Suite

Outil pour convertir le fichier .shp en fichier .tab ?

Outil pour convertir le fichier .shp en fichier .tab ?


Je recherche un outil gratuit capable de convertir un fichier ShapeFile (.shp) en un fichier MapInfo (.tab).


Si vous avez MapInfo, vous pouvez utiliser le traducteur universel, ou vous pouvez utiliser :

ogr2ogr

FWTools


ogr2ogr est bon. Si vous préférez une interface graphique, vous pouvez utiliser ogr2gui à partir de http://www.ogr2gui.ca/en/index.php


Si vous êtes vraiment enthousiaste et que vous aimez essayer différents logiciels. Ensuite, vous pouvez obtenir un essai de 14 jours de FME à partir du logiciel Safe, qui est en fait un logiciel assez intéressant.


Les fichiers .shx sont les fichiers d'index des fichiers de formes (.shp) Les fichiers de formes se composent de 3 fichiers :

  1. fichier .shp
  2. fichier .shx
  3. fichier .dbf

Le simple fait d'exporter l'un de ces fichiers ne pas exporter les données. C'est une façon grossière de faire les choses.

Cela dit, .SHP ne peut pas être directement exporté vers un format non ArcGIS. Vous aurez besoin d'un outil tel que Data Interoperability pour exporter à partir d'ArcGIS. Oui, si vous avez accès à MapInfo, vous pouvez directement lire les Shapefiles (car .shp est un format "ouvert") et l'enregistrer sous forme de fichiers TAB !


Modèle Excel pour convertir des coordonnées géographiques en UTM

Ce modèle facilite la conversion des coordonnées géographiques en degrés, minutes et secondes en coordonnées UTM.

1. Comment saisir les données

Les données doivent être traitées dans une feuille Excel, de manière à ce qu'elles soient au format requis. Bien entendu, les restrictions normales relatives aux plages de valeurs acceptées doivent être respectées au moment où nous parlons lorsque Nous expliquons les coordonnées UTM.

  • Le sphéroïde est choisi dans la forme déroulante
  • La première colonne sert uniquement à placer un chiffre
  • Les colonnes en jaune sont pour saisir les coordonnées géographiques
  • Les latitudes et les longitudes doivent être exprimées en chiffres (sans symbole de degrés, minutes ou secondes), et séparées en différentes colonnes, ces dernières pouvant avoir des décimales.
  • Les degrés de longueur ne doivent pas atteindre 180
  • Les notes dans les latitudes ne devraient pas atteindre 90
  • Les minutes et les secondes ne devraient pas atteindre 60, car elles feraient déjà partie de l'unité suivante
  • L'Est / Ouest doit être un "E" ou un "W", majuscule
  • Le Nord/Sud doit être un "N" ou un "S", majuscule

Si vous parvenez à les préparer dans une autre page d'excel, avec ces caractéristiques vous n'aurez qu'à faire un copier/coller

2. Les résultats de sortie

Les colonnes en vert sont les coordonnées UTM, selon le sphéroïde choisi, la zone est également affichée.

3. Comment les envoyer à AutoCAD

La colonne supplémentaire contient les coordonnées UTM afin que vous puissiez les envoyer à AutoCAD comme vous le feriez. Nous l'expliquons dans un autre article. Pour envoyer depuis Excel UTM vers Google Earth Voir cet autre article.

Examinez-le et signalez tout problème

Le modèle pour convertir les coordonnées géographiques en UTM.

Il est symbolique si l'on considère l'utilité qu'il procure et la facilité avec laquelle il peut être acquis.

Apprenez à créer ce modèle et d'autres dans le Cours de triche Excel-CAD-GIS.


Téléchargements de données

Ces fichiers SIG SHP couvrent la propagation des différents modes de transport dans les 48 États inférieurs de la fondation de ce pays jusqu'à (environ) 1911. son propre fichier ZIP d'archive qui contient la série complète de fichiers (fichiers de projection, de base de données et de polylignes, etc.) requis par ESRI ArcGIS et ArcGIS Pro. Ceux-ci sont collectivement appelés "fichier SHP" bien qu'il existe en fait plusieurs fichiers pour chaque mode de transport. Une fois décompressés, ces fichiers pour chaque SHP doivent être conservés ensemble et ne doivent être édités qu'à l'aide d'un programme SIG. S'il est corrompu, l'intégralité du fichier SHP deviendra inutilisable.

Le fichier de métadonnées (.XML) décrit brièvement le contenu de chaque SHP, la manière dont il a été créé et résume toutes les modifications apportées depuis la publication initiale de ces fichiers. Les problèmes liés à la création de ces fichiers SHP sont abordés de manière beaucoup plus détaillée dans la documentation ci-dessous. Cette documentation couvre les trois modes de transport pour lesquels j'ai créé des fichiers SHP.

Veuillez me contacter si vous avez des corrections à apporter à ces fichiers SHP.

J'attire également l'attention sur mon article de juin 2013 dans le JJournal d'histoire économique qui décrit une génération antérieure de fichiers SHP que ces fichiers remplacent. Un lien vers cet article apparaît sur ma page d'accueil (voir la barre de navigation ci-dessus).

Pour une utilisation récente de mes données ferroviaires, voir :

créé par Paul Cauthorn. Différentes couches actuelles et historiques peuvent être activées à l'aide des outils en haut à droite de son site Web “bygonemaps” et il y a un curseur d'opacité rouge en bas de la carte qui ajuste de nombreuses couches.

Documentation

Fichiers SHP compressés

(Création : 4 août 2015. Dernière modification du fichier SHP : 10 mai 2016)

Citation suggérée pour les données : Jeremy Atack, “Historical Geographic Information Systems (GIS) database of US Railroads for [selected years based on value of .dbf field “InOpBy” or “Exact”]” (mai 2016 ) en remplaçant le contenu entre parenthèses par la ou les années appropriées en fonction des critères de sélection de la base de données.

(Création : 1er septembre 2015. Dernière modification : 16 février 2015, correction de la projection cartographique)

Citation suggérée pour les données : Jeremy Atack, “Historical Geographic Information Systems (GIS) database of Steamboat-Navigated Rivers during the Nineteenth Century in the United States. » (Septembre 2015)

(Création : 23 août 2015. Dernière édition : 15 mars 2017, correction du terminus ouest du canal Érié)

Citation suggérée pour les données : Jeremy Atack, “Historical Geographic Information Systems (GIS) database of Nineteenth Century U.S. Canals.” (mars 2017)

ÉCHANTILLONS DES RECENSEMENTS INDUSTRIELS DES ÉTATS-UNIS

Ces données ont été recueillies sous le parrainage de la National Science Foundation grâce à diverses subventions accordées à Fred Bateman, Thomas Weiss et Jeremy Atack. Nous remercions chaleureusement leur généreux soutien.

Les données ici sont fournies ici sous forme de fichiers Microsoft Excel 2010. Ces mêmes données de base sont également disponibles auprès de l'ICPSR de l'Université du Michigan, qui est le dépositaire désigné « officiel ».

N'oubliez pas de télécharger également la documentation associée.

Échantillons au niveau des États (représentatifs des États individuels mais NON représentatifs au niveau national)

Échantillons nationaux (représentatifs du pays dans son ensemble et des régions individuelles)

Documentation

LIEN D'ENREGISTREMENT NOMINAL

Je travaille actuellement sur un programme de couplage d'enregistrements nominaux qui créera finalement un panel déséquilibré d'enregistrements de recensements individuels et familiaux/ménages à partir des recensements fédéraux de la population dans 140 cantons d'un océan à l'autre dans la partie nord des États-Unis liés à la ferme les enregistrements des recensements agricoles fédéraux de 1850 à 1880. Ainsi, les personnes du recensement de la population de 1850 sont liées au recensement de l'agriculture de 1850 si elles exploitaient une ferme dans le canton de l'échantillon. Ces enregistrements liés sont, à leur tour, liés au recensement de 1860 de population pour la même commune avec ces données également liées au recensement de l'agriculture de 1860, et ainsi de suite. Aucun effort n'est fait pour retracer les migrants sortants ou entrants dans les cantons de l'échantillon bien que cela soit certainement possible (pour les hommes, de toute façon) en utilisant les index de recensement créés par Ancestry.com.

Étant donné que les personnes sont liées par leur nom (complété par d'autres caractéristiques telles que l'âge, la profession, le lieu de naissance, les noms d'autres membres de la famille, etc.), les femmes qui se (re)marient sont généralement « perdues ».

Au fur et à mesure que les panneaux seront disponibles, ils seront liés ici.

Ce projet a également conduit à la création d'un programme de couplage d'enregistrements nominaux du domaine public, PCMatchmaker, qui peut être téléchargé ici. Le programme est stocké sous forme d'archive et contient 104 fichiers. Ceux-ci doivent être extraits et conservés ensemble dans un seul répertoire. Les utilisateurs potentiels doivent consulter la documentation ci-dessous avant d'exécuter ce programme.

Bien que ce programme ait été écrit avant Windows (en particulier la version 64 bits actuelle), il fonctionne toujours (en novembre 2016) dans une fenêtre de ligne de commande (“PCM.BAT”–voir la documentation ci-dessous), trouvée sous &# 8220Accessoires” dans le menu Démarrer de Windows.

La documentation du programme PCMatchmaker est ici et un article académique qui décrit ce programme peut être téléchargé ici.


Utilisation des géodonnées pour la navigation dans les services cartographiques gratuits. Comment le programme TRANSDATpro génère des fichiers KML et GPX à partir de GeoData de n'importe quel format de fichier,qui peuvent être affichés dans les services cartographiques tels que Google Earth et OpenStreetMap,est démontré ici par un exemple. Campine, 19 juin 2017 KilletSoft - Fred Killet Téléchargez le communiqué de presse et la feuille de travail au format PDF et MS WORD

Kempen, Rhénanie (Allemagne) - Pour les applications de cartographie, il existe des services de cartographie gratuits comme Google Earth, Google Maps, OpenStreetMap et OpenTopoMap disponibles pour tous ceux qui sont intéressés. Une tâche fréquemment nécessaire est l'affichage de ses propres géodonnées telles que des points, des lignes et des polygones en tant qu'objets sur les cartes fournies par ces services. Les objets géographiques peuvent être localisés en déplacement via GPS avec un smartphone, une tablette, un GPS ou un ordinateur portable, ou ils peuvent être inclus dans le processus de planification d'une manière différente.
Avec le programme TRANSDATpro by KilletSoft, les géodonnées de n'importe quelle source peuvent être converties aux formats de fichier KML et GPX. Ces formats de fichiers sont utilisés par les logiciels de cartographie qui utilisent des services cartographiques pour l'affichage de géodonnées externes sur des cartes ou dans des images satellite. Le format de fichier KML (Keyhole Markup Language) peut afficher les éléments graphiques comme le point, la ligne, le polygone avec des attributs comme la couleur du point, la largeur de la ligne et la couleur de remplissage dans les services de carte. Le format de fichier GPX (GPS Exchange Format) sert à l'échange de géodonnées entre les programmes et fournit des services cartographiques avec des géodonnées comme waypoints et traces. A droite, un exemple avec des géodonnées externes sur une carte satellite est affiché avec le GPX/KML Viewer de la société SeaWellSoft ( http://seawellsoft.com).
Interface utilisateur de TRANSDATpro TRANSDATpro transforme les géodonnées stockées dans Text, SDF, CSV, xBase, ArcGenerate ou Shapefiles à partir de n'importe quel système de référence de coordonnées en coordonnées géographiques requises sur l'ellipsoïde WGS84, et les écrit dans des fichiers KML et GPX. En plus des coordonnées requises et aux fins d'étiquetage des objets, TRANSDATpro peut écrire un nom d'objet et une description d'objet dans le fichier KML ou GPX à générer. A gauche, l'écran de démarrage du programme TRANSDATpro est affiché. Si vous cliquez dessus, la fenêtre principale du programme avec l'interface utilisateur multilingue est agrandie.
Exemple d'utilisation de services cartographiques gratuits
A titre d'illustration je voudrais adresser exemplairement la solution d'une demande qui m'est apportée par un client. Le client possède une table EXCEL dans laquelle sont répertoriés un grand nombre de poteaux en bois pour l'alimentation électrique d'une région rurale. Le client doit effectuer des contrôles locaux sur les poteaux en bois à intervalles réguliers. Il souhaite que les poteaux en bois soient marqués sur une carte qui est affichée sur son appareil extérieur. Un tel appareil peut être un ordinateur portable, une tablette ou un smartphone par exemple. A l'aide du GPS activé sur la carte, le client souhaite localiser les poteaux en bois et pouvoir les atteindre directement avec son véhicule de société. Dans le cours ultérieur, il est d'abord montré comment créer un fichier KML avec TRANSDATpro. Ensuite, plusieurs options pour l'affichage des poteaux en bois dans les services de carte à l'aide du fichier KML sont décrites.
Voici un extrait du tableau EXCEL Woodpoles.xls que j'ai modifié pour des raisons de protection des données et réduit en dix enregistrements de données à des fins de démonstration. Les champs de données "UTM_Est" et "UTM_Nord" décrivent l'emplacement des poteaux en bois en coordonnées UTM du système de référence ETRS89. Une numérotation consécutive des poteaux en bois est enregistrée dans le champ de données "PoleNo". Ces numéros doivent être affichés avec des marqueurs sur la carte par l'un des services de carte. Le champ "Description" contient les descriptions des poteaux en bois qui ont été sévèrement raccourcis dans ce cas. Des informations importantes telles que les adresses ou les conditions des poteaux en bois peuvent être remplies ici. La plupart des services cartographiques permettent d'afficher une description en double-cliquant sur le marqueur.
Etant donné que TRANSDATpro ne peut pas travailler directement avec le format XLS (classeur EXCEL), il faut tout d'abord convertir le tableau dans un format de données adapté. A cet effet, les formats CSV (Comma-Separated Values) ou dBase (Database Format), qui peuvent être facilement créés avec EXCEL, conviennent. À des fins de démonstration, j'utilise ici le format CSV. Tout d'abord, les lignes et les colonnes d'EXCEL, qui doivent être exportées, sont marquées. Ensuite, la fenêtre d'exportation EXCEL s'ouvre avec l'option de menu "Fichier / Enregistrer sous…". Ici, vous pouvez déterminer l'emplacement du fichier, attribuer un nom de fichier au fichier de poteaux en bois et sélectionner le type de fichier "CSV". En cliquant sur le bouton "Enregistrer" le fichier Woodpoles.csv est créé. Dans la première ligne, les descriptions des champs sont stockées. Tous les champs de données du fichier CSV sont désormais séparés les uns des autres par des points-virgules.
Préparation des objets géographiques avec TRANSDATpro
Le fichier CSV peut maintenant être utilisé pour générer un nouveau fichier au format de fichier KML. Mais d'abord, quelques paramètres doivent être ajustés dans le programme TRANSDATpro pour la transformation des coordonnées. Les emplacements des poteaux en bois sont disponibles dans le fichier CSV sous forme de coordonnées UTM dans le système de référence ETRS89. Mais les services cartographiques utilisent toujours les coordonnées géographiques avec le système de référence mondial WGS84. Ce type de coordonnées est également généré par les récepteurs GPS et transféré au service cartographique installé sur le dispositif d'affichage. De cette façon, il est assuré que la position GPS actuelle sur la carte sera compatible avec les emplacements des poteaux en bois qui y sont affichés. Par manque de place je ne montre qu'un extrait de la fenêtre principale de TRANSDATpro avec les paramètres importants pour la transformation des coordonnées.

Maintenant, les paramètres des fichiers d'entrée et de sortie doivent être ajustés. En cliquant sur le bouton "Travailler avec des fichiers de données", une autre fenêtre pour la configuration des fichiers s'ouvre. Ici aussi, seul un extrait de la fenêtre avec les paramètres requis est affiché.

Dans les deux listes déroulantes, les formats des fichiers d'entrée et de sortie sont définis. Il existe un fichier d'entrée au format CSV et un fichier de sortie au format KML doit être généré. Pour le fichier d'entrée, le point-virgule est choisi comme séparateur de champs de données. La position des coordonnées dans chaque enregistrement de données du fichier CSV commence dans le troisième champ de données. Vous y trouverez la valeur est de la paire de coordonnées UTM qui est complétée par la valeur nord dans le quatrième champ de données. Le deuxième champ de données affiche le nom du point qui est écrit à la position du point dans le service de carte. Nous utilisons le premier champ de données comme description du point qui s'affiche dans le service de carte en cliquant sur le point. La première ligne du fichier CSV doit être filtrée car elle ne contient que les descriptions des champs de données. Ils ne sont pas requis pour la génération du fichier KML. En bas à droite, nous sélectionnons l'option d'utilisation des coordonnées comme waypoints. Avec le bouton "Ouvrir un fichier d'entrée", le fichier CSV doit être sélectionné. Avec le bouton "Ouvrir un fichier de sortie", le chemin du fichier et le nom du nouveau fichier KML sont déterminés.
Parce que les paramètres sont maintenant terminés, le bouton "Calculer les coordonnées de la cible" est cliqué dans la fenêtre principale. Si tout a été fait correctement, un message de confirmation s'affichera. Soit dit en passant, la dernière coordonnée calculée à partir du fichier CSV peut déjà être affichée comme un seul point dans les services cartographiques OpenStreetMap, Google Maps et Google Earth. Cliquez simplement sur le bouton correspondant en bas à droite de la fenêtre principale de TRANSDATpro. Bien sûr, la condition préalable est que Google Earth soit installé sur l'ordinateur ou qu'il y ait une connexion Internet. L'affichage de point unique dans les services de carte est une fonctionnalité de TRANSDATpro qui fonctionne avec toutes les transformations de coordonnées directes et basées sur des fichiers.
Nous ne voulons pas afficher un seul point, mais tous les objets géographiques inscrits dans le fichier KML qui vient d'être généré. Vous pouvez maintenant afficher tous les poteaux en bois dans Google Earth en cliquant sur le bouton "Afficher le fichier de sortie" dans la fenêtre de configuration du fichier. Par manque de place l'extrait du programme Google Earth illustré ci-dessous est réduit au minimum. Sur l'image satellite, vous pouvez maintenant voir dix poteaux en bois avec des marqueurs et des noms de points à leur emplacement. Si vous cliquez sur un marqueur, la description du point s'affichera. En zoomant sur Google Earth, vous pouvez voir que le positionnement des marqueurs est identique aux emplacements des poteaux en bois. Dans cette section très agrandie, vous pouvez voir le poteau avec le nombre 435 et son ombre. La pointe du marqueur pointe exactement vers l'étape du pôle.

Fichier KML généré avec TRANSDATpro
Le fichier KML qui vient d'être généré est désormais disponible pour l'affichage des objets géographiques avec le plus de services cartographiques. Le fichier doit être copié sur le périphérique d'affichage et mis à disposition pour le logiciel de cartographie installé.
Dans un fichier KML, les objets géographiques sont stockés en syntaxe XML. Il existe des objets pour les points, les lignes et les polygones. Toutes les coordonnées sont toujours stockées en tant que coordonnées géographiques avec la longitude et la latitude de la séquence. Dans les fichiers KML, le WGS84 (World Geodetic System 1984) est toujours utilisé comme système de référence.
A droite, vous pouvez voir un extrait du fichier KML avec les données des quatre premiers poteaux en bois. Le fichier contient des objets ponctuels des dix poteaux en bois en tant qu'éléments <placemark> avec les noms de points <name>, les descriptions de points <description> et les coordonnées de points <coordinates>. Le fichier KML a un format lisible afin que les entrées puissent ensuite être modifiées avec un éditeur. Mais assurez-vous qu'après modification, le fichier est enregistré avec l'encodage de caractères UTF-8 afin que plus tard les trémas dans les noms de points et les descriptions de points s'affichent correctement sur les cartes.
Comme objectif du client, le fichier KML généré doit être affiché et navigué sur un dispositif d'affichage mobile indépendamment du programme TRANSDATpro. Il y a plusieurs façons de s'en rendre compte. Dans les explications suivantes, seules quelques solutions possibles sont brièvement abordées.
Affichage et navigation d'objets géographiques avec un logiciel de cartographie
Le fichier KML peut être utilisé indépendamment du programme TRANSDATpro sur tous les appareils d'affichage avec Google Earth installé. Il existe trois options pour afficher les poteaux en bois sur l'arrière-plan de la carte :

  1. En double-cliquant sur l'entrée du fichier dans l'explorateur
  2. Par glisser-déposer de l'explorateur vers Google Earth
  3. Par l'élément de menu "Fichier / Ouvrir…" dans Google Earth.

Ensuite, Google Earth fournit automatiquement une section de carte qui inclut tous les objets géographiques. Un exemple est illustré plus haut.
Un programme intéressant pour afficher vos propres objets géographiques à partir de fichiers KML ou GPX sur le fond de carte de différents services de cartographie est le logiciel de cartographie GPS Mate du bureau d'ingénierie Oestreicher à Munich (Allemagne). Le logiciel prend en charge les cartes en ligne comme OpenStreetMap, OpenCycleMap, OpenSeaMap, Google Maps, Bing Maps ou Nokia OVI Maps. Des couches dans divers formats de fichiers peuvent être chargées dans le programme. Le guidage d'itinéraire permet la navigation extérieure GPS vers les objets affichés. La position GPS actuelle est directement affichée sur les cartes. Le logiciel peut être installé sur des tablettes, des smartphones, des PC, des ordinateurs portables et des systèmes de navigation mobile (PNA). Sur la gauche, vous voyez les poteaux en bois sur un smartphone qui sont affichés avec GPS Mate à partir de notre fichier KML sur du matériel cartographique fourni par OpenStreetMap. À l'URL http://www.gps-mate.de, vous trouverez plus d'informations sur le logiciel polyvalent mais peu coûteux.
Dans Google Maps, les fichiers KML ne peuvent pas être importés directement. Mais en revanche, c'est facilement possible avec Google My Maps, si vous êtes connecté avec votre compte Google. Dans Google My Maps, jusqu'à 10 couches peuvent être créées et remplies avec leur propre contenu à partir de fichiers KML et GPX. Les propres objets géographiques peuvent alors être affichés et parcourus sur tous les appareils pris en charge par Google. Voici une petite section de carte avec les dix poteaux en bois, qui a été créée avec le compte Google My Maps de KilletSoft. En double-cliquant sur l'un des marqueurs affichés, la description du point sera activée. Au gré du client, vous pouvez naviguer de n'importe quel endroit vers chacun des poteaux en bois.

À l'adresse URL http://www.atlsoft.de/gpx, la société ATLsoft à Plattenberg (Allemagne) fournit une visionneuse GPS avec du matériel cartographique pris en charge par l'Agence fédérale allemande de cartographie et de géodésie (BKG). En option, les cartes des services cartographiques OpenTopoMap ou Google Maps peuvent également être utilisées ici. Vous pouvez simplement faire glisser le fichier KML de l'explorateur Windows sur l'interface de la carte et les objets qu'il contient seront marqués sur la carte. En cliquant sur un marqueur, le numéro du poteau en bois et la description sont affichés. Ici, j'ai préparé une section avec les poteaux en bois sur une carte avec la visionneuse GPS d'ATLSoft.

GPS-Empfang avec TRANSDATpro
En plus de la possibilité de convertir des géodonnées de n'importe quel format en fichiers KML et GPX, les positions GPS peuvent être reçues directement avec le programme TRANSDATpro. Grâce à la fonction de réception GPS intégrée, les signaux GPS peuvent être reçus via une antenne GPS puis analysés. Lors de l'utilisation d'un ordinateur portable, une souris GPS bon marché (à partir de 20 euros) est utilisée comme antenne. De cette façon, il permet de déterminer des données de position sous forme de coordonnées et d'altitudes, de paramètres de vitesse et de direction et l'heure exacte et de stocker ces informations dans un fichier GPS. Après avoir terminé une série de mesures, les coordonnées et les informations supplémentaires contenues dans le fichier GPS peuvent être transférées dans tous les formats de fichiers pris en charge par TRANSDATpro. Bien entendu, des fichiers KML et GPX peuvent également être générés pour un traitement ultérieur des positions GPS reçues dans les services cartographiques gratuits.
Sur le site https://www.killetsoft.de, vous trouverez des informations détaillées sur le programme de transformation des coordonnées TRANSDATpro. Vous pouvez également y télécharger une version d'essai gratuite. TRANSDATpro effectue des transformations de coordonnées rapidement et avec une grande précision. Dans le monde entier, le logiciel de transformation prend en charge des milliers de systèmes de coordonnées, de systèmes de référence géodésiques et de décalages de référence, des systèmes définis par l'utilisateur, des transformations 2D/3D, INSPIRE, NTv2, HARN, EPSG, GPS, dérive des continents et plus encore. Le convertisseur de coordonnées lit et écrit les formats de fichier Text, CSV, SDF, dBase, Arc-Shape, Arc-Generate, KML, GPX et autres. Aussi : Réception GPS en extérieur, visualisation dans Google Earth, Google Maps et OpenStreetMap, Portées de validité polygonale dans les fichiers NTv2, interface utilisateur multilingue.

Prix ​​des entreprises de l'UE 2020
Le magazine EU Business News de Grande-Bretagne a décerné le "EU Business Award 2020" à KilletSoft. Lire le Prix.
Lire le communiqué de presse.

Mappage des données

L'interface MapForce facilite l'intégration des données avec une interface graphique qui comprend de nombreuses options pour gérer, visualiser, manipuler et exécuter des mappages individuels et des projets de mappage complexes. Utilisez le volet de conception pour définir graphiquement les composants de mappage, ajouter des fonctions et des filtres pour la manipulation des données et faire glisser des connecteurs pour effectuer une transformation entre les formats source et cible.

Le volet de conception comprend des fonctionnalités conviviales pour vous aider à utiliser, identifier et redéfinir facilement les mappages de données les plus complexes. Par exemple, cliquer sur un nom d'élément le sélectionne automatiquement pour se connecter à un autre élément. Des invites contextuelles s'affichent lorsque vous placez votre souris sur des parties des connexions de mappage de données où vous pouvez afficher des informations supplémentaires telles que le ou les éléments cibles de mappage ou le type de données.

Les connexions sont facilement déplacées en cliquant et en faisant glisser vers la cible souhaitée, et des connecteurs en double (de la même source vers une autre cible) peuvent être créés en faisant glisser une connexion tout en maintenant simplement la touche CTRL enfoncée. L'activation de l'icône des éléments enfants de connexion automatique connecte automatiquement tous les éléments enfants du même nom sous l'élément parent.

Tout projet de mappage de données peut avoir plusieurs entrées et plusieurs sorties et combiner des types de données complètement disparates.

Les outils avancés de mappage de données dans MapForce incluent une riche bibliothèque de fonctions de traitement de données pour effectuer pratiquement toutes les conversions de données nécessaires requises par le projet d'intégration, et une fenêtre d'aperçu pratique vous permet de visualiser l'intégralité d'un projet de mappage de données et de zoomer sur des zones spécifiques selon les besoins et indique position dans la carte lorsque vous faites défiler le volet de conception. Vous pouvez naviguer même dans le plus grand projet de cartographie de données avec facilité !


Si la classe d'entités ou le jeu de données en entrée a un système de coordonnées inconnu ou non spécifié, vous pouvez spécifier le système de coordonnées du jeu de données en entrée avec le paramètre Système de coordonnées en entrée. Cela vous permet de spécifier le système de coordonnées des données sans avoir à modifier les données d'entrée (ce qui peut ne pas être possible si l'entrée est un format en lecture seule). En outre, vous pouvez utiliser l'outil Définir une projection pour affecter de manière permanente un système de coordonnées au jeu de données.

Les couvertures, les couvertures VPF, les jeux de données raster et les catalogues d'images ne sont pas pris en charge en entrée de cet outil. Utilisez l'outil Projeter un raster pour projeter des jeux de données raster.

Pour projeter une couverture, utilisez l'outil Projeter dans la boîte à outils Couverture.

    Par exemple, une transformation géographique n'est pas requise lors de la projection de GCS_North_American_1983 vers NAD_1983_UTM_Zone_12N car les systèmes de coordonnées d'entrée et de sortie ont le datum NAD_1983. Cependant, la projection de GCS_North_American_1983 vers WGS_1984_UTM_Zone_12N nécessite une transformation géographique car le système de coordonnées en entrée utilise le datum NAD_1983, tandis que le système de coordonnées en sortie utilise le datum WGS_1984.

Les transformations sont bidirectionnelles. Par exemple, si vous convertissez des données de WGS 1984 en NAD 1927, vous pouvez choisir une transformation appelée NAD_1927_to_WGS_1984_3, et l'outil l'appliquera correctement.

L'espace de travail in_memory n'est pas pris en charge en tant qu'emplacement pour écrire l'ensemble de données de sortie.

  • Un jeu de données d'entité contenant un jeu de données réseau : le jeu de données réseau doit être reconstruit
  • Un jeu de classes d'entités contenant une topologie : la topologie doit être à nouveau validée

Si l'entrée participe à des classes de relations (comme avec les annotations liées aux entités), la classe de relations sera transférée vers la sortie. L'exception concerne les tables autonomes participantes.

Selon les coordonnées de l'entité en entrée et l'horizon (étendue valide) du système de coordonnées en sortie, les multipoints, les lignes et les polygones peuvent être découpés ou divisés en plusieurs parties lors de leur projection. Les entités qui tombent complètement en dehors de l'horizon seront écrites dans la sortie avec une forme Null. Ceux-ci peuvent être supprimés à l'aide de l'outil Réparer la géométrie.

Les classes d'entités participant à un réseau géométrique ne peuvent pas être projetées indépendamment : l'ensemble du jeu de classes d'entités contenant le réseau doit être projeté.

De nombreux outils de géotraitement respectent le paramètre d'environnement Système de coordonnées en sortie et, dans de nombreux workflows, vous pouvez utiliser ce paramètre d'environnement au lieu de l'outil Projet. Par exemple, l'outil Union respecte le paramètre d'environnement Système de coordonnées en sortie, ce qui signifie que vous pouvez réunir plusieurs classes d'entités, toutes dans un système de coordonnées différent, et écrire la sortie unifiée dans une classe d'entités dans un système de coordonnées entièrement différent.

Les requêtes de sélection et de définition sur les couches sont ignorées par cet outil : toutes les entités du jeu de données référencées par la couche seront projetées. Pour projeter uniquement les entités sélectionnées, envisagez d'utiliser l'outil Copier les entités pour créer un jeu de données temporaire, qui contiendra uniquement les entités sélectionnées, et utilisez ce jeu de données intermédiaire comme entrée dans l'outil Projeter.

Lorsqu'une classe d'entités dans un jeu de classes d'entités est utilisée comme entrée, la sortie ne peut pas être écrite dans le même jeu de classes d'entités. En effet, les classes d'entités d'un jeu de classes d'entités doivent toutes avoir le même système de coordonnées. Dans ce cas, la classe d'entités en sortie sera écrite dans la géodatabase contenant le jeu de classes d'entités.

Lorsque le paramètre Conserver la forme est coché, les entités en sortie qui représentent plus précisément leur véritable emplacement projeté sont créées. Conserver la forme est particulièrement utile dans les cas où une ligne ou une limite de polygone est numérisée sous la forme d'une longue ligne droite avec peu de sommets. Si Conserver la forme n'est pas coché, les sommets existants de la ligne d'entrée ou de la limite du polygone sont projetés et le résultat peut être une entité qui n'est pas localisée avec précision dans la nouvelle projection. Lorsque Préserver la forme est coché ( preserve_shape="PRESERVE_SHAPE" en Python), des sommets supplémentaires sont ajoutés à l'entité avant la projection. Ces sommets supplémentaires préservent la forme projetée de l'entité. Le paramètre Maximum Offset Deviation contrôle le nombre de sommets supplémentaires ajoutés. Sa valeur est la distance maximale à laquelle l'entité projetée peut être décalée par rapport à son emplacement projeté exact tel que calculé par l'outil. Lorsque la valeur est petite, plus de sommets sont ajoutés. Choisissez une valeur qui convient à vos besoins. Par exemple, si votre sortie projetée est destinée à un affichage cartographique général à petite échelle, un écart important peut être acceptable. Si votre sortie projetée sera utilisée dans une analyse à grande échelle et sur de petites zones, un écart plus petit peut être nécessaire.

Pour effectuer une transformation verticale, cochez le paramètre Vertical facultatif dans la boîte de dialogue. Par défaut, le paramètre Vertical est désactivé et n'est activé que lorsque les systèmes de coordonnées en entrée et en sortie ont un système de coordonnées verticales (VCS) et que les coordonnées de la classe d'entités en entrée ont des valeurs z. De plus, une configuration de données supplémentaires (données de systèmes de coordonnées) doit être installée sur le système.

Lorsque vous sélectionnez le système de coordonnées en sortie, vous pouvez choisir à la fois le système de coordonnées géographiques ou projetées et un VCS. Si les VCS d'entrée et de sortie sont différents, une transformation verticale appropriée et une transformation géographique (donnée) facultative sont disponibles. Si une transformation doit être appliquée dans le sens inverse de sa définition, choisissez l'entrée avec le tilde (


Outil pour convertir le fichier .shp en fichier .tab ? - Systèmes d'information géographique

Préface : geotools est un outil de développement SIG open source qui peut être utilisé pour développer, la lecture et l'écriture de fichiers de conversion liés aux SIG, JTS et d'autres méthodes de calcul spatial.

GeoTools est une bibliothèque de code Java open source (LGPL) qui fournit des méthodes conformes aux normes pour la manipulation de données géospatiales, par exemple pour mettre en œuvre des systèmes d'information géographique (SIG). La bibliothèque GeoTools implémente les spécifications Open Geospatial Consortium (OGC) au fur et à mesure de leur développement.
Les fonctions principales sont les suivantes :
http://docs.geotools.org/stable/userguide/

Cet article présente principalement comment lire, écrire et coordonner le fichier SHP, et cet article présente principalement la conversion de fichier SHP de la ligne, point.

Parce que les données que l'auteur obtient sont les données sous le système de coordonnées WGS84, il est nécessaire de convertir les données, et la plupart des cartes électroniques de notre pays sont GCJ02 (le système de coordonnées a été calculé par un algorithme de cryptage du test national), il y aura donc un certain degré de déviation. Comme maintenant il existe une carte open source OSM, ils fournissent des données dans le système de coordonnées WGS84. Par conséquent, nous devons convertir le système de coordonnées pour afficher les données sur la carte électronique des fabricants de cartes nationaux. Alors, comment convertissez-vous ces données ?


Les systèmes d'information géographique comme outil de gestion des programmes de lutte contre la schistosomiase en Egypte

Au cours d'une étude de 4 ans, un modèle de risque de système d'information géographique (SIG) a été construit pour prédire le risque relatif de schistosomiase dans le gouvernorat de Kafr El-Sheikh, en Égypte. A 1-year 1990-1991 time series on diurnal temperature difference (dT) prepared from the advanced very high resolution radiometer (AVHRR) sensor on the NOAA-11 satellite was used to develop a regional risk model for the Nile delta based on thermal-hydrological domains. A May 15, 1990 Landsat TM scene (path 177, Row 38) was used to develop a local 'village-scale' environmental risk model based on higher resolution satellite sensor data (30 m picture element size at earth surface). Four of ten classes derived from a tasseled cap (Tcap) transformation of the Landsat TM scene were shown to be significantly related to a 5-year Schistosoma mansoni prevalence database from the Ministry of Health. A risk model was developed based on dT and the proportional area of the four Tcap classes in 5 km(2) buffer zones centered on rural health unit (RHU) reporting units. Available historical data on S. mansoni and its snail host Biomphalaria alexandrina, as well as recent field collected data were gathered and incorporated as separate themes. Model validation was done using data collected on snail population bionomics-infection rates, water quality, underground water table and cercariometry at 13 hydrologically representative sites. The role of soil type, water table and water quality was studied at 79 of 154 rural health unit sites. The model permitted retrieval of relevant data by RHU point location. For the first time in Egypt, the Kafr El-Sheikh GIS schistosoma prediction model can support MOH efforts to make more accurate control program decisions based on environmental predilection sites of endemic Schistosomiasis mansoni.


Web-GIS integrated open source mashup technology as a cue for integrated management in coastal megacities

Coastal resource management is a significant component of the sustainable development alongside the dynamic coastal zone overlapping urban regions. The Stakeholder requirements for the strategic coastal resource planning prerequisite a systematic approach to fill the critical gap on the subject of information, knowledge, data and GIS (Geographical Information System) services in coastal cities. In order to facilitate this, we introduce an open source Web-GIS based decision support framework stated as the Coastal management information system (CMIS) which has been developed to integrate data and knowledge coupled with GIS services for the Mumbai megacity, developed using the open source platform based on PHP and Map Script. CMIS consists of three key components – Data Centre (houses different datasets for expert stakeholders), Knowledge Centre (developed for common stakeholders), and Web-GIS based online mapping tool called CMIS Online which enables a user-friendly assessment of coastal resources. The framework can serve as a dynamic mapping application for coastal features, incorporating advanced GIS functionalities. This paper further describes the methodology for the development and implementation of CMIS as a pilot initiative along the coastline. The initiative can strengthen the institutional framework between associated government agencies, coastal planners, managers, and researchers. The study also encourages the use of open source coupled GIS techniques, which can enhance the transparency in the allocations and utilization of coastal resources among various end users, and thereby the developed framework can curtail over-exploitation of resources to some extent and can aid in the progression towards a more sustainable and resilient urban environment.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


Geographic Information Systems (GIS): Find Data

This contains some freely available data and data that is licensed specifically to MIT. When using GeoWeb to access the MIT Geodata Repository, you will also have access to publicly available data hosted by partner repositories. GeoWeb also searches the library records for maps and CDs/DVDs in the GIS lab.

2. Data links in this guide

While this list is not comprehensive, we've tried to include some commonly used, free, Internet sources for data. Some data is in .shp file format and some is tabular.

Hover on the drop down arrow under "Find data" above to see categories.

3. OpenStreetMap

This crowd-sourced map is a good place to look for data that you can't find elsewhere. It often contains basic infrastructure data for places such as transportation, building outlines and location, natural features, and points of interest.

To download the data as shapefiles, we recommend using Geofabrik.

4. Barton Library Catalog

Some data is only available on CD-ROM or DVD-ROM in the GIS lab. These are listed in Barton catalog (MIT's Library catalog) to find these datasets.

5. The Internet

New, freely available data is being posted all the time, so if you can't find the data you are looking for using the links above, try doing an Internet search. If you find useful data, let us know so we can add the link to this site. Also make sure to download and save the data. Web pages often appear and disappear overnight!

6. Create your own data

You can collect data using a GPS unit and then add it as a layer to ArcMap. If you find data in tables that you would like to use, you can join this tabular data to a pre-existing .shp file. If you need help doing this, come to help hours in the GIS lab or contact us.


Voir la vidéo: How to convert SHP to TAB Esri Shapefile to MapInfo 2016