Suite

Comment obtenir les coordonnées de la ligne

Comment obtenir les coordonnées de la ligne


Je travaille sur la console python Qgis. Je veux tracer une ligne au centre de deux lignes parallèles… Pour ce faire, je dois d'abord stocker les coordonnées de ces deux lignes dans une variable afin que je puisse appliquer une formule de distance pour tracer une ligne au centre de deux lignes…

Quelqu'un peut-il me dire comment obtenir les coordonnées d'une ligne sélectionnée via la console python?


Si vous n'avez sélectionné qu'une seule ligne, vous pouvez utiliser ceci :

select = iface.activeLayer().selectedFeatures() pour la fonctionnalité dans select: geom = feature.geometry() if geom.type() == QGis.Line: feat_geom = geom.asPolyline() x=feat_geom[0][0 ] y=feat_geom[0][1] print x, y #vous pouvez également l'exporter en tant que wkt, si vous en avez besoin pour d'autres calculs wkt = geom.exportToWkt() print wkt

si vous avez plus de fonctionnalités sélectionnées, vous pouvez créer une liste et y ajouter les valeurs.

feat_geom = [] select = iface.activeLayer().selectedFeatures() pour la fonctionnalité dans select: geom = feature.geometry() if geom.type() == QGis.Line: f_geom = geom.asPolyline() #créer une liste des géométries feat_geom.append(f_geom) imprimer feat_geom

Comment trouver l'emplacement géographique du serveur Linux dans le terminal

Dans cet article, nous allons vous montrer comment trouver l'emplacement géographique de l'adresse IP d'un système Linux distant en utilisant open Apis et un simple script bash à partir de la ligne de commande.

Sur Internet, chaque serveur a une adresse IP publique, qui est attribuée directement au serveur ou via un routeur qui envoie le trafic réseau à ce serveur.

Les adresses IP offrent un moyen facile de suivre l'emplacement du serveur dans le monde en utilisant deux API utiles fournies par ipinfo.io et ipvigilante.com pour obtenir le ville, Etat, et de campagne connecté à un serveur.

Installer Curl et jq

Pour obtenir l'emplacement géographique de l'adresse IP du serveur, nous devons installer le téléchargeur de ligne de commande curl et jq outil en ligne de commande pour traiter les données JSON des API de géolocalisation.

Trouver l'adresse IP publique du serveur

Pour obtenir l'adresse IP publique du serveur, utilisez la commande curl suivante pour faire une demande d'API à ipinfo.io dans votre terminal comme indiqué.

Obtenir des données de localisation IP à partir de l'API

Une fois que vous avez l'adresse IP publique du serveur, vous pouvez maintenant faire une demande à ipvigilante.com‘s API pour récupérer les données de géolocalisation à l'aide de la commande suivante. Assurez-vous de remplacer &lvotre adresse IP> par l'IP publique du serveur&8217s.

Ce sont les données que nous obtenons de la commande ci-dessus.

Automatiser l'appel d'API à l'aide du script Bash

Maintenant, pour automatiser le processus de l'API, nous allons créer un script appelé getipgeoloc.sh (vous pouvez le nommer comme vous le souhaitez) à l'aide de l'un de vos éditeurs de ligne de commande préférés.

Ensuite, copiez et collez la commande longue suivante dedans.

Enregistrez le fichier et rendez le script exécutable avec la commande suivante.

Enfin, exécutez le script pour obtenir votre emplacement géographique IP Linux, comme indiqué dans la capture d'écran suivante.

Le script ci-dessus montre le ville et de campagne nom ainsi que le nom approximatif latitude et longitude coordonnées.

Alternativement, vous pouvez également exécuter la commande ci-dessus sans l'enregistrer dans un script, comme indiqué.

Vous aimerez peut-être également lire les articles connexes suivants :

C'est tout pour le moment! Dans ce court article, nous avons montré comment obtenir votre emplacement géographique IP Linux à partir du terminal en utilisant le boucle et jq commandes. Partagez vos idées avec nous ou posez des questions via le formulaire de commentaires ci-dessous.


2 réponses 2

Pour obtenir les coordonnées des coins de votre géotiff, procédez comme suit :

Cependant, ceux-ci peuvent ne pas être au format latitude/longitude. Comme Justin l'a noté, votre géotiff sera stocké avec une sorte de système de coordonnées. Si vous ne savez pas de quel système de coordonnées il s'agit, vous pouvez le découvrir en exécutant gdalinfo :

Cette sortie peut être tout ce dont vous avez besoin. Si vous souhaitez le faire par programmation en python, c'est ainsi que vous obtenez les mêmes informations.

Si le système de coordonnées est un PROJCS comme dans l'exemple ci-dessus, vous avez affaire à un système de coordonnées projeté. Un système de coordonnées projetées est une représentation de la surface de la terre sphéroïdale, mais aplatie et déformée sur un plan. Si vous voulez la latitude et la longitude, vous devez convertir les coordonnées dans le système de coordonnées géographiques de votre choix.

Malheureusement, toutes les paires latitude/longitude ne sont pas créées égales, étant basées sur différents modèles sphéroïdaux de la terre. Dans cet exemple, je convertis en WGS84, le système de coordonnées géographiques privilégié dans les GPS et utilisé par tous les sites de cartographie Web populaires. Le système de coordonnées est défini par une chaîne bien définie. Un catalogue d'entre eux est disponible à partir de la référence spatiale, voir par exemple WGS84.


Comment les coordonnées UTM sont-elles mesurées sur les cartes topographiques USGS ?

Le système de coordonnées UTM (Universal Transverse Mercator) divise le monde en soixante zones nord-sud de 6 degrés de longitude chacune. Les zones UTM sont numérotées consécutivement en commençant par la zone 1, qui comprend le point le plus à l'ouest de l'Alaska, et progressent vers l'est jusqu'à la zone 19, qui comprend le Maine. Si des ticks UTM sont affichés sur une carte topographique USGS, la zone est indiquée dans la légende de crédit dans le coin inférieur gauche du col de la carte.

Dans chaque zone, les coordonnées sont mesurées sous forme d'ordonnées et d'abscisse en mètres. Les valeurs d'ordonnée sont mesurées à partir de zéro à l'équateur dans une direction nord. Chaque zone a un méridien central auquel est assignée une valeur d'abscisse de 500 000 mètres. Dans la zone 16, par exemple, le méridien central est à 87 degrés de longitude ouest. Un mètre à l'est de ce méridien central se trouve à 500 001 mètres à l'est.

Carte US Topo montrant la latitude et la longitude du coin (38°N, -115,8750°W) et les lignes de quadrillage brunes UTM (4 206 000 mètres au nord et 599 000 mètres à l'est)

Presque toutes les cartes topographiques USGS produites après 1977 montrent des graduations UTM sur les côtés de la carte (ou une grille en trait plein) tous les 1 000 mètres. Certaines cartes, y compris toutes celles produites après 2009 (cartes US Topo) incluent des lignes de quadrillage UTM complètes. Pour effectuer des mesures UTM, subdivisez les carrés de grille de 1 000 mètres en dixièmes ou centièmes. Cela réduit la coordonnée à un carré de 100 mètres ou de 10 mètres. Les mesures peuvent être effectuées à l'aide d'une superposition de mylar quadrillé, d'une balance en papier ou d'un lecteur de coordonnées.

Notez que les grands nombres adjacents aux graduations autour du périmètre de la carte représentent des dizaines de milliers et des milliers de mètres. Les millions et les centaines de milliers de mètres sont affichés avec de petits nombres et sont parfois supprimés lors de l'indication des positions de coordonnées UTM. La mise en œuvre militaire de l'UTM (Military Grid Reference System ou MGRS) laisse tomber les petits chiffres et indique le carré de 100 000 mètres par un identifiant à deux lettres. La plupart des utilisateurs UTM et des unités GPS (Global Positioning System) utilisent la pleine valeur des coordonnées UTM.


T 0478/06 (Geo-enabled personal information manager/LUCENT TECHNOLOGIES) du 30.6.2009

I. Ce recours est dirigé contre la décision de la division d'examen de rejeter la demande de brevet européen n° 98308084.7 au motif que la revendication 3 de la requête principale n'impliquait pas d'activité inventive (article 56 CBE 1973) et que les revendications 1 et 3 de la requête subsidiaire contenait des éléments supplémentaires (article 123(2) CBE 1973).

II. Dans le mémoire exposant les motifs du recours, le requérant a maintenu la précédente requête principale et a déposé une nouvelle première et deuxième requête subsidiaire avec des revendications légèrement modifiées.

III. Dans une communication, la chambre a considéré que la revendication d'appareil 3 (ainsi que la revendication de méthode 1) de toutes les demandes n'impliquait pas d'activité inventive, par rapport à la combinaison de WO-A-96/00373 (D1) et de la règle générale commune de l'homme du métier. connaissance.

IV. Dans une réponse, le requérant a déposé une nouvelle requête unique avec la revendication de méthode 1 modifiée essentiellement pour inclure un deuxième aspect de l'invention tiré de la description, et a fourni des arguments à l'appui de l'activité inventive. Le requérant a également présenté une requête subsidiaire de procédure orale.

V. Dans la communication accompagnant la citation à la procédure orale, la chambre a résumé les questions à débattre et a eu tendance à considérer que l'objet de la nouvelle revendication 1 n'avait toujours pas d'activité inventive.

VI. En réponse, le requérant a déposé d'autres arguments en faveur de l'activité inventive et a déposé une requête subsidiaire avec les revendications 1 et 2 de la requête principale combinées, cette dernière ayant été déposée pour la première fois avec la requête principale.

VII. Lors de la procédure orale devant la chambre, le requérant a demandé l'annulation de la décision attaquée et la délivrance d'un brevet sur le fondement des revendications 1 à 5 de la requête principale déposée par lettre du 30 mai 2008, ou des revendications 1 à 4 de la requête subsidiaire déposée par lettre du 12 mai 2009.

VIII. La revendication 1 de la requête principale se lit comme suit :

"Procédé de fourniture d'accès à des informations géographiques dans un système informatique, le procédé comprenant les étapes consistant à :

afficher au moins une partie d'un enregistrement sur un écran d'affichage d'un programme de gestion d'informations personnelles exécuté sur un ordinateur du système, dans lequel l'enregistrement comprend un identifiant d'emplacement et un bouton accessible par une commande utilisateur et pour demander des informations cartographiques associées audit emplacement identifiant sans demander à l'utilisateur de ressaisir les informations précédemment stockées et

générer automatiquement, en réponse à une commande de l'utilisateur sur ledit bouton, une demande du programme gestionnaire d'informations personnelles pour la récupération desdites informations cartographiques associées audit identifiant de localisation,

afficher, en réponse à la récupération desdites informations cartographiques, lesdites informations cartographiques et inviter l'utilisateur à indiquer si des directions sont requises vers ou depuis ledit identificateur d'emplacement.

La revendication 1 de la requête subsidiaire ajoute à la fin de la revendication 1 de la requête principale :

"dans lequel au moins un autre bouton accessible par une commande d'utilisateur et pour demander au moins une autre information géographique associée audit identificateur d'emplacement est affiché avec la représentation appropriée pour demander les informations cartographiques, dans lequel ladite au moins une autre information géographique comprend au moins un de la direction, de la météo et des pages jaunes."

IX. L'appelant a soutenu essentiellement ce qui suit :

D1 a révélé un système de navigation qui était un produit indépendant qui pouvait fonctionner sur des ordinateurs, des PDA, etc. Il montrait comment les premières versions des programmes de navigation fonctionnaient et utilisaient des commandes propriétaires. L'utilisateur devait toujours entrer toutes les informations requises et obtenait un résultat unique, tel que l'itinéraire demandé.

L'invention a résolu le problème consistant à proposer un mécanisme efficace ou pratique pour obtenir des informations géographiques supplémentaires concernant des informations personnelles stockées dans un gestionnaire d'informations personnelles (PIM). C'était le problème évoqué au paragraphe [0003] de la demande publiée.

Dl n'a donné aucune indication, ni aucun détail technique concernant la recherche d'informations géographiques associées à des adresses dans un programme de gestion d'informations personnelles.

Pour obtenir les données cartographiques d'un contact, l'homme du métier se serait rendu compte que l'adresse devait être trouvée dans le PIM et insérée dans le programme de navigation. En plus de l'écrire, l'homme du métier aurait pu envisager d'utiliser un copier-coller (première solution).

À la date de priorité de 1997, les systèmes de navigation automobile et de planification d'itinéraire étaient des produits exclusifs distincts des systèmes informatiques et des programmes PIM de sorte que l'homme du métier ne les aurait pas nécessairement liés. L'homme du métier dans le domaine des PDA se serait rendu compte que les fabricants de PDA n'étaient pas disposés à ouvrir leurs systèmes et aurait demandé au spécialiste de la navigation de modifier le système de navigation. Ainsi, même si l'homme du métier aurait envisagé d'utiliser un lien d'un programme à un autre, il aurait plutôt modifié le programme de navigation indépendant pour y extraire l'adresse (deuxième solution).

Même si l'homme du métier avait modifié le PDA et prévu un bouton selon l'invention, celui-ci aurait lié à une adresse d'origine ou de destination d'un système de navigation tel que celui en D1 (troisième et quatrième solutions). Ces solutions n'ont nécessité aucune modification du système de navigation de D1. Cependant, ils n'ont pas abouti à des "informations cartographiques" comme indiqué.

Pour arriver à la revendication, le problème aurait dû être modifié pour inclure l'élément de fournir des informations cartographiques. L'homme du métier aurait dû fournir un nouveau type de requête pour les informations cartographiques. Cependant, même cela aurait conduit à des solutions provisoires (cinquième et sixième solutions) où des données supplémentaires étaient nécessaires. Il ne s'agirait pas de la génération automatique revendiquée d'informations cartographiques.

Il n'y avait pas non plus de motivation pour inciter l'utilisateur à indiquer si des directions étaient requises vers ou depuis ledit identificateur d'emplacement, ce qui nécessiterait encore une autre reformulation du problème. Cependant, même si l'homme du métier avait envisagé de fournir des informations de direction, la solution la plus évidente aurait été de fournir un bouton « revenir en arrière » dans les informations cartographiques permettant à l'utilisateur de revenir à la page de requête du programme de navigation pour demander les informations (septième , huitième et neuvième solutions).

L'homme du métier avait donc de multiples possibilités pour modifier l'exposé de Dl afin de trouver une solution au problème. Toutes les solutions différaient sensiblement de l'invention définie dans la nouvelle revendication 1. Elles étaient plus étroitement liées à la divulgation de Dl.

Même si l'une quelconque de ces fonctions prises isolément était considérée comme évidente pour l'homme du métier à la lumière des connaissances générales courantes et des pratiques de programmation normales, elles se sont combinées dans le contexte technique actuel pour permettre une recherche et une récupération rapides, faciles à manipuler et efficaces outil, qui allait au-delà de la simple agrégation d'options de conception normales.

L'échec des autres à développer cette solution, malgré une longue exposition aux programmes conventionnels de gestion des informations personnelles, constituait une preuve solide d'activité inventive.

L'invention dans la requête subsidiaire a en outre résolu le problème de la simplification de la saisie de deux ou plusieurs types d'informations. Cela est allé encore plus loin que la demande principale en imaginant quels autres types d'informations l'utilisateur pourrait vouloir.

Motifs de la décision

1. Le recours remplit les conditions visées à la règle 65(1) CBE 1973 et est donc recevable.

2. L'application concerne le problème de la récupération automatique d'informations géographiques, telles que des informations de carte, de direction, de météo ou de pages jaunes, à partir d'Internet ou d'une autre source, associées à des enregistrements déjà stockés dans un gestionnaire d'informations personnelles (PIM) tel qu'un carnet d'adresses, un gestionnaire de contacts ou un organisateur. Classiquement, l'utilisateur devait ressaisir une adresse du programme PIM dans un service d'information géographique en ligne ou un autre logiciel. Ceci était inefficace, et source d'inconvénients et de gêne pour l'utilisateur (voir le paragraphe de demande publiée [0003]).

3. La solution à ce problème est essentiellement de fournir un bouton dans l'affichage du programme PIM pour demander des informations cartographiques associées à une adresse à partir d'un enregistrement de données dans le PIM (Figure 3 de l'application). Ainsi, si l'utilisateur souhaite une carte associée à l'adresse du contact, il n'a qu'à cliquer sur le bouton 60. Une adresse est automatiquement extraite de l'enregistrement affiché et permet de récupérer des informations cartographiques à partir d'un site web sur Internet, tel que mapsonus.com, sans autre intervention. Un deuxième aspect de l'invention, revendiqué pour la première fois en appel, consiste à inviter l'utilisateur, lors de l'affichage des informations cartographiques, à indiquer si des indications de direction sont nécessaires (colonne 9, lignes 4 à 8). La requête auxiliaire ajoute l'idée de fournir un bouton supplémentaire pour demander des informations géographiques supplémentaires, par ex. direction, météo ou pages jaunes (Figure 3 de la demande).

4. La division d'examen a trouvé l'appareil de la revendication 3 (sans le deuxième aspect) évident à partir de l'état de la technique d'un ordinateur standard. Plus précisément, la division d'examen a divisé la revendication en une partie matérielle, considérée comme divulguée par un ordinateur standard, une partie logicielle, considérée comme constituée de techniques logicielles standard, et une partie application. La partie applicative concernait la gestion d'informations personnelles, d'un identifiant de localisation et d'informations géographiques. Cette partie a été considérée comme n'ayant aucun caractère technique et donc ne contribuant pas à l'activité inventive. Ainsi, le problème technique a été considéré comme étant de savoir comment implémenter la partie application sur un ordinateur. Il a été jugé évident d'utiliser un ordinateur standard et un logiciel standard pour ce faire.

5. Bien que la chambre soit d'accord avec l'idée générale qui sous-tend cette approche, à savoir que les aspects non techniques ne contribuent pas à l'activité inventive, et qu'elle partage effectivement la conclusion de la division d'examen, la chambre trouve l'analyse plutôt superficielle. De l'avis de la Commission, il manque une explication des raisons pour lesquelles certains aspects n'ont pas de caractère technique et pourquoi leur mise en œuvre à l'aide des techniques logicielles standard est évidente. Il n'est probablement pas vrai, par exemple, que la mise en œuvre de toutes les "parties d'application" imaginables avec des techniques logicielles soit évidente.

6. En premier lieu, la chambre considère que le raisonnement aurait pu être étayé par une analyse plus précise des aspects non techniques. En règle générale, tous les aspects basés sur les intérêts subjectifs, les préférences personnelles et les activités (commerciales/commerciales) ou les circonstances de l'utilisateur sont de nature non technique. Ainsi, le Conseil convient que la gestion, c'est-à-dire l'utilisation selon les souhaits, des informations personnelles et géographiques est non technique. De plus, le choix de l'endroit où fournir un bouton de commande est une question de préférence de l'utilisateur et/ou de circonstances commerciales telles que le programme disponible pour être modifié. Il en va de même pour le deuxième aspect consistant à inviter l'utilisateur, lorsque les informations cartographiques sont affichées, à indiquer si des directions sont nécessaires. De l'avis du Conseil, cela n'est techniquement pas différent de la fonction de base consistant à proposer des instructions, différant tout au plus par une présentation d'informations sous la forme d'une question et par le moment où les instructions sont proposées, ce qui est une question de préférence de l'utilisateur, ni l'un ni l'autre n'étant une considération technique. Enfin, le contenu informatif lui-même est, bien entendu, également non technique et ne peut jouer un rôle pour l'activité inventive.

7. Deuxièmement, la Chambre considère qu'il existe un art antérieur plus concret disponible pour couvrir les aspects techniques qu'un ordinateur standard, à savoir les programmes PIM mentionnés au paragraphe [0002] de la demande ou l'assistant numérique personnel (PDA) mentionné en D1 à page 8, ligne 19. De plus, la demande et D1 divulguent ces programmes en combinaison avec la récupération d'informations géographiques à partir de services distants au paragraphe [0003] et à la page 8, lignes 15 à 22, respectivement.

8. Il est constant que la revendication 1 du procédé diffère de cet art antérieur par les caractéristiques susmentionnées de :

i) générer automatiquement, en réponse à une commande utilisateur sur un bouton dans le programme PIM, une demande du programme de gestionnaire d'informations personnelles pour la récupération d'informations cartographiques associées à un identifiant de localisation (dans le programme PIM), et

ii) lorsque les informations cartographiques sont affichées, inviter l'utilisateur à indiquer si des directions sont requises vers ou depuis ledit identificateur d'emplacement.

9. La Commission considère que lors de l'utilisation d'un PIM conventionnel, l'utilisateur se trouverait inévitablement confronté à une situation dans laquelle des informations cartographiques pour un contact sont souhaitées. Il serait bien sûr possible de saisir l'adresse manuellement, mais il serait évident pour l'homme du métier que cette tâche devrait être automatisée si elle s'avère lourde dans les circonstances (non techniques) du moment, par ex. pour un commercial en visite chez les clients. Ainsi, la Chambre juge qu'un problème technique évident pour l'homme du métier, qui ne contient aucun élément inventif, serait d'automatiser la récupération des informations géographiques relatives aux informations personnelles stockées dans le PIM. C'est le problème évoqué par le requérant et évoqué dans la requête (voir point 2 ci-dessus).

10. Il va de soi que ce problème peut être résolu en fournissant une sorte de bouton de commande qui permet de récupérer les informations requises. En appel, il y a eu beaucoup de discussions pour savoir si ce bouton serait dans le programme PIM poussant des données vers un programme de navigation, comme revendiqué, ou dans un programme de navigation qui accéderait aux informations géographiques extrayant les données du programme PIM. L'appelant a estimé que ce serait ce dernier parce que dans D1, c'était le programme de navigation qui fournissait l'information géographique et cela fonctionnait indépendamment du reste du système.

11. Cependant, en fin de compte, comme mentionné ci-dessus, la chambre arrive à la conclusion qu'en l'espèce, le choix de l'emplacement du bouton de commande est une considération purement non technique, telle que les préférences de l'utilisateur (par ex. en ce qui concerne la confidentialité des données stockées dans le PIM), ou les circonstances commerciales dont le programme est disponible pour être modifié. Elle n'a aucun effet technique sur le résultat final de l'affichage des informations cartographiques, même si cela implique une mise en œuvre technique particulière. Cependant, hormis le fait de ne pas être revendiqué en détail, l'homme du métier n'envisagerait aucune difficulté dans cette mise en œuvre puisque l'utilisation d'un bouton, par ex. sur un formulaire HTML, envoyer une commande à un service distant était bien connu à la date de priorité.

12. La plupart des arguments du requérant sur ce point (et d'autres) visent à montrer que D1 conduirait l'homme du métier à d'autres solutions que celle revendiquée. Cependant, la conclusion ci-dessus selon laquelle la motivation pour arriver à ces solutions n'est pas technique rend la plupart de ces arguments sans objet. Ainsi, ces arguments peuvent au mieux être utilisés pour tenter de montrer que l'homme du métier n'envisagerait pas la mise en œuvre revendiquée de ces idées. Cependant, comme mentionné ci-dessus (et ci-dessous) dans les paragraphes pertinents, soit la revendication ne précise aucun détail de la mise en œuvre, soit l'homme du métier la considérerait comme connue ou comme une question évidente de conception courante. À cet égard, la chambre considère également que les arguments du requérant reposent trop étroitement sur la divulgation exacte de D1 et ne prennent pas suffisamment en compte les connaissances et les capacités de conception de routine de l'homme du métier.

13. Par exemple, l'appelant a fait valoir que même si le PIM était doté d'un bouton de commande, le résultat ne serait pas des « informations cartographiques » telles qu'elles sont revendiquées, mais uniquement des informations sur l'itinéraire d'une origine à une destination comme indiqué dans D1. Cependant, les informations fournies dépendent de la considération non technique de ce que veut l'utilisateur, et comme mentionné précédemment, les informations cartographiques d'un contact sont une possibilité. De plus, D1 divulgue en page 6, ligne 36 à page 7, ligne 4 et page 41, lignes 3 à 8 que différents types d'informations de la base de données cartographiques peuvent être demandés, de sorte qu'il n'y a pas d'obstacle technique à sa mise en œuvre. De même, de l'avis de la Commission, il résulte de l'examen de la récupération des informations cartographiques en saisissant manuellement les adresses dans les services d'information géographique en ligne dans la partie introductive de la demande, que cela était connu à la date de priorité.

14. L'appelant a soutenu qu'à la date de priorité de 1997, les systèmes de navigation automobile et de planification d'itinéraire étaient des produits exclusifs distincts des systèmes informatiques et des programmes PIM, de sorte que l'homme du métier ne les relierait pas nécessairement. Là encore, la Chambre considère qu'il s'agit d'un aspect commercial non technique, mais que l'homme du métier n'aurait en fait aucune raison technique de ne pas le faire. Il en va de même pour la prétendue crainte des fabricants de systèmes de navigation d'"ouvrir" leurs interfaces, ce qui pourrait d'ailleurs être une crainte réciproque de l'utilisateur si le programme PIM permettait à un programme de navigation d'accéder aux enregistrements de données des utilisateurs.

15. Compte tenu de la caractéristique d'incitation (différence ii), le requérant a soutenu qu'il n'était pas possible d'arriver à cette solution sans modifier de manière inadmissible le problème technique en incluant des éléments de la solution. Cependant, la Chambre considère que cette fonctionnalité relève toujours du problème de la récupération automatique des informations géographiques, en l'occurrence des informations de route. De plus, comme mentionné précédemment, cette idée concerne des considérations non techniques d'une préférence et une présentation des informations de direction qui ne peuvent pas contribuer à l'activité inventive. Seule la mise en œuvre de cette fonction pourrait y contribuer. Cependant, ce n'est pas précisé.

16. Par conséquent, la Chambre juge que la revendication 1 de la requête principale n'implique pas d'activité inventive (article 56 CBE 1973).

17. La revendication 1 de la requête subsidiaire ajoute à la revendication 1 de la requête principale qu'au moins un bouton supplémentaire est prévu pour accéder aux informations de direction, de météo ou de pages jaunes. De l'avis de la Commission, fournir un bouton pour les informations de direction est évident pour la même raison que la fonction d'inviter l'utilisateur à indiquer si des informations de direction sont requises. C'est une conséquence de la considération non technique de la préférence de moment pour offrir la fonctionnalité connue de fourniture d'informations de direction. Même si la fourniture de boutons pour les autres types d'informations n'était pas simplement revendiquée à titre d'alternative, la Chambre considère qu'ils seraient également évidents pour les mêmes raisons que la fourniture d'un bouton pour les informations cartographiques, étant tous dépendants des préférences de l'utilisateur et/ou circonstances commerciales.

18. Par conséquent, la Chambre juge que la revendication 1 de la requête subsidiaire n'implique pas d'activité inventive (article 56 CBE 1973).

19. En l'absence d'autres demandes, il s'ensuit que le pourvoi doit être rejeté.


Publications

Échantillonnage par forage de sédiments superficiels en Virginie du Nord et dans le sud du Maryland

De 2014 à 2017, le Florence Bascom Geoscience Center (FBGC) de l'U.S. Geological Survey a conclu un accord interinstitutions avec le Turner-Fairbank Highway Research Center (TFHRC) de la Federal Highway Administration pour aider à la sélection du site et aux travaux de forage à la tarière. Le TFHRC développait un appareil pour mesurer l'érosion.

Chirico, Peter G. DeWitt, Jessica D. Bergstresser, Sarah E.

Estimation de la température de surface de la mer piacenzienne à l'aide d'une fonction de transfert calibrée à l'alcénone

La stationnarité des préférences environnementales est une hypothèse principale requise pour toute reconstruction paléoenvironnementale à l'aide de matériaux fossiles basée sur l'étalonnage d'organismes modernes. La confiance dans cette hypothèse diminue à mesure que l'on remonte dans le temps, et la validité de l'hypothèse selon laquelle les tolérances de température des espèces n'ont pas changé.

Dowsett, Harry J. Robinson, Marci M. Foley, Kevin M.

Biogéographie et écologie des ostracodes dans le nord des mers de Béring, de Chukchi et de Beaufort aux États-Unis

Les ostracodes (crustacés bivalves) constituent une partie importante de la méiofaune benthique de la région Pacifique-Arctique, dont plus de 50 espèces, dont beaucoup ont des tolérances écologiques identifiables. Ces espèces ont un potentiel en tant qu'indicateurs utiles des changements passés et futurs de l'écosystème. Dans cette étude, nous avons examiné les ostracodes benthiques de près de 300 surfaces.

Gemery, Laura Cronin, Thomas M. Cooper, Lee W. Dowsett, Harry J. Grebmeier, Jacqueline M.


Congrès SIG 2021

À propos de la conférence

La 7 e Conférence internationale sur les SIG et la télédétection ( GIS Congress 2020 ) invite tous les participants du monde entier lors de

Rome, Italie. La nature relativement nouvelle de la conférence et sa pertinence pour le marché actuel des SIG font de ce sommet un événement à attendre avec impatience pour tous les membres de la communauté GIS Congress 2020.

Le thème du Congrès GIS 2020 est &ldquo SIG et techniques de télédétection pour une utilisation future & rdquo avec pour objectif d'aider les géologues, les géo-scientifiques, les professeurs et les étudiants à dépasser les limites des concepts de marketing conventionnels mais en constante évolution qu'une ConferenceSeries Ltd invite à s'adapter aux principes du marketing numérique. Comme le thème le suggère, la conférence entend rassembler des spécialistes et des pionniers du monde entier afin de contrer la sous-évaluation économique que les professionnels du SIG peuvent rencontrer dans leur pratique. L'approche directe et les sessions uniques de ce Congrès GIS 2020 se démarquent de tous ses pairs.

  • Nos conférences offrent la meilleure plate-forme pour votre recherche grâce à des présentations orales.
  • Partagez les idées avec d'éminents chercheurs et mentors.
  • Certificat de réorganisation du Young Scientist Award et souvenir des lauréats
  • Les jeunes scientifiques obtiendront des informations appropriées et opportunes par ce forum.
  • Plateforme de collaboration entre jeunes chercheurs pour un meilleur développement
  • Le prix devrait motiver les participants à s'efforcer de réaliser leur plein potentiel, ce qui pourrait à son tour être bénéfique pour le domaine dans son ensemble.

Date limite d'inscription :

  • Plateforme de collaboration entre jeunes chercheurs pour un meilleur développement
  • Jusqu'au 30 décembre 2019 et 399 $
  • Jusqu'au 30 janvier 2020 et 499 $
  • Jusqu'au 28 février 2020 et 599 $

ConferenceSeries Ltd organise une série de conférences de plus de 3000 événements mondiaux avec plus de 600+ conférences, 1200+ symposiums et 1200+ ateliers aux États-Unis, en Europe et en Asie avec le soutien de 1000 autres sociétés scientifiques et publie plus de 700 revues en libre accès qui contiennent plus de 30000 personnalités éminentes , scientifiques réputés en tant que membres du comité de rédaction.

Le système d'information géographique (SIG) est un outil informatique permettant de cartographier et d'examiner les changements sur terre. Le système d'information géographique (SIG) est conçu pour capturer, stocker et gérer tous types de données géographiques. La technologie SIG intègre des opérations de base de données courantes, telles que des requêtes et des analyses statistiques, avec des cartes. Le SIG gère les informations basées sur la localisation et fournit des outils pour l'affichage et l'analyse de diverses statistiques, y compris les caractéristiques de la population, les opportunités de développement économique et les types de végétation. Le SIG vous permet de lier des bases de données et des cartes pour créer des affichages dynamiques. Alors que la télédétection est l'art et la science de faire des mesures de la terre à l'aide de capteurs sur des avions ou des satellites. Ces capteurs collectent des données sous forme d'images et fournissent des capacités spécialisées pour manipuler, analyser et visualiser ces images. L'imagerie de télédétection est intégrée dans un SIG. La télédétection est l'acquisition d'informations sur l'objet sans aucun contact physique.

C'est votre meilleure occasion d'atteindre le plus grand assemblage de participants de la communauté géologique. Il fournit un forum technique de premier plan pour rendre compte et se renseigner sur les dernières recherches et développements, ainsi que pour lancer de nouvelles applications et technologies et l'efficacité de divers programmes de réglementation envers la géologie et ses sciences connexes. Organisez des présentations, distribuez des informations, rencontrez des scientifiques actuels et potentiels et recevez une reconnaissance de nom lors de cet événement de 2 jours. Des conférenciers de renommée mondiale, les techniques les plus récentes, les développements et les dernières mises à jour en géologie, géosciences sont les maîtres mots de cette conférence.

Notre objectif est de regrouper les géologues, la communauté des géoscientifiques et diverses associations géologiques et de créer une plate-forme d'échange d'informations robuste sur les avancées technologiques, les nouvelles réalisations scientifiques et l'efficacité de divers programmes réglementaires dans le domaine de la géologie. Il fournit un forum technique de premier plan pour rendre compte et se renseigner sur les dernières recherches et développements, ainsi que pour lancer de nouvelles applications et technologies.

Instituts et collèges de géologie et de géoinformatique

Associations et sociétés géologiques

Sessions & Pistes

ConferenceSeries Ltd invite tous les participants du monde entier à assister à la &lsquo6 ème conférence internationale sur les SIG et la télédétection &rsquo pendant

02-03 août 2021 à

Rome, Italie qui comprend des présentations importantes, des conférences orales, des présentations d'affiches et des expositions.

Congrès SIG 2020 conférence est organisée sur le thème &ldquo Application des SIG et Techniques de Télédétection ". Conference Series organise une série de conférences de plus de 1000 événements mondiaux comprenant plus de 300 conférences, plus de 500 symposiums et ateliers à venir et précédents aux États-Unis, en Europe et en Asie avec le soutien de 1000 autres sociétés scientifiques et publie plus de 700 revues en libre accès qui contiennent plus de 30000 éminentes personnalités, scientifiques réputés en tant que membres du comité de rédaction.

Le système d'information géographique (SIG) est un outil informatique permettant de cartographier et d'examiner les changements sur terre. Le système d'information géographique (SIG) est conçu pour capturer, stocker et gérer tous types de données géographiques. La technologie SIG intègre des opérations de base de données courantes, telles que des requêtes et des analyses statistiques, avec des cartes. Le SIG gère les informations basées sur la localisation et fournit des outils pour l'affichage et l'analyse de diverses statistiques, y compris les caractéristiques de la population, les opportunités de développement économique et les types de végétation. Le SIG vous permet de lier des bases de données et des cartes pour créer des affichages dynamiques. Considérant que la télédétection est un art et une science de faire des dimensions de la terre en utilisant les capteurs sur des avions ou des satellites. These sensors collect data in the form of images and provide specialized capabilities for manipulating, analyzing, and visualizing those images. Remote sensed imagery is integrated within a GIS. Remote sensing is the accession of information about the object without any physical contact.

We are inviting all the researchers/scientists, academic fellows, exhibitors and contributors to join us at the GIS Congress 2020 and all members of the GIS Congress 2020 Organizing Committee look forward to meet you in Barcelona, Spain.

Remote detecting is the procedure where the Remote sensors gather information by recognizing the vitality that is reflected from the earth. These sensors may be on satellites or mounted on airplanes. The electromagnetic radiation is ordinarily utilized as a data transporter as a part of remote detecting. Remote sensors assemble data by measuring the electromagnetic radiation that is reflected, discharged and consumed by articles in different ghostly districts, from gamma-beams to radio waves. To gauge this radiation, both dynamic and excluded remote sensors are utilized. Aloof remote sensors record common sensors that is reflected or radiated from the earth surface. The most widely recognized wellspring of discovery is daylight. Dynamic sensors utilize inside boosts to gather information about earth. Remote detecting strategies are utilized to pick up a superior comprehension of the earth and its capacities. A Global Earth Observation System of Systems (GEOSS) is being created to interface earth perception frameworks around the globe. A far reaching and composed arrangement of earth perceptions could prompt to better administration of natural information and could satisfy various societal advantages.

Related Associations and Societies:

A geographic information system ( GIS ) is a system designed to capture, store, manipulate, analyse, manage, and present spatial or geographic data . It is a computer-based tool that analyses stores, manipulates and visualizes geographic information, usually in a map. GIS can refer to a number of different technologies, processes, and methods. Il est rattaché à de nombreuses opérations et a de nombreuses applications liées à l'ingénierie, la planification, la gestion, le transport/logistique, l'assurance, les télécommunications et les affaires. Pour cette raison, les applications SIG et de géolocalisation peuvent être à la base de nombreux services de localisation qui reposent sur l'analyse et la visualisation. Le SIG peut relier des informations sans rapport en utilisant l'emplacement comme variable d'index clé. Locations or extents in the Earth space&ndashtime may be recorded as dates/times of occurrence, and x, y, and z coordinates representing, longitude, latitude, and elevation, respectively. All Earth-based spatial&ndashtemporal location and extent references should be relatable to one another and ultimately to a "real" physical location or extent.

Related Associations and Societies:

Present day GIS advances utilize computerized data, for which different digitized information creation strategies are utilized. The most well-known strategy for information creation is digitization, where a printed copy guide or overview plan is moved into an advanced medium using a PC helped outline (CAD) program, and geo-referencing capacities. With the wide accessibility of ortho-redressed symbolism (both from satellite and aeronautical sources), heads-up digitizing is turning into the principle road through which geographic information is removed. Heads-up digitizing includes the following of geographic information specifically on top of the elevated symbolism rather than by the conventional technique for following the geographic shape on a different digitizing tablet (heads-down digitizing).

Related Associations and Societies:

GIS maps are intuitive. On the computer screen, delineate can check a GIS outline any course, zoom in or out, and change the way of the data contained in the guide. From routinely performing business related assignments to logically investigating the complexities of our reality. GIS gives individuals the geographic favorable position to end up more profitable, more mindful and more responsive residents of planet Earth. Confronted with dreary forecasts of vitality supply and utilization, mankind is reacting with enormous endeavors to catch and develop renewable assets. We are hoping to support ourselves utilizing wind, sun based, geothermal, and biomass vitality. We are additionally looking for cleaner, more intelligent and more reliable strategies for vitality generation, transmission, and dispersion. GIS innovation is supporting and fundamental the advance of this momentous change. GIS is not just enhancing the way we create and convey vitality, it is changing the way we see our world's assets.

Related Associations and Societies:

2 nd­ World Conference on Soil Microbiology, Ecology and Biochemistry February 25-26, 2019 9 th World Convention on Waste Recycling and Reuse, March 11-12, 2019 Singapore 6 th World Congress on Green Chemistry and Recycling May 13-14, 2019 Singapore London, UK 5 th International Conference on Pollution Control & Sustainable Environment March 14-16, 2019, London, UK 3 rd International Conference on Ecology, Ecosystem and Conservation Biology, March 18-19, 2019 Chicago, USA 12 th World Congress and Expo on Recycling April 01-02, 2019, Paris, France 6 th World Congress on Climate Change & Global Warming, April 23-24, 2019 Vancouver, Canada 3 rd International Conference on Natural Hazards and Disaster Management, May 15-16, 2019 Singapore 7 th World Congress on Earth and Environmental Science, May 30-31, 2019 Singapore 11 th World Congress and Expo on Recycling June 13-14, 2019 Edinburgh, Scotland 7 th World Congress and Expo on Green Energy June 24-25, 2019 Barcelona, Spain 6 th International Conference on Geology, Geophysics and Environmental Science November 11-12, 2019 Helsinki, Finland.

Related Associations and Societies:

Seismology is the investigation of tremors and seismic waves. Seismic waves are the rushes of vitality brought about by the sudden breaking of shake inside the earth or a blast. They are the vitality that goes through the earth and is recorded on Seismographs. GIS deals with the effect of Earthquakes and different calamities by evaluating danger and peril areas in connection to populaces, property, and normal assets, integrating information and empowering comprehension of the extent of a crisis to deal with an episode and recognizing arranging region areas, operational branches and divisions, and other vital occurrence administration needs. Geodesy is the art of precisely measuring and comprehension three principal properties of the earth its geometric shape, its introduction in space, and its gravity field and in addition the progressions of these properties with time. In connection to GIS, geodesy gives the crucial structure to exact positions on or close to the Earth's surface.

Related Associations and Societies:

Geodynamics is the investigation of movement and change on Earth. It gives the quantitative establishment to the hypothesis of Plate Tectonics, Volcanism, the science of magma and volcanic rocks, gravity and geomagnetic inconsistencies and in addition seismic examinations concerning the structure of the mantle. Geodynamics represents considerable authority in top of the line Geographic Information Systems, offering a wide range of GIS administrations from basic information transformation to complex hydrographical information handling, information demonstrating and examination. Plate motions and plate deformation.

Related Associations and Societies:

Geostatistics is a branch of measurements concentrating on spatial or spatiotemporal datasets. Grown initially to foresee likelihood circulations of mineral evaluations for mining operations, it is as of now connected in different orders including petroleum topography, hydrogeology, hydrology, meteorology, oceanography, geochemistry, geometallurgy, geology, ranger service, natural control, scene biology, soil science, and farming. Geostatistics is connected in changed branches of geology, especially those including the study of disease transmission, the act of trade and military coordinations, and the advancement of productive spatial systems. Geostatistical calculations are fused in numerous spots, including geographic data frameworks (GIS) and the R factual environment.

Related Associations and Societies:

In natural resource management, remote sensing and GIS is mainly used in the mapping process. These technologies can be used to develop a variety of maps. Examples include: 1.Land cover maps 2. Vegetation maps 3. Soil maps 4. Geology maps. However, before these maps are developed, there are a variety of data that need to be collected and analyzed. Most of this data is collected with the help of remote sensing technology. Data can be collected using either ground photographs, aerial photographs or satellite photographs of the area of study. The choice of the photograph usually depends on the topography of the area of study and the aim of the study. For instance, aerial photographs (vertical or oblique) are always useful when spatial data need to be collected in the same area of study within intervals (hours, days, seasons, years etc.). This form of data collection shows the variations of the area of study within different periods of time. Satellite photographs can also be used to collect relevant data for the study. These types of photographs are however superior to aerial photographs in the sense that they have higher spectral, spatial, radiometric and temporal resolutions. Thus, satellite images are more detailed hence a lot of data can be generated from them. However, for remote sensing data to be effective, it needs to be incorporated together with topographical maps that show the variation of climate, soils, and other factors.

Related Associations and Societies:

It is the process of using the maps delivered by geographic information systems (GIS) in World Wide Web. A web map on the World Wide Web is both served and consumed, thus web mapping is more than just web cartography, it is a service by which consumers may choose what the map will show. Web GIS met l'accent sur les aspects de traitement des géodonnées plus impliqués dans les aspects de conception tels que l'acquisition de données et l'architecture logicielle du serveur tels que le stockage de données et les algorithmes, que sur les rapports de l'utilisateur final eux-mêmes. The terms web GIS and web mapping remain somewhat synonymous. Web GIS uses web maps, and end users who are web mapping are gaining analytical capabilities. The term location-based services refer to web mapping consumer goods and services. Web mapping usually involves a web browser or other user agent capable of client-server interactions. Questions of quality, usability, social benefits, and legal constraints are driving its evolution. The advent of web mapping can be regarded as a major new trend in cartography. Web mapping has brought many geographical datasets, including free ones generated by Open Street Map and proprietary datasets owned by Navteq, Google, Waze, and others. A range of free software to generate maps has also been conceived and implemented alongside proprietary tools like ArcGIS. As a result, the barrier to entry for serving maps on the web has been lowered.

Related Associations and Societies:

Spatial analysis is the means by which we comprehend our reality&mdashmapping where things are, the way they relate, what everything implies, and what moves to make. From computational investigation of geographic examples to discovering ideal courses, site choice, and progressed prescient displaying, spatial examination is at the very heart of geographic information system (GIS) innovation. Spatial investigation or spatial insights incorporates any of the formal strategies which concentrate on elements utilizing their topological, geometric, or geographic properties. Spatial examination incorporates an assortment of strategies, numerous still in their initial advancement, utilizing distinctive scientific methodologies and connected in fields as differing as cosmology, with its investigations of the arrangement of universes in the universe, to chip creation designing, with its utilization of "place and course" calculations to manufacture complex wiring structures. In a more limited sense, spatial investigation is the procedure connected to structures at the human scale, most strikingly in the examination of geographic information.

Related Associations and Societies:

GNSS is a satellite framework that is utilized to point out the geographic area of a client's collector anyplace on the planet. Geographical Navigation Satellite Systems (GNSS) incorporate groups of stars of Earth-circling satellites that communicate their areas in space and time, of systems of ground control stations, and of beneficiaries that ascertain ground positions by trilateration. GNSS are utilized as a part of all types of transportation: space stations, flight, oceanic, rail, street and mass travel. Situating, route and timing assume a basic part in broadcast communications, arrive studying, law authorization, crisis reaction, accuracy horticulture, mining, back, logical research et cetera. They are utilized to control PC systems, air activity, control frameworks and that's just the beginning. Two GNSS frameworks are as of now in operation: the United States' Global Positioning System (GPS) and the Russian Federation's Global Orbiting Navigation Satellite System (GLONASS). When all these worldwide and local frameworks turn out to be completely operational, the client will have entry to situating, route and timing signals from more than 100 satellites.

Related Associations and Societies:

Geographic information system and remote sensing are extremely valuable and powerful instruments in a debacle administration. Different debacles like seismic tremors, avalanches, surges, fires, torrents, volcanic ejections and violent winds are common dangers that murder bunches of individuals and pulverize property and frameworks consistently. Avalanches are the most consistent geographical vulnerabilities in mountain locales, especially in Sikkim Himalaya. Remotely detected information can be utilized productively to evaluate seriousness and effect of harm because of these calamities. In the debacle alleviation stage, GIS, assembled with global positioning system (GPS) is to a great degree valuable in inquiry and protect operations in ranges that have been crushed and where it is hard to discover one's direction. Catastrophe mapping is the drawing of territories that have been through inordinate characteristic or man-made inconveniences to the typical environment where there is lost life, property and national frameworks.

Related Associations and Societies:

GIS data useful for forest management, because most of the rainforest are depleting in enormous rate and it is due to the increasing rate of urbanization and agriculture and this human activities encroachment in forest areas. GIS is useful for representation in the form of graphs, maps and other GIS statistical modelling functionalities aids its value. So it is useful for forest management. DEM (Digital Elevation Data) of forest cover useful for GIS analysis. And it is useful for various terrain attributes examination, movement of soil and nutrients influence from it, as well as the resulting outcome on wildlife productivity, forest, plant distribution.

Related Associations and Societies:

A cartographic model is a plan of how to proceed through an analysis, including the necessary data, operations on those data, intermediate results of those operations, and the final results of the analysis. The cartographic modeling is defined in the following way: "the compilation of maps as spatial-sign models of reality designed for obtaining new knowledge about the object of 'investigation". The definition expresses the essence at compilation of maps and their application in scientific research. The cartographic modeling is oriented more toward process than product. lts major concern is not the way in which data are gathered, maintained, or conveyed but the way in which data are used. А map as а complicated model of space represents а classical cartographic model. The universal character of cartographic model is determined Ьу the following properties: abstractness, uniqueness, synthetic character of the view, adequacy and ambiguity as well as continuity of the view, visually, geometrical resemblance, geographical adequacy, in formativeness, quickness of reaction. Together with а simple map we can mention other cartographic models: globes, Block diagrams, atlases, microfiches, photomaps, poster maps, relief maps and anaglyphic maps. Main problems of cartographic modeling are abstraction and generalization. They mean an integral process.

Related Associations and Societies:

Geographic information systems (GISs) are becoming routine analysis and display tools for spatial data, used extensively in applications such as land-use mapping (for urban planning purposes), transportation mapping and analysis (for determining efficient transportation routes for deliveries and emergency response), geodemo graphic analysis (for facilities location), utilities infrastructure mapping (for precise gas, water, and electric line mapping), and multiple applications in natural resource assessment (including water quality assessment and wildlife habitat studies). GISs allow efficient and flexible storage, display, and exchange of certain kinds of spatial data, as well as potential interface opportunities for a variety of quantitative spatial analysis models. Users include: federal, state and local governments and their agencies, private firms, non-profit organizations, grassroots and community groups, universities, and research institutes. Yet, like all technologies, GIS co-evolves with the societies of which it is a part.


3. Integrated Analysis of Spatial and Attribute Data

Overlay

Overlay is a GIS operation in which layers with a common, registered map base are joined on the basis of their occupation of space. (Keith C. Clarke, 1997).

The overlay function creates composite maps by combining diverse data sets. The overlay function can perform simple operations such as laying a road map over a map of local wetlands, or more sophisticated operations such as multiplying and adding map attributes of different value to determine averages and co-occurrences.


Raster and vector models differ significantly in the way overlay operations are implemented. Overlay operations are usually performed more efficiently in raster-based systems. In many GISs a hybrid approach is used that takes advantage of the capabilities of both data models. A vector-based system may implement some functions in the raster domain by performing a vector-to-raster conversion on the input data, doing the processing as a raster operation, and converting the raster result back to a vector file.

Region Wide Overlay: "Cookie Cutter Approach"

The region wide, or "cookie cutter," approach to overlay analysis allows natural features, such as forest stand boundaries or soil polygons, to become the spatial area(s) which will be analyzed on another map.

For example ( see figures above): given two data sets, forest patches and slope, what is the area-weighted average slope within each separate patch of forest? To answer this question, the GIS overlays each patch of forest from the forest patch data set onto the slope map and then calculates the area-weighted average slope for each individual forest patch.

Co-Occurrence mapping in a vector GIS is accomplished by topological overlaying. Any number of maps may be overlayed to show features occurring at the same location. To accomplish this, the GIS first stacks maps on top of one another and finds all new intersecting lines. Second, new nodes (point features where three or more arcs, or lines, come together) are set at these new intersections. Lastly, the topologic structure of the data is rebuilt and the multifactor attributes are attached to the new area features.

Neighborhood Function

Neighborhood Function analyzes the relationship between an object and similar surrounding objects. For example, in a certain area, analysis of a kind of land use is next to what kinds of land use can be done by using this function. This type of analysis is often used in image processing. A new map is created by computing the value assigned to a location as a function of the independent values surrounding that location. Neighborhood functions are particularly valuable in evaluating the character of a local area.

Point-in-Polygon and Line-In-Polygon

Point-in-Polygon is a topological overlay procedure which determines the spatial coincidence of points and polygons. Points are assigned the attributes of the polygons within which they fall. For example, this function can be used to analyze an address and find out if it (point) is located within a certain zip code area (polygon).

Line-in-Polygon is a spatial operation in which lines in one coverage are overlaid with polygons of another coverage to determine which lines, or portions of lines, are contained within the polygons. Polygon attributes are associated with corresponding lines in the resulting line coverage. For example, this function can be used to find out who will be affected when putting in a new powerline in an area.

In a vector-based GIS, the identification of points and lines contained within a polygon area is a specialized search function. In a raster-based GIS, it is essentially an overlay operation, with the polygons in one data layer and the points and/or lines in a second data layer.

Topographic Functions

Topography refers to the surface characteristics with continuously changing value over an area such as elevations, aeromagnetics, noise levels, income levels, and pollution levels. The topography of a land surface can be represented in a GIS by digital elevation data. An alternative form of representation is the Triangulated Irregular Network or TIN used in vector-based systems.


Topographic functions are used to calculate values that describe the topography at a specific geographic location or in the vicinity of the location. The two most commonly used terrain parameters are the slope and aspect , which are calculated using the elevation data of the neighbouring points.


Slope is the measure of change in surface value over distance, expressed in degrees or as a percentage. For example, a rise of 2 meters over a distance of 100 meters describes a 2% slope with an angle of 1.15. Mathematically, slope is referred to as the first derivative of the surface. The maximum slope is termed the gradient . In a raster format DEM, another grid where each cell is the slope at a certain position can be created, then the maximun difference can be found and the gradient can be determined. Aspect is the direction that a surface faces. Aspect is defined by the horizontal and vertical angles that the surface faces. In a raster format DEM, another grid can be created for aspect and a number can be assigned to a specific direction.

Sun intensity is the combination of slope and aspect. Illumination portrays the effect of shining a light onto a 3-dimensional surface. (Stan Aronoff, 1989).

Thiessen Polygons

Thiessen or voronoi polygons define individual areas of influence around each of a set of points. Thiessen polygons are polygons whose boundaries define the area that is closest to each point relative to all other points. Thiessen polygons are generated from a set of points. They are mathematically defined by the perpendicular bisectors of the lines between all points. A tin structure is used to create Thiessen polygons.

Interpolation

Interpolation is the procedure of predicting unknown values using the known values at neighboring locations. The quality of the interpolation results depends on the accuracy, number, and distribution of the known points used in the calculation and on how well the mathematical function correctly models the phenomenon.


Systèmes d'Information Géographique (SIG)

Cleveland County Assessor&rsquos office GIS (Geographical Information System) has been is place since the early 1990s. The department has been using ESRI (Environmental Systems Research Institute) software for its mapping needs from the beginning to the present time. At this time the GIS department only maintains a parcel layer with plans of adding new layers for locating and more accurately assessing property in Cleveland County.

Locating land is fundamental to the tax mapping process. Once land is located it must also be given its own unique "name". This is called parcel identification. A good land description will permanently and distinctly locate one and only one individual parcel of land. In Oklahoma, land is described by written descriptions or legally recorded plats.

Written land descriptions may be based on the rectangular survey system (also known as the township and range system), a metes and bound description or a coordinate description system. This system is based on the idea of parallels and meridians that circle the globe. The equator and all horizontal lines north and s

outh of it are known as parallels. The vertical lines which converge at the north and south poles are known as meridians.

The rectangular survey system also has its own special meridians and parallels throughout the United States. The meridians are known as "principal" meridians. Each principal meridian has a parallel, which goes with it. These are known as "base" lines. The points where these two meet are known as initial points.

In Oklahoma, land described using this system is referenced to either the Indian or the Cimarron Meridians.

Another set of lines is established at 24-mile intervals north and south of the base line and at 24-mile intervals east and west of the principal meridian. The east-west lines are called standard parallels or corrections lines. They are one continuous, uninterrupted line. The north and south lines, called guide meridians, are not continuous throughout their length. Because meridians converge, as they get closer to the poles, they must be broken at the base line and at each standard parallel.

The guide meridians and standard parallels form a 24-mile square. Each of these 24-mile squares is divided into sixteen smaller units of land called townships. A township is, as nearly as possible, six miles by six miles. A row of townships extending north to south is called a range and a row east to west is called a tier. Each township is further divided into 36 one-mile square areas called sections.

Sections can be subdivided as well. The quarter section (160 Acres, 1/2 mile square), the half-quarter or eighth sections (80 Acres, 1/4 mile by 1/2 mile), and the quarter-quarter or sixteenth section (40 Acres, 1/4 mile by 1/4 mile). The quarter-quarter section is the minimum legal subdivision under the general land laws but it is common to divide the subdivision further for descriptive purposes.

Graphic land descriptions are based on the recording or filing of maps. These descriptions are known as "recorded map descriptions" or "legally recorded plats". Record map descriptions are descriptions of parcels by reference to lot numbers (or letters) and/or block numbers (or letters), and name or numerical designation given to a recorded or filed map.


How to get coordinates of line - Geographic Information Systems

I am developing an Windows Mobile application to show an image downloaded from http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap with &zoom=18 and &size=480x640

I wold like to click the image, get the x,y point (pixcel) of the picture and then convert it to Latitude/longitud.

Can be posible that? may you guide me to perform that?

Exist any piease of code to generate the convertion?

But math.cos(0) is always return 1. Is tis code correct or I am missing something here?

Thank you in advance for a eventually answer.


Mettre à jour:
For everyone who is interested, here I have got a quick and dirty solution:

private void DrawString(Graphics g, string s, Font f, Brush br, PointF projectedCoordinates, StringFormat sf)
<
PointF [] points = new PointF[1] < projectedCoordinates >
g.TransformPoints(CoordinateSpace.Page, CoordinateSpace.World, points)
Single adjustementFont = g.Transform.Elements[0]
GraphicsState gs = g.Save()
g.ResetTransform()
Font adjustedFont = new Font(f.FontFamily, f.Size * adjustementFont, f.Style, f.Unit)
g.DrawString(s, adjustedFont, br, points[0].X, points[0].Y, sf)
g.Restore(gs)
>

I am sure, the problem can have a better/elegant solution , but … this works until then.
Once again, thanks for the great article.
Meilleures salutations.

First, the map projection breaks down to simply multiplying the latitude and longitude by 6378137 meters, the equatorial radius of the WGS84 ellipsoid. The distortion on this projection is very high. But, it is a great example for understanding the general concept of projecting geographic coordinates, which I believe was the intent of this article. If a future reader is only interested in a displaying the relative locations of various features, I would recommend not using a projection and use the latitude and longitude directly. If you are developing in a Windows environment and would like to perform high accuracy projections, I would recommend reading the following, http://www.agc.army.mil/corpscon/using_the_corpscon_dll.pdf

Second, it is my opinion the “Have a Good Aspect” is misleading and simply corrects an error in logic. The “Before” picture in figure 1.5 is distorted because of the arbitrary coordinates used when the viewport object was initialized. Furthermore, the viewport is not used for anything and creates a smoke screen as to what is really going on, i.e. centering the data on the form. I have included some code below that will hopefully illustrate my point. Replace the form code with the code in the first section and add the DataObject class (section two) to the project. You can swap out the geographicCoordinates with the projectedCoordinates. You won't see a difference in doing this. This is due to the projection routine that was provide with the original solution. I haven't fully tested the code for drifting due to round off errors. But, I believe the coordinate calculations for the mouse tracking are close.


PS. I believe the original solution had a xScale and yScale. In general these should never be different, hence the DataScale used in this example.


=====Section One========================================
Imports System.Collections.Generic
Imports System.Drawing.Drawing2D
Imports System.Globalization
Imports System.IO
Imports System.Windows.Forms
Class Form1
' This array stores the latitude and longitude of Nebraska in the United States
Private geographicCoordinates() As PointF
' This map projection flattens 3D coordinates to 2D coordinates.
Private plateCaree As New MapProjection()
' This array stores the same coordinates but as projected coordinates
Private projectedCoordinates() As PointF
' Use a matrix for translation and scaling
Private transform As New Matrix()
' This brush and pen are used to paint Nebraska
Private brush As New SolidBrush(Color.Green)
Private pen As New Pen(Color.Black, 0.001F)

Private ourData As New DataObject()
Private formAspectRatio As Single
Private DataScale As Single
Private DataAspectRatio As Single
Private PaddingX As Single
Private PaddingY As Single
Private DataPxHeight As Single
Private DataPxWidth As Single
Private TopLeftX As Single 'In coordinate units
Private TopLeftY As Single 'In coordinate units
Private MouseOn As Boolean = False
Private MouseDn As Boolean = False
Private MouseLocation As Drawing.Point
Private DownTopLeftX As Single
Private DownTopLeftY As Single
Private MouseDownLocation As Drawing.Point

Sub New()
' This call is required by the Windows Form Designer.
InitializeComponent()
' Redraw the control when it's resized
SetStyle(ControlStyles.ResizeRedraw, True)
' This example displays the state of Nebraska on-screen. Geographic coordinates
' which form Nebraska are stored in a text file, Nebraska.txt.
'LoadData()
ourData.LoadData("....Nebraska.txt")
geographicCoordinates = ourData.Coordinates
InitializeMapData()
' For this example, we will "flatten" the state of ______ using the Plate Caree
' map projection. Once this is done, we can draw these coordinates onto the form.
' First, create a new map projection
Dim plateCaree As New MapProjection()
'' Next, make an array to store our projected coordinates.
ReDim projectedCoordinates(geographicCoordinates.Length - 1)
' For each geographic coordinate, project it
Dim index As Integer
For index = 0 To geographicCoordinates.Length - 1
' Convert the geographic coordinate to a projected coordinate
projectedCoordinates(index) = plateCaree.Project(geographicCoordinates(index))
Prochain
End Sub
Private Sub InitializeMapData()

' In this example, the entire form surface is painted.
' You may project your lat/longs or use them as is
' The main task here is to scale and translate our data to
' fit the(Form)'s own dimensions
' Calculate the aspect ratio of the Form
formAspectRatio = Me.Width / Me.Height
' Calculate the aspect ratio of the data
DataAspectRatio = ourData.AspectRatio
PaddingX = 20 'Pixels
PaddingY = 20 'Pixels
' Is the Form's aspect ratio larger than the data ratio?
If formAspectRatio > DataAspectRatio Then
' Yes. Data height is controlling
'Calculate scale based on height
DataScale = (Me.Height - PaddingY * 2) / ourData.Height
ElseIf formAspectRatio < DataAspectRatio Then
' Yes. Data Width is controlling
'Calculate scale based on Width
DataScale = (Me.Width - PaddingX * 2) / ourData.Width
Fin si
DataPxHeight = ourData.Height * DataScale
DataPxWidth = ourData.Width * DataScale
TopLeftX = ourData.MinXCoor - (Me.Width - DataPxWidth) / (2 * DataScale)
TopLeftY = ourData.MaxYCoor + (Me.Height - Me.statusStrip1.Height - DataPxHeight) / (2 * DataScale)
End Sub
Protected Overrides Sub OnPaint(ByVal e As PaintEventArgs)
e.Graphics.Clear(Color.White)
'Translate by setting the translation to the following:
' Set xOrigin equal to the negative ourData.MinXCoor
' Set yOrigin equal to the negative ourData.MaxYCoor
' Set the yScale to a negative scale
'This wierd gyration is required because the origin of the graphic window is
'the upper left hand corner and y increases going down.
' Reset the transform
transform.Reset()
' First, translate all projected points so that they match up with pixel 0,0
transform.Translate(0 - TopLeftX, 0 - TopLeftY, MatrixOrder.Append)
' Next, scale all points so that the viewport fits inside the form.
transform.Scale(DataScale, 0 - DataScale, MatrixOrder.Append)
' Apply this transform to all graphics operations
e.Graphics.Transform = transform
' Now draw nebraska using a green interior and black outline
e.Graphics.FillPolygon(brush, geographicCoordinates)
e.Graphics.DrawPolygon(pen, geographicCoordinates)
End Sub
Public Sub ZoomIn()
Zoom(1.1)
End Sub
Public Sub ZoomOut()
Zoom(0.9)
End Sub
Private Sub Zoom(ByVal ZoomFactor As Single)
Dim ZoomX As Single
Dim ZoomY As Single
If MouseOn Then
ZoomX = TopLeftX + MouseLocation.X / DataScale
ZoomY = TopLeftY - MouseLocation.Y / DataScale
Else
ZoomX = TopLeftX + (Me.Width / (2 * DataScale))
ZoomY = TopLeftY - (Me.Height / (2 * DataScale))
Fin si
DataScale = DataScale * ZoomFactor
If MouseOn Then
TopLeftX = ZoomX - MouseLocation.X / DataScale
TopLeftY = ZoomY + MouseLocation.Y / DataScale
Else
TopLeftX = ZoomX - (Me.Width / (2 * DataScale))
TopLeftY = ZoomY + (Me.Height / (2 * DataScale))
Fin si
' And repaint
Refresh()
End Sub
Public Sub PanUp()
TopLeftY = TopLeftY + (Me.Height * 0.1F / DataScale)
' Finally, redraw the form
Invalidate()
End Sub
Public Sub PanDown()
TopLeftY = TopLeftY - (Me.Height * 0.1F / DataScale)
' Finally, redraw the form
Invalidate()
End Sub
Public Sub PanRight()
TopLeftX = TopLeftX + (Me.Width * 0.1F / DataScale)
' Finally, redraw the form
Invalidate()
End Sub
Public Sub PanLeft()
TopLeftX = TopLeftX - (Me.Width * 0.1F / DataScale)
' Finally, redraw the form
Invalidate()
End Sub
Protected Overrides Sub OnKeyDown(ByVal e As KeyEventArgs)
Select Case e.KeyValue
Case 38
PanUp()
Case 40
PanDown()
Case 39
PanRight()
Case 37
PanLeft()
End Select
End Sub
Protected Overrides Sub OnMouseWheel(ByVal e As MouseEventArgs)
If e.Delta < 0 Then
ZoomOut()
Else
ZoomIn()
Fin si
End Sub
Protected Overrides Sub OnMouseMove(ByVal e As MouseEventArgs)
If MouseDn Then
TopLeftX = DownTopLeftX - (e.Location.X - MouseDownLocation.X) / DataScale
TopLeftY = DownTopLeftY + (e.Location.Y - MouseDownLocation.Y) / DataScale
Refresh()
Fin si
' As the mouse moves display the screen coordinate
' and the mapping coordinates.
MouseLocation = e.Location
Dim X As Double = TopLeftX + e.Location.X / DataScale
Dim Y As Double = TopLeftY - e.Location.Y / DataScale
' Finally, display all three coordinate values: pixel, projected, geographic
pixelCoordinateLabel.Text = "Pixel: " + e.Location.ToString()
projectedCoordinateLabel.Text = "Map: " + Format(X, "#0.0000") + ", " + Format(Y, "#0.0000")
End Sub
Protected Overrides Sub OnClosed(ByVal e As System.EventArgs)
MyBase.OnClosed(e)
' Clean up our unmanaged resources.
' These will get disposed of when the app ends, but this would be essential
' if this were not the only form.
transform.Dispose()
brush.Dispose()
pen.Dispose()
End Sub
Private Sub Form1_MouseDown(ByVal sender As Object, ByVal e As System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles Me.MouseDown
MouseDn = True
DownTopLeftX = TopLeftX
DownTopLeftY = TopLeftY
MouseDownLocation = e.Location
End Sub
Private Sub Form1_MouseEnter(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles Me.MouseEnter
MouseOn = True
End Sub
Private Sub Form1_MouseLeave(ByVal sender As Object, ByVal e As System.EventArgs) Handles Me.MouseLeave
MouseOn = False
End Sub
Private Sub Form1_MouseUp(ByVal sender As Object, ByVal e As System.Windows.Forms.MouseEventArgs) Handles Me.MouseUp
MouseDn = False
End Sub
End Class

=====Section Two========================================
Imports System.IO
Imports System.Globalization
Public Class DataObject
Private mCoordinates As New List(Of PointF)
Private mMinXCoor As Double
Private mMinYCoor As Double
Private mMaxXCoor As Double
Private mMaxYCoor As Double
Public ReadOnly Property Coordinates() As Array
Avoir
Coordinates = mCoordinates.ToArray
End Get
End Property
Public ReadOnly Property Height() As Single
Avoir
Height = CSng(mMaxYCoor - mMinYCoor)
End Get
End Property
Public ReadOnly Property Width() As Single
Avoir
Width = CSng(mMaxXCoor - mMinXCoor)
End Get
End Property
Public ReadOnly Property AspectRatio() As Single
Avoir
AspectRatio = Math.Abs(CSng((mMaxXCoor - mMinXCoor) / mMaxYCoor - mMinYCoor))
End Get
End Property
Public ReadOnly Property MinXCoor() As Single
Avoir
MinXCoor = CSng(mMinXCoor)
End Get
End Property
Public ReadOnly Property MinYCoor() As Single
Avoir
MinYCoor = CSng(mMinYCoor)
End Get
End Property
Public ReadOnly Property MaxXCoor() As Single
Avoir
MaxXCoor = CSng(mMaxXCoor)
End Get
End Property
Public ReadOnly Property MaxYCoor() As Single
Avoir
MaxYCoor = CSng(mMaxYCoor)
End Get
End Property

Public Sub LoadData(ByVal FilePath As String)
' This example stores latitude and longitude coordinates in the file Nebraska.txt.
' Read in each line and turn it into a PointF object.
Dim reader As StreamReader = File.OpenText(FilePath)
' Read everything in
While Not reader.EndOfStream
' Each line is in the form "latitude, longitude". Parse each into a float, then
' create a PointF object from it.
Dim values() As String = reader.ReadLine().Split(",")
Dim i As Long
' Parse both values into a PointF object
mCoordinates.Add( _
New PointF( _
Single.Parse(values(1), CultureInfo.InvariantCulture), _
Single.Parse(values(0), CultureInfo.InvariantCulture)))
i = mCoordinates.Count - 1
If mCoordinates.Count = 1 Then
mMinXCoor = mCoordinates(i).X
mMinYCoor = mCoordinates(i).Y
mMaxXCoor = mCoordinates(i).X
mMaxYCoor = mCoordinates(i).Y
Else
If mCoordinates(i).X < mMinXCoor Then
mMinXCoor = mCoordinates(i).X
Fin si
If mCoordinates(i).Y < mMinYCoor Then
mMinYCoor = mCoordinates(i).Y
Fin si
If mCoordinates(i).X > mMaxXCoor Then
mMaxXCoor = mCoordinates(i).X
Fin si
If mCoordinates(i).Y > mMaxYCoor Then
mMaxYCoor = mCoordinates(i).Y
Fin si
Fin si
End While
' Close the reader
reader.Close()
End Sub
End Class

I'm a new programmer in Visual Basic 2010 and your GIS and Mapping software for .NET is almost what we need. I only need some help in changing the software in order to load an image (a map of Portugal for instance) from disk and draw it instead of Nebraska drawing. All the other functions (Pan, Zoom, coordinates) should work the same way they are now.


Voir la vidéo: RÉSERVER LA DATE DANS LONGLET RIFT TOUR ET FAIRE UNE PARTIE FORTNITE, COMMENT RÉSERVE LA DATE