Drupal 7 by web developer Ryan Burke.

    Please send any comments or suggestions for improvement to the site directly to me at [email protected]

    Christopher Francese, Dickinson College, October, 2015

    This little volume has its origins in a coincidence. I had just finished writing Creative Eloquence: The Construction of Reality in Cicero’s Speeches (Oxford, 2011), which involved some close analysis of Cicero’s orations against Verres, when I was asked to give a lecture on how best to teach a new set-text that the Examination Board of Oxford, Cambridge, and the Royal Society of Arts (OCR) has specified for their A-Level Latin examination for the years 2012–2014. The passage in question, in Verrem 2.1.53–69, consists of some paragraphs on Verres’ looting of artworks from Greek cities in Asia Minor during his legateship under Dolabella (§§ 53–62) and of about a third of the infamous episode at Lampsacus. Paragraphs 63–69 contain an account of what happened when Verres visited the Greek city. According to Cicero, he tried to abduct and rape the daughter of the local notable Philodamus, which resulted in the death of one of his lictors and brought the inhabitants of the town to the brink of rioting. Paragraphs 70–86 deal with the aftermath of the sordid affair, including the trial and public execution of Philodamus and his son in what Cicero portrays as a blatant miscarriage of justice designed to cover up Verres’ crimes.

    Part of the brief was to talk about the resources available for teaching the text. These turned out to be rather less spectacular than the chosen passage. There is, of course, T. N. Mitchell’s superb Aris & Phillips edition with translation and commentary of Verrines II.1 (London, 1986), which remains an invaluable port of call for anyone working on, or teaching, (portions of) the speech. Yet one of the main purposes of the edition is to render the oration accessible to students without Latin, and thus the commentary, which is keyed to the translation, focuses on historical context rather than details of language and style (even though Mitchell’s explication of the rhetorical texture is uniformly excellent). And other than that, one pretty much draws a blank, at least in terms of commentaries. I therefore decided to write up my own set of notes, drawing on the work done for Creative Eloquence. Feedback from the Latin teachers to whom I had the chance to circulate a draft version in June was sufficiently encouraging to explore the possibility of making the material more generally available, not least since it seemed an excellent opportunity to link research and outreach.

    For the commentary, it seemed inadvisable to follow OCR in their (understandable) decision to chop the Lampsacus episode in half. Hence the present volume includes Ver. 2.1.53–86 rather than just §§ 53–69. And while I have to agree with one of the anonymous referees that a full-scale linguistic commentary on the entire speech would have been very desirable, exigencies of timing militated against including more. For one thing, extending the coverage from the 33 paragraphs now covered to the full 158 that comprise the oration would have rendered the exercise useless for the current generation of Latin A-level students. There is only so much one can do in the course of a summer. At the same time, A-level students are not the only constituency I had in mind when designing this volume. The portion of Cicero explicated here would also seem to lend itself for study in other settings, such as Latin summer schools, undergraduate reading courses in American or British universities, or postgraduate Latin courses at MA-level. I have therefore added content meant to widen the appeal, even though not all of it will seem immediately relevant to all users. The edition now tries to cater to students as well as their teachers, to dedicated students of Latin as well as to language learners (such as ancient historians at postgraduate level) who study Latin perhaps not so much for its own sake but as a research tool.

    All users, however, should be able to relate to the primary mission of the commentary: it is to render Cicero’s text intelligible and resonant with meaning and thereby to enhance appreciation and enjoyment of the chosen passage as a fascinating historical document and a superb specimen of rhetorical artistry. The commentary offers help in three areas in particular. First, while a basic grasp of Latin grammar and syntax is presupposed, the notes explicate more unusual grammatical phenomena as well as difficult syntax and sentence construction. Secondly, the commentary pays careful attention to the craftsmanship of Cicero’s text, not least in showing how his rhetorical design interacts with, and reinforces, his arguments and themes. And thirdly, the edition tries to situate Cicero’s prose within wider contextual and historical frames, such as the courtroom setting and Rome’s system of imperial exploitation. The principle that informs the commentary is simple: the more one sees in his text, the more enjoyable, indeed exciting, reading Cicero becomes. And he merits re-reading: it took some time, for instance, for the penny to drop that the eight connectives Cicero uses in the massive sentence in § 82 produce a pleasing symmetrical pattern. 1 The example is a good illustration of the care Cicero took over the most insignificant detail, easily overlooked: his verbal craftsmanship is simply extraordinary, and I am sure the text under discussion hides many more delights than I managed to spot: I encourage every student to ponder, discover, and enjoy.

    In an attempt to render this edition as useful as possible to as many different end-users as possible, I have included the following features:

    (une) introduction: excellent accounts of the wider historical background and the legal circumstances of Cicero’s prosecution of Verres exist in abundance (and are cited in the introduction). It nevertheless seemed useful to include a rudimentary survey of some basic facts and figures, and brief indications of key issues and themes to help orient those who are new to Cicero and his speeches. The introduction therefore provides brief biographical sketches of Cicero and Verres, offers information on the trial, situates the passage under consideration within the Verrines as a whole, discusses some important aspects of Cicero’s oratory and relates the text in question to developments in late republican history and culture. In all, it is meant to provide quick and easy access to some basic contextual information, with references to works of secondary literature for those who wish to pursue a specific aspect further.

    (b) The Latin text: the Latin text of Cicero’s Verrines is available online in various formats. The text printed here is taken from The Latin Library (www.thelatinlibrary.com/cicero/verres.2.1.shtml), with some minor changes and corrections, mainly of a typographical nature. I have consulted the apparatus of the standard critical edition (W. Peterson’s Oxford Classical Text), but discuss variants only occasionally. Even these rare instances might be considered too much for an edition such as this, which is primarily addressed to students still in the process of learning the language. But even at this stage, an occasional reminder that any classical text we nowadays read is not an autograph, but the result of transmission and editorial constitution, seemed appropriate. From the point of view of transmission, at any rate, the chosen passage is fairly unproblematic. It is worth mentioning, too, that the text of Cicero’s Verrines is freely available on the website of the Perseus Project (http://www.perseus.tufts.edu/), which offers the Oxford Classical Text edition with critical apparatus and hyperlinks of each word to the Lewis & Short Latin Dictionary. I imagine that many students will want to read the text online in this format, perhaps with the commentary opened in a separate window (or in hardcopy on the desk).

    (c) Study questions for grammar and syntax, style and theme: each paragraph of the Latin text is followed by some study questions designed to draw attention to features in the passage that are either difficult or interesting (or both). They are meant as gateways into the passage. The distinction between ‘grammar and syntax’ and ‘style and theme’ is of course somewhat artificial, but seemed nevertheless worth making for didactic reasons, even though some of the questions deliberately try to blur the boundary. Answers to the questions can usually be found embedded in the commentary (though they are not explicitly marked up as such).

    (e) Technical terms for figures of speech: figures of speech (*anaphora, *chiasmus, *pleonasm, etc.) are prefaced by a star (*) in the commentary and briefly glossed in the List of Rhetorical Terms on p. 169. Apart from enabling students to acquire familiarity and ease with a range of rhetorical figures, the star-system is also designed to draw attention to recurrent features of Cicero’s style and could be used to raise questions to do with aesthetic value. Readers may wish to ponder, for instance, whether Cicero’s use of *alliteration in the passage is ‘excessive’, a sign of his youthful exuberance, to be scaled back in his more mature writing. 3 Enhanced awareness of figures of speech is a significant side benefit of studying Latin and of a classical education more generally but the identification of rhetorical features can easily turn into a mechanical exercise (along the lines of ‘give me three tricola and a climax, please’). To draw attention to the risk of turning the hunt for rhetorical figures into an end in itself and to highlight the powerful presence of classicizing rhetoric in the western cultural tradition, I have chosen to illustrate the terms in the glossary with examples drawn from Shakespeare, especially the staging of the Pyramus-and-Thisbe episode from Ovid, Metamorphoses 4, towards the end of A Midsummer Night’s Dream. The passage is arguably the greatest spoof of rhetorical ornamentation ever written, full of frivolous fun with figures and forms, not least excessive *alliteration and a brilliant reductio ad absurdum of classical rhetoric. A ‘compare-and-contrast’ exercise on the (effective) use of figures in Cicero and Shakespeare should produce interesting results.

    (F) References to secondary literature: in the introduction and throughout the commentary I have included, in footnotes, a very selective – but, I hope, judicious – sample of some of the best scholarly literature available on the various themes mentioned in or raised by the passage from Cicero considered here. The reasons behind this practice, which is unusual for a commentary keyed to language learners, are various. Some issues may capture the imagination of readers who want to pursue them further. The references offer teachers the opportunity to introduce extra material or perspectives according to personal preference, perhaps via student reports. And some of the language students may come from sub-disciplines of classics such as ancient history where greater knowledge of the background gathered by following up on some of the secondary literature will enhance the inherent interest of the Latin text. Even for those users who do not feel the need or desire to chase up any of the items mentioned, the presence of references may be of benefit: it serves as a useful reminder that a mountain of scholarship exists, has accumulated over centuries and is growing on a daily basis. This mountain does not obstruct our view of the ancient world, but enables it, even if the view from the top and more gradually from any of the lower foothills is constantly changing. While most of the references are to secondary literature in English, I have not shied away from titles in various European languages, partly to acknowledge intellectual debts and partly to underscore the point that classics is, and has always been, an international enterprise. Any such material, however, has been confined to the footnotes. I cite all items in full on the spot (sacrificing economy and elegance in presentation to convenience of use) with four exceptions: recurrent references to Gildenhard (2011), Mitchell (1986), Morwood (1999), and Steel (2004) are presented in the Harvard system of author’s name + year of publication. Full details are included in the List of Abbreviations on page 167.

    (g) Translation: I have decided to include my own translation of the passage. It is solely meant as an aid to understanding the original and stays as close to the Latin as possible. As such, it has no literary value. Put differently, memorizing ce version for the exam won’t earn students any style-points.

    (h) Carte: the edition includes a map of the geographical names mentioned in the commentary. The hard copy is a snapshot of a map designed with the help of Google Earth. The (interactive) 3D version of the map is available under ‘Extra Resources’ on the book’s website at Open Book Publishers.

    (je) Appendix: issues for further discussion: finally, I have included an appendix that flags up some ‘big themes’ and open-ended questions raised by the text. They lend themselves for debate and group discussion and should help to relate the detailed work on the passage to wider frames of reference. For any one reader the edition may include information that may appear either too basic or too advanced. Less may perhaps have been more, but in the end I decided to trust in the ability of all users to screen out data deemed superfluous. Selective reading for pertinent information is, in any case, an increasingly important transferable skill.

    I am very grateful to the friends and colleagues who provided comments and feedback during my work on this volume, notably Benjamin Biesinger, Wolfgang Havener, Ted Kaizer, Myles Lavan, who also generously shared forthcoming work of his own, Mathew Owen, and Rik Van Wijlick. Closer to home, I would like to acknowledge the help of Norbert Gildenhard who read through an early draft, offering comments and corrections page by page, and Paola Ceccarelli who volunteered to design the map. I had hoped to include a reprint of Catherine Steel’s superb analysis of the Lampsacus episode (‘Being Economical with the Truth: What Really Happened at Lampsacus?’, in J. Powell and J. Paterson (eds.), Cicero the Advocate, Oxford: Oxford University Press, 233–51) in this volume unfortunately, problems to do with copyright interfered, but I am nevertheless very grateful for her personal agreement and support. Alessandra Tosi and Corin Throsby at Open Book Publishers have simply been wonderful in accommodating this rather unusual project as well as its urgent time frame. I also benefited much from the speedy endorsement and feedback offered by the two anonymous referees. As previous work, this volume profited considerably from the library resources of the Philologische Seminar of Tübingen University, and I am once again extremely grateful to Professor Maennlein-Robert for offering hospitality. My most significant debt is to three PhD students in the Department of Classics & Ancient History at Durham University. Zara Chadha, Louise Hodgson, and Lauren Knifton generously volunteered to read through the penultimate draft, provided invaluable annotations, and agreed to join in a series of workshops (‘having fun with Cicero’) devoted to discussing issues to do with the volume large and small. Their eagle eyes spotted more embarrassing mistakes than I care to remember and their good sense and sensibility vastly improved the final product. Their critical engagement with the commentary and ability to improve upon my own reading of Cicero exemplify my notion of this volume’s ideal reader. It is thus a particular pleasure to dedicate this book to them and their spirit of intellectual camaraderie.

    Ingo Gilgenhard, King's College Cambridge, 2011


    Voir la vidéo: INFSPM BATNA: 21 05 2018, Extrait Soutenance, DJELLA Nadjiba, BERKANE Khadidja -ISP-