Suite

Comment mettre à jour le code source des applications créées avec les widgets ArcGIS Web AppBuilder ?

Comment mettre à jour le code source des applications créées avec les widgets ArcGIS Web AppBuilder ?


Quelle est la procédure de mise à jour du code d'un widget, dans une application créée à l'aide d'ArcGIS Web AppBuilder ?

J'édite un widget qui fonctionne correctement. Lorsque je recharge une application qui utilise ce widget, je ne vois pas les changements. Cela inclut l'utilisation de CTRL-F5 et > Historique > Tout effacer.

Je peux voir dans le système de fichiers que les modifications que j'ai apportées dans le répertoire sourceC:arcgis-web-appbuilder-1.0clientstemappwidgets…n'ont pas traversé le répertoire de l'application (C:arcgis-web-appbuilder-1.0serverapps31widgets…) qui suggère fortement qu'un processus au niveau du nœud est requis (et explique pourquoi F5 n'a aucun effet).

La suppression de l'application de la page principale de Web AppBuilder et la création d'une nouvelle application utilisent le nouveau code. Vraisemblablement, une nouvelle application récupère toujours le dernier code source.

Existe-t-il une méthode de raccourci ? J'espère qu'il pourrait y avoir quelque chose dans Node.js pour dire à toutes les applications de mettre à jour leur code source, mais je suis un novice de Node.js et je ne sais pas par où commencer.

J'essaie nodemon qui dit "nodemon surveillera les fichiers dans le répertoire dans lequel nodemon a été démarré, et si des fichiers changent, nodemon redémarrera automatiquement votre application de nœud."

Le fichier startup.bat lance le nœud dans le/serveursous-répertoire, ce qui pourrait expliquer pourquoi les fichiers widget dans le/clientsous-répertoire ne sont pas suivis. Je ne sais pas comment démarrer nodemon au niveau supérieur, de sorte que les deux sous-répertoires soient surveillés.

(Affecté à https://geonet.esri.com/message/450805)


Jusqu'à présent, je n'ai vu aucun moyen d'"actualiser" le code du widget de l'application automatiquement ou par programmation.

Une solution de contournement a été suggérée par Larry Stout :

  • ajoutez votre code widget àarcgis-web-appbuilder-1.0clientstemappwidgetspuis créez une application.
  • cela construira une nouvelle application contenant un instantané de votre code de widget (par exemplearcgis-web-appbuilder-1.0serverappsAPP_NUMBERwidgets
  • modifiez ce code instantané directement dans votre éditeur de code et testez-le sur http://localhost:3344/webappbuilder/apps/APP_NUMBER
  • pour déployer les modifications, écrasez le code dansarcgis-web-appbuilder-1.0clientstemappwidgets
  • toute nouvelle application utilisera le code mis à jour

Création d'une application d'édition Web

Dans les sections précédentes de cette leçon, vous avez posé toutes les bases pour permettre l'édition Web de vos jeux de données SIG. Vous avez configuré la base de données, préparé les cartes et publié un service Web permettant la modification. Votre dernière étape consiste à créer une application Web permettant l'édition.

L'édition Web peut être une expérience réussie ou frustrante pour les utilisateurs selon la façon dont les services Web et l'application sont conçus. Vous avez déjà travaillé avec vos services Web pour les rendre faciles à visualiser et à comprendre. Par exemple, vous n'avez rendu modifiables que quelques couches et vérifié qu'un modèle d'entité était disponible afin que les utilisateurs ne puissent créer que certains types d'entités et avoir certains des attributs prédéfinis.

De la même manière que vous avez créé des services simples et ciblés pour l'édition, vous devez également créer une application simple et ciblée. Une application qui comporte trop de boutons, de fonctions ou de jargon SIG peut sembler trop compliquée aux travailleurs sur le terrain et aux autres professionnels de votre organisation qui peuvent avoir besoin d'effectuer des modifications sur le Web. Heureusement, il est beaucoup plus facile de créer une application Web simple qu'une application Web complexe.

Dans cette leçon, vous allez créer des applications de mise à jour Web à l'aide des outils de développement ArcGIS, qui vous permettront de créer un environnement WYSIWYG (ce que vous voyez est ce que vous obtenez) afin que vous puissiez créer rapidement et facilement un application. Pour ceux d'entre vous qui souhaitent aller au-delà de la simple fonctionnalité, ArcGIS dispose d'un "cadre extensible", ce qui signifie que vous pouvez créer vos propres widgets et thèmes personnalisés si vous avez des connaissances en programmation. Nous ne couvrirons pas ces extensions dans cette classe, mais vous devez savoir que vous n'êtes pas limité aux outils et modèles fournis par Esri.

Création de la carte web

Avant de commencer à créer l'application, assemblons la carte Web que nous souhaitons afficher à l'intérieur. Pour ce faire, vous utiliserez la même visionneuse de carte ArcGIS.com que celle que vous avez utilisée dans la leçon précédente.

  1. Sur n'importe quelle machine, ouvrez un navigateur Web sur la page d'accueil ArcGIS et connectez-vous à l'aide de la connexion Enterprise avec les informations d'identification Penn State que vous avez utilisées dans la leçon précédente.
  2. En haut de l'écran, cliquez sur Carte pour ouvrir la visionneuse de carte.
  3. Suivez la procédure que vous avez utilisée dans la leçon précédente dans « Affichage de votre service dans une carte Web » pour ajouter les couches suivantes à la carte :
    - Images Esri en arrière-plan
    - BighornRéférence service de carte en plus
    - BighornHabitat service de fonctionnalités en plus de tout
  4. Enregistrer cette carte sous BighornWebMap.

Création de l'application Web à l'aide de Web AppBuilder

Maintenant que vous avez un site Web carte mis en place, vous pouvez vous lancer dans la création de votre site Web application.

Sur votre site Web ArcGIS Online, cliquez sur le lien Contenu dans le menu principal.

Cliquez sur le bouton Créer et sélectionnez Web AppBuilder.

Choisir 2D, saisissez un titre (par exemple, BighornSheepEditingApp), des balises (encore une fois, au moins une est requise) et un résumé (par exemple, l'application d'édition Bighorn Sheep à l'aide d'ArcGIS Online), cliquez sur d'accord.

Vous verrez l'écran Web AppBuilder for ArcGIS, puis vous serez redirigé vers une page Web affichant un thème et d'autres styles graphiques.

Choisissez un style et une palette de couleurs que vous aimez. Je vous laisse le soin d'être créatif.

Les éléments importants vivent sous le Carte et Widget onglets. Nous commencerons par le Carte languette.

Clique le Carte onglet et cliquez sur Choisissez la carte Web.

Sélectionnez le BighornWebMap vous avez créé ci-dessus, et cliquez sur d'accord.

Cela amènera toutes les couches que vous avez configurées dans la visionneuse de carte ArcGIS.com. C'est tout ce que vous devez faire pour la conception de la carte. Maintenant, ajoutons quelques widgets.

Clique le Widget onglet et cliquez sur Définir les widgets dans ce contrôleur et puis le +.

Dans la liste des widgets qui s'affiche, ajoutez le Éditer et La mesure widgets. N'hésitez pas non plus à en choisir d'autres.

Cliquez sur sauver en bas du volet puis Lancer. L'application Web s'ouvrira dans un nouvel onglet du navigateur (le démarrage peut prendre quelques secondes). Jetez un coup d'œil autour de vous.

Maintenant, accédez à votre propre ordinateur local (pas à votre instance EC2) et connectez-vous à arcgis.com. Cliquez sur Contenu, puis cliquez sur votre BighornSheepEditingApp, et cliquez sur Voir la demande.

En regardant l'URL, vous verrez que votre application Web s'exécute en fait sur des serveurs en ligne ArcGIS via l'URL Penn State (pennstate.maps.arcgis.com), mais elle dépend toujours des services qui s'exécutent sur votre instance EC2. Lorsque vous arrêtez votre instance, cette application ne fonctionnera pas comme prévu.

Si vous souhaitez télécharger le code source de cette application et l'héberger sur votre propre serveur Web, vous pouvez facilement le faire en utilisant le Télécharger lien qui apparaît par chaque application dans votre contenu ArcGIS Online.

Testez soigneusement votre application Web en lisant et en suivant ci-dessous.

Maintenant que votre application est créée, vous pouvez utiliser vos widgets pour modifier certaines des données sous-jacentes. Si vous cliquez sur le widget Modifier, une fenêtre de la barre latérale apparaîtra avec la liste des couches modifiables dans votre couche d'entités. Si vous sélectionnez les observations, vous pouvez ajouter de nouvelles observations et certains attributs. Essayez-le !

Vous pouvez également ajouter une zone d'habitat en dessinant un polygone sur la carte (suivez les instructions à l'écran). Vous pouvez utiliser les commandes au bas de la fenêtre d'édition pour modifier ces modifications (comme vous le feriez dans la fenêtre d'édition d'ArcMap).

Lorsque vous avez terminé l'édition, cliquez sur le X en haut à droite de la fenêtre. Ces modifications seront enregistrées dans la version du serveur. Vous pouvez ouvrir votre base de données et la regarder dans ArcMap sur l'instance EC2 pour prouver que c'est le cas.


Nouveautés d'ArcGIS Online (avril 2021)

ArcGIS Online vous permet de comprendre le monde qui vous entoure en utilisant des cartes interactives pour connecter des personnes, des emplacements et des données. Vous bénéficiez de styles intelligents basés sur les données et d'outils d'analyse intuitifs qui fournissent une intelligence de localisation. ArcGIS Online vous permet de créer des cartes et des applications pour partager vos informations avec votre organisation ou le monde. Il peut être utilisé comme une solution complète basée sur le cloud, ou l'utiliser pour étendre et compléter les capacités d'ArcGIS Pro et d'ArcGIS Enterprise.

Vous n'avez pas de compte ArcGIS ? Voir Créer un compte ArcGIS.

Liens rapides

Utilisez les liens ci-dessous pour accéder aux sections qui vous intéressent.

Collaboration en partenariat

Les organisations ArcGIS Online peuvent désormais collaborer plus facilement avec d'autres organisations en établissant une collaboration en partenariat. Une collaboration en partenariat établit la confiance entre deux ou plusieurs organisations pour partager, contribuer et mettre à jour du contenu en toute sécurité à l'aide de groupes.

Les membres de différentes organisations peuvent créer des cartes ou des applications ensemble via un groupe de mise à jour partagé. L'ajout de contenu à une collaboration peut être limité aux propriétaires et gestionnaires de groupe, garantissant que le bon contenu est organisé et partagé.

Les administrateurs par défaut et ceux disposant des privilèges appropriés peuvent démarrer et gérer des collaborations dans l'onglet Collaborations des paramètres de l'organisation.

En attribuant le nouveau rôle de facilitateur, les administrateurs peuvent désigner des membres de l'organisation en tant que coordinateurs de collaboration pour représenter leur organisation dans des groupes de collaboration. Les animateurs peuvent créer et gérer des groupes de collaboration en partenariat, inviter des membres d'une autre organisation dans des groupes et créer des groupes de mise à jour partagés.

Nouvelle visionneuse de carte

Le nouveau Map Viewer n'est plus en version bêta. Les organisations et les membres individuels peuvent configurer la nouvelle visionneuse de carte ou la visionneuse de carte classique (anciennement appelée visionneuse de carte) en tant que visionneuse de carte principale à utiliser lors de l'utilisation de cartes et de couches. Les deux seront disponibles et certains flux de travail (tels que l'analyse) nécessiteront Map Viewer Classic. Map Viewer et Map Viewer Classic peuvent être ouverts via le lanceur d'applications, quel que soit le visualiseur principal spécifié.

La visionneuse de carte principale est configurée par l'administrateur dans la section Carte des paramètres de l'organisation.

Les membres peuvent également choisir la visionneuse de carte qu'ils souhaitent utiliser par défaut en allant sur Mes paramètres, en ouvrant le Général onglet, et en choisissant l'option qu'ils veulent dans le Visionneuse de carte principale section.

Les points forts du nouveau Map Viewer sont les suivants :

  • Dessinez des entités et placez des tampons sur la carte à l'aide du nouvel outil d'esquisse.
  • Basculez rapidement entre les couches lorsque vous stylisez, configurez des fenêtres contextuelles et apportez d'autres modifications à plusieurs couches de carte.
  • Masquez les éléments de l'interface pour augmenter la taille de l'affichage de la carte. Développez la carte entière en utilisant le mode plein écran.

Nouveaux tableaux de bord ArcGIS

ArcGIS Dashboards permet aux utilisateurs de transmettre des informations en présentant des analyses basées sur la localisation à l'aide de visualisations de données intuitives et interactives sur un seul écran. Les tableaux de bord sont des produits d'information essentiels, tels que des cartes et des applications, fournissant un composant essentiel à votre infrastructure géospatiale.

Le nouveau ArcGIS Dashboards n'est plus en version bêta et constitue l'expérience par défaut d'ArcGIS Dashboards. La version précédente d'ArcGIS Dashboards s'appelle désormais ArcGIS Dashboards Classic.

Les points forts des nouveaux tableaux de bord ArcGIS sont les suivants :

Carnets ArcGIS

ArcGIS Notebooks fournit une interface de notebook Jupyter polyvalente pour l'analyse des données géospatiales. Avec les blocs-notes, vous pouvez effectuer des analyses, automatiser les flux de travail et visualiser immédiatement les données et les résultats d'analyse dans un contexte géographique.

Vous pouvez désormais planifier un bloc-notes pour qu'il s'exécute automatiquement de manière récurrente dans ArcGIS Notebooks. Cette nouvelle fonctionnalité vous permet d'automatiser les tâches de routine, d'exécuter des processus volumineux ou longs pendant les heures creuses ou de mettre à jour les données fréquemment. Vous pouvez également transmettre des paramètres à un bloc-notes pour exécuter des scénarios analytiques ou remplir automatiquement des variables.

Lorsque vous travaillez dans un bloc-notes, vous pouvez créer un instantané du bloc-notes pour capturer son état actuel. Choisissez de restaurer votre bloc-notes à l'état capturé ou de télécharger l'instantané en tant qu'élément de bloc-notes.

Pour plus d'informations, consultez Nouveautés dans ArcGIS Notebooks. Pour apprendre à utiliser les blocs-notes, voir Premiers pas avec les blocs-notes.

Personnalisation de la page d'accueil

Les organisations peuvent désormais configurer les couleurs à appliquer au contenu de leur page d'accueil. Les administrateurs peuvent choisir parmi huit thèmes de couleurs prédéfinis ou créer leur propre thème personnalisé si leur organisation a des exigences spécifiques en matière de couleur ou de marque.

Chaque thème de couleur contient des styles de couleur qui définissent les couleurs du texte, de l'arrière-plan, du titre et des boutons ou des liens sur la page d'accueil. Après avoir sélectionné un thème, vous pouvez facilement appliquer différentes couleurs à chaque bloc de contenu de votre page d'accueil.

Pour vous assurer que vos couleurs sont conformes aux normes d'accessibilité WCAG 2.1, l'éditeur de page d'accueil indique également quand les couleurs ne sont pas lisibles par rapport à la couleur d'arrière-plan.

Applications configurables ArcGIS

Les applications configurables ArcGIS sont des applications modèles que vous pouvez configurer facilement, sans aucun codage. Ils vous aident à publier rapidement des applications pour prendre en charge une variété d'utilisateurs et de flux de travail. Les applications configurables sont le moyen le plus rapide et le plus simple de passer d'une carte à une application partageable. Cette version inclut des améliorations continues des modèles d'applications configurables ArcGIS.

Applications instantanées disposent de la dernière expérience de configuration simplifiée, vous permettant de créer des applications rapidement et facilement à l'aide du mode de configuration express, ou vous pouvez passer en mode de configuration complète pour sélectionner des outils et des paramètres supplémentaires.

Créer une application Web a un nouveau Utiliser des applications instantanées catégorie pour un accès rapide aux applications instantanées.

Le Créer une application dans le nouveau Map Viewer permet d'accéder au Galerie d'applications instantanées ArcGIS.

Les applications instantanées incluent désormais les éléments suivants :

La visionneuse 3D vous permet d'afficher et d'explorer une scène avec des outils de navigation 3D. D'autres outils peuvent être configurés pour permettre l'analyse de la ligne de visée, la mesure 3D et le découpage des données 3D dans la scène.

La visionneuse de pièces jointes vous permet de visualiser des photos, des vidéos et des fichiers PDF stockés en tant que pièces jointes de couches d'entités et offre un choix d'options de mise en page axées sur la carte ou sur les pièces jointes.

La galerie de catégories fonctionne avec un groupe, offrant des capacités de filtrage sur les catégories d'organisation ou les catégories définies dans le groupe. Les fiches d'articles peuvent être configurées pour afficher des informations spécifiques.

Imagery Viewer est un nouvel ajout à la galerie, vous permettant de visualiser et d'explorer des images à l'aide d'outils pour naviguer dans le temps, enregistrer des emplacements, mesurer, etc.

La légende interactive vous permet de filtrer les données en fonction de la légende de votre carte.

Media Map offre une variété d'outils utiles, y compris des outils de navigation, une animation temporelle et un balayage. Vous pouvez éventuellement configurer des fenêtres contextuelles de survol ou ajouter des outils d'impression et de capture d'écran.

Minimalist offre une mise en page simplifiée pour mettre en valeur votre carte, ainsi que la possibilité de configurer une limite de navigation pour garder le focus sur une zone spécifique.

À proximité guide les téléspectateurs vers des points d'intérêt en fonction d'une recherche d'emplacement à une distance spécifique et inclut des itinéraires.

Portfolio (bêta) vous permet de créer une vitrine de différents contenus dans une seule application.

La recherche de zone permet aux téléspectateurs de rechercher des emplacements dans une zone ou une région spécifique.

Générateur d'expérience ArcGIS

Utilisez ArcGIS Experience Builder pour transformer vos données en applications Web attrayantes sans écrire une seule ligne de code. Créez des expériences adaptatives adaptatives mobiles centrées ou non centrées sur les cartes pour vos publics.

ArcGIS Experience Builder introduit quatre nouveaux widgets : Gestion des versions des succursales, Graphique, Mettre en doute, et Conversion de coordonnées.

Le Tableau widget n'est plus en version bêta et prend en charge l'édition d'attributs en vérifiant les capacités de données et les informations d'identification de l'utilisateur.

Lors de la définition d'une source de données dans votre application, vous pouvez désormais choisir une vue de fonctionnalités sélectionnée ou utiliser les données de sortie générées par Requête et graphique widgets.

Utilisez le nouveaux paramètres d'actions de données pour fournir un menu d'action dans les widgets pris en charge, afin que les utilisateurs finaux puissent traiter les données au moment de l'exécution, comme l'exportation vers un fichier ou l'affichage des fonctionnalités sélectionnées dans un widget cible. Parmi les autres points forts, citons les lignes d'accrochage avancées qui vous aident à positionner les widgets, la prise en charge de la personnalisation des fenêtres dans différentes tailles d'écran et l'ajout de modèles d'applications et de pages pour la surveillance des données.

Générateur d'applications Web ArcGIS

ArcGIS Web AppBuilder vous permet de créer facilement des applications Web qui s'exécutent sur n'importe quel appareil, à l'aide d'une galerie de widgets prêts à l'emploi. Vous pouvez personnaliser l'apparence de vos applications avec des thèmes configurables et héberger vos applications en ligne ou sur votre propre serveur.

Plusieurs améliorations ont été ajoutées à ArcGIS Web AppBuilder :

    a une option pour personnaliser le message qui apparaît lorsqu'aucun résultat n'est trouvé. ajoute la possibilité de trier les enregistrements au niveau de la fonctionnalité et du groupe. a une option pour afficher les valeurs numériques de chaque couche avec ou sans formatage.
  • Les couches modifiables ajoutées à l'application à l'aide du widget Ajouter des données peuvent désormais être modifiées à l'aide du widget Smart Editor.
  • Lors de la définition d'une action d'attribut de coordonnées pour collecter des informations d'emplacement dans les attributs d'une entité, vous pouvez désormais déterminer les coordonnées en fonction de l'emplacement de l'utilisateur modifiant l'entité en sélectionnant l'option Ma position.

Visualisation 3D

Utilisez Scene Viewer dans ArcGIS Online pour afficher et explorer des scènes 3D.

Avec cette version, vous pouvez désormais créer des graphiques de profil d'élévation dans Scene Viewer. À l'aide de ces graphiques, vous pouvez comparer les hauteurs du terrain et/ou d'autres objets 3D. Pour créer un profil, dessinez ou sélectionnez une ligne dans votre scène et explorez de manière interactive les statistiques d'altitude et de vue, telles que le gain d'altitude ou la pente.

  • Scene Viewer vous permet désormais d'identifier les source et forme des ombres en sélectionnant des bâtiments et d'autres modèles 3D dans votre scène.
  • Un paramètre de qualité par défaut fournit un rendu amélioré des matériaux de rendu physique (PBR) et qualité visuelle améliorée de couches de scène.
  • Le rendu de la transparence est amélioré pour les scènes avec un fond semi-transparent.
  • Les scènes avec une seule couche de mosaïque semi-transparente ont désormais une consommation de mémoire réduite.

Pour apprendre à utiliser Scene Viewer, voir Prise en main de Scene Viewer.

Gestion de données

Les pages d'éléments et de contenu ont désormais la possibilité d'ouvrir des cartes directement dans ArcGIS Field Maps lors de leur configuration pour une utilisation sur le terrain.

Comptabilité et administration

Un nouveau référentiel GitHub public comprend une documentation détaillée sur la configuration des fournisseurs d'identité tiers (IDP) pour les connexions OpenID Connect de votre organisation. Le référentiel comprend actuellement de la documentation pour Amazon Cognito, Azure Active Directory et Google et prendra en charge davantage dans les futures mises à jour.


Utiliser le widget Agrégation de données

Pour une expérience optimale, n'utilisez pas d'appareil mobile lorsque vous utilisez ce widget. (Les opérations de navigation vers un fichier et de glisser-déposer qui fournissent la fonctionnalité d'entrée principale ne fonctionnent pas correctement sur un appareil mobile.)

Si vous utilisez les navigateurs Google Chrome ou Mozilla Firefox, vous pouvez également faire glisser le fichier sur la carte pour le télécharger.

Selon la configuration du widget, localisez éventuellement les éléments dans le fichier CSV à l'aide des entrées d'adresse ou de coordonnées.

  • Pour localiser à l'aide d'une adresse, procédez comme suit :
    1. Choisissez si les données d'adresse sont stockées dans un seul champ ou dans plusieurs champs.
    2. Mettez à jour les champs pour indiquer les champs du fichier CSV qui contiennent les informations.

Par défaut, tous les champs correspondant aux noms de champs à reconnaître seront renseignés.

Par défaut, tous les champs correspondant aux noms de champs à reconnaître seront renseignés par défaut.

Un panneau apparaît avec tous les champs pouvant être renseignés dans la couche cible. Par défaut, tous les champs correspondant aux noms de champs à reconnaître seront renseignés. Définissez le mappage de champ avec le champ approprié du fichier CSV pour le champ de couche cible.

  • Emplacements introuvables : représente tous les éléments du fichier CSV dont le score de correspondance d'emplacement est inférieur à la valeur par défaut définie dans la configuration.
  • Emplacements en double : représente tous les éléments du fichier CSV qui sont potentiellement des doublons d'éléments déjà présents dans la couche cible. Ceci est déterminé en comparant les valeurs existantes dans la couche cible avec les valeurs du fichier CSV en fonction des champs marqués dans la configuration.
  • Emplacements trouvés : représente tous les éléments du fichier CSV qui ont un score de correspondance d'emplacement supérieur à la valeur par défaut définie dans la configuration.

Une liste des éléments apparaît.

La carte se déplace jusqu'à l'emplacement géocodé et les informations cartographiées s'affichent dans le panneau.

Pour modifier les informations de localisation, vous pouvez déplacer l'élément sur la carte vers l'emplacement souhaité ou mettre à jour les informations de localisation dans la zone de texte de l'adresse et cliquer sur le bouton Localiser . En option, vous pouvez synchroniser la modification des informations de localisation avec les informations de fonctionnalité en cliquant sur le bouton Synchroniser les informations d'adresse avec les informations de champ. .

L'élément est déplacé vers la liste Emplacements trouvés.

Les éléments laissés dans la liste Emplacements introuvables ne sont pas soumis à la couche cible.

Une liste des éléments apparaît.

La carte se déplace vers les emplacements en double et les informations mappées apparaissent dans le panneau.

Si aucune action n'a été choisie pour un élément en double, il n'est pas soumis à la couche cible.

    Le doublon doit être modifié : l'élément est un doublon et des modifications doivent être apportées à l'emplacement ou aux valeurs de champ.

Pour mettre à jour les informations sur les fonctionnalités, développez Vérifier les informations sur les fonctionnalités et apportez les modifications nécessaires. Pour modifier les informations d'emplacement, choisissez Informations sur la source pour modifier l'emplacement sur la couche source. Vous pouvez déplacer l'élément sur la carte vers l'emplacement souhaité ou mettre à jour les informations de localisation dans la zone de texte de l'adresse et cliquer sur le bouton Localiser . En option, vous pouvez synchroniser la modification des informations de localisation avec les informations de fonctionnalité en cliquant sur le bouton Synchroniser les informations d'adresse avec les informations de champ. .

Lorsque vous choisissez Enregistrer , l'élément est localisé et ajouté à la liste Emplacements trouvés ou Emplacements introuvables.

Une liste des éléments apparaît.

La carte se déplace jusqu'à l'emplacement géocodé et les informations cartographiées s'affichent dans le panneau.

Pour modifier les informations de localisation, vous pouvez déplacer l'élément sur la carte vers l'emplacement souhaité ou mettre à jour les informations de localisation dans la zone de texte de l'adresse et cliquer sur le bouton Localiser . En option, vous pouvez synchroniser la modification des informations de localisation avec les informations de fonctionnalité en cliquant sur le bouton Synchroniser les informations d'adresse avec les informations de champ .


Format de fichier YAML

Nous avons adopté un sous-ensemble de YAML comme format de fichier. Notre première priorité était un format super facile à lire et à écrire par des humains. Mais nous voulions également quelque chose qui pourrait être intégré à d'autres endroits au sein de la Power Platform, et beaucoup d'entre eux utilisent déjà YAML ou envisagent cette évolution. Nous voulions tirer parti des bibliothèques et des outils existants et ne pas créer quelque chose de complètement nouveau.

Il y a trois aspects uniques à la façon dont nous nous intégrons dans YAML :

  • Toutes les formules commencent par un =. Tout comme Excel, le = introduit une formule plutôt qu'une valeur statique. Nous ne vous obligeons pas à écrire les premiers égaux dans Power Apps Studio, mais si vous remarquez la barre de formule, elle est toujours là. Le premier = nous a également aidés à éviter l'interprétation normale du type de données que YAML fait pour la valeur statique, qui n'est pas appropriée pour les formules.
  • Certaines formules doivent être exprimées en YAML multiligne. En utilisant le leader = nous aide beaucoup, mais cela ne règle pas tout. Si vous avez une formule qui contient une chaîne avec un #, il est interprété par YAML comme le début d'un commentaire, et le reste de la ligne sera tronqué. Dans ces cas, la formule doit être exprimée à l'aide des fonctions multilignes de YAML, très probablement une variante de la | syntaxe.
  • Les contrôles sont saisis avec le mot-clé As. Normalement, YAML n'a qu'un seul nom à gauche du : lors de la fourniture d'une valeur de propriété. Mais rien ne dit que le côté gauche ne peut pas être plus complexe et nous en profitons pour non seulement nommer la propriété mais aussi fournir son type. Nous connaissons notre utilisation de Comme ici est différent de la façon dont nous l'utilisons dans Pour tous et d'autres fonctions de portée d'enregistrement, et nous avons envisagé de nombreuses autres alternatives, mais les retours retentissants des premières critiques étaient de s'en tenir à ce que Visual Basic utilisait.

Tous les détails sur le format de fichier sont disponibles dans les documents inclus dans le référentiel GitHub.

Notez que nous ne prenons en charge qu'un sous-ensemble très spécifique de YAML. Propriétés avec des valeurs statiques, comme essayer de définir Taille : 24 (sans leader =) ne fonctionnera pas. Nous avons également délibérément évité les commentaires de ligne YAML qui commencent par un # en raison de la confusion qu'ils peuvent causer. Au fil du temps et en fonction de vos commentaires, nous pouvons prendre en charge plus de YAML, mais pour l'instant, c'est très restrictif et c'est par conception.

Voici un exemple simple de la solution Hospital Emergency Response que nous avons expédiée au printemps dernier. Notez que comme pour tout YAML, le niveau d'indentation indique ce qu'il y a à l'intérieur d'un conteneur (Écran de démarrage dans ce cas) et est également utilisé pour la continuation de ligne du OnMasqué biens.


L'algorithme de fusion est responsable de la mise à jour du code source avec les modifications apportées à la définition de l'extension. Les étapes suivantes décrivent l'algorithme de fusion :

Analysez les fichiers source qui contiennent les signatures des actions et, par nom, vérifie si les signatures dans ces fichiers sont conformes à la définition d'action dans Integration Studio.

Pour effectuer cette vérification, Integration Studio compare le contenu du modèle d'actions, généré précédemment, et <extension_name>.cs :

Si la signature dans le modèle est la même que dans le fichier source, passez à l'action suivante.

Si la signature dans le modèle est différente du fichier source, mettez à jour <extension_name>.cs avec la nouvelle définition telle que définie dans le modèle.

Si la signature dans le modèle n'existe pas dans le fichier source, ajoutez la nouvelle définition telle que définie dans le modèle à <extension_name>.cs .

Dans certaines situations, l'algorithme de fusion peut ne pas être en mesure d'établir la correspondance entre un élément dans le fichier modèle et dans les fichiers source, par exemple si vous modifiez un nom d'action. Dans ce cas, vous devez utiliser l'opération Comparer avec le modèle.


Synchronisation des données

Parfois, vous devrez synchroniser et intégrer des données Microsoft Dataverse avec des données stockées dans d'autres systèmes. Les modèles d'intégration de données courants incluent la prise de données d'un système externe et leur insertion dans Dataverse, la prise de données de Dataverse et leur synchronisation avec un magasin de données externe, ou la mise à jour de Dataverse avec des données externes. Vous pouvez désormais utiliser plusieurs nouvelles fonctionnalités pour faciliter l'écriture de code pour réaliser ces scénarios.

Ces nouvelles fonctionnalités peuvent être utilisées séparément selon les besoins dans n'importe quelle situation, mais ensemble, elles résolvent les problèmes courants liés à la synchronisation et à l'intégration des données avec des données externes. Le tableau suivant présente ces nouvelles fonctionnalités.

- Attribuer
- SetParentSystemUser
- SetParentTeam
- SetParentBusinessUnit
- SetBusinessEquipment
- SetBusinessUnit
- SetState

Lorsque vous créez des processus de chargement de données qui mettent à jour les enregistrements dans Dataverse et attribuent des références aux enregistrements associés dans Dataverse, vous devez d'abord effectuer un appel de service Web Dataverse supplémentaire pour récupérer l'enregistrement Dataverse cible en fonction de cet identifiant externe. Cette recherche peut être lente si un index approprié n'est pas en place pour la colonne personnalisée, et dans les scénarios Dataverse, chacune de ces recherches nécessite un aller-retour coûteux sur Internet. Ces allers-retours supplémentaires peuvent augmenter d'un ordre de grandeur le temps nécessaire pour mettre à jour chaque enregistrement Dataverse et peuvent réduire considérablement le débit global.

Le tableau suivant compare la complexité de la synchronisation avec et sans ces nouvelles fonctionnalités.

Désormais, avec les nouvelles fonctionnalités, il suffit d'un appel au serveur pour effectuer les mêmes opérations que précédemment.


Aperçu du développement NAV – Mise à jour d'octobre

Bienvenue dans une autre mise à jour pour Developer Preview, la mise à jour d'octobre. Comme d'habitude, nous avons corrigé de nombreux problèmes que vous avez signalés. Pour plus d'informations, consultez la liste des problèmes résolus. En plus de cela, nous annonçons les changements suivants.

Pour obtenir une image mise à jour, accédez directement à l'inscription à la galerie Azure à l'adresse http://aka.ms/navdeveloperpreview .

Compléments client Web
Il est désormais possible de développer des compléments de contrôle JavaScript dans AL. Le nouveau type AL controladdin sert à la fois de remplacement de l'ancien manifeste XML et d'interface pour la communication bidirectionnelle JavaScript vers AL. L'exemple suivant implémente un complément de contrôle dans 42 lignes de code :

Dictionnaire et liste

Cette mise à jour ajoute également deux nouveaux types d'AL très demandés : Lister et dictionnaire. Pour la première fois dans AL, vous pourrez travailler avec des listes et des dictionnaires fortement typés.
Pour le moment, ces types ne peuvent être utilisés qu'avec des types simples, c'est-à-dire que vous pouvez avoir une liste de [Integer], mais pas une ‘List of [Blob]’. La liste des types pris en charge est assez longue, mais le point principal est que si vous pouvez l'utiliser comme type de retour d'une procédure, vous pouvez l'utiliser dans une liste.

ForEach est de retour

Nous avons ajouté la prise en charge de l'itération sur les expressions de types énumérables dans AL en utilisant le pour chaque déclaration. Pour le moment, vous pouvez utiliser le pour chaque instruction pour itérer sur les expressions de type Lister, XmlNodeList, XmlAttributeCollection et JsonArray.

Nouvelle syntaxe de traduction

Nous avons ajouté la prise en charge du nouveau Étiqueter syntaxe qui vous préparera à utiliser le nouveau processus de traduction qui dissocie la traduction du développement. Vous pourrez spécifier une traduction par défaut dans le code avec certains attributs, puis dans la prochaine mise à jour, nous vous fournirons la génération d'un fichier de traduction au format standard largement pris en charge pour la traduction. Lorsque le fichier de traduction revient traduit, vous le packagez avec l'extension et vous avez une extension multilingue !
Nous vous encourageons à commencer la transition vers cette nouvelle syntaxe afin que lorsque nous mettrons à jour le compilateur pour que la génération soit prête. Vous ne pouvez pas utiliser Légende et LégendeML en même temps (il en va de même pour le reste des cas). La syntaxe est la suivante :

Installation et mise à niveau

Lorsque vous souhaitez convertir des extensions V1 en extensions V2, vous devez d'abord convertir le code source à l'aide de l'outil Txt2Al. Ensuite, vous devez terminer tout développement pour adhérer à la syntaxe AL. Lorsque votre code est prêt, vous devez écrire le code de mise à niveau pour restaurer et modifier les données des tables d'extension V1, puis créer votre extension V2. L'étape suivante consiste à désinstaller l'extension V1. Enfin, vous devez publier l'extension V2 et exécuter la mise à niveau. Pour plus d'informations, consultez la documentation ici : Conversion des extensions V1 en extensions V2, Mise à niveau des extensions V2 et Comment : publier et installer une extension V2.

Le concepteur n'est désormais disponible que sur les sandbox sur site ou pour les développeurs avec le Dynamics 365 Extension Mgt (ID de rôle : D365 EXTENSION MGT) autorisation activée. Si l'autorisation n'est pas activée, vous ne pourrez pas utiliser Designer.

Actualités sur la machine virtuelle Azure

  • Une fois le déploiement d'Azure réussi, ouvrez la page de destination dans un navigateur et attendez la fin de l'installation (appuyez sur Afficher l'état de l'installation pour surveiller).
  • Lors de la connexion au bureau à distance, vous trouverez un raccourci vers navcontainerhelper, qui contient un certain nombre d'applets de commande qui facilitent le travail avec les conteneurs Nav (documentation en attente).
  • Si vous devez signer des extensions, vous devez exécuter Get-NavSipCryptoProvider et installer l'édition communautaire VS2017 (c:demoinstall-VS2017Community) avant de pouvoir utiliser signtool dans la machine virtuelle Azure.
  • Vous pouvez créer des conteneurs de développement C/SIDE à l'aide de NavContainerHelper et utiliser Convert-ModifiedObjectsToAl pour convertir les objets modifiés dans un conteneur en AL.

Comme d'habitude, nous vous encourageons à nous faire savoir comment vous aimez travailler avec ces ajouts et à continuer de soumettre des suggestions et des bogues. Vous pouvez voir tous les bogues signalés sur notre liste de problèmes GitHub (https://github.com/Microsoft/AL/issues). Pour obtenir une image mise à jour, accédez directement à l'inscription à la galerie Azure à l'adresse http://aka.ms/navdeveloperpreview.

Pour une liste de nos articles de blog précédents, voir les liens à la fin de cet article.


Fichiers sources .NET

By default, your extension has the following source files, stored under the SourceNET folder:

Project files called <ExtensionName>.sln , <ExtensionName>.csproj .

Extension implementation files:

Actions are implemented in the <ExtensionName>.cs file, which contains a .NET method for each action defined by your extension: the method name is Mss<ActionName> and parameters names are ss<ParameterName> .

This file contains the signature of the methods that correspond to the actions exposed by your extension. You must not change these signatures. Any action, either defined in Integration Studio or imported from an assembly, must be defined in this file.

Actions are declared in the Interface.cs file in the same way as explained above for <ExtensionName>.cs file.

Entities are declared in the Entities.cs file, which contains a .NET structure for each entity defined in by your extension: the structure name is EN<EntityName>EntityRecord and member names are ss<AttributeName> .

Record Lists are declared in the RecordLists.cs file, which contains a .NET class for each record list definition used in your actions: the class name is RL<RecordListDefinition>RecordList and a set of methods are generated to manage the record list.

Records are declared in the Record.cs file, which contains a .NET structure for each record definition used in your actions: the structure name is RC<RecordDefinition>Record and a set of methods are generated to manage the record.

Structures are declared in the Structures.cs file, which contains a .NET structure for each structure defined in your extension: the structure name is ST<EntityName>Structure and member names are ss<AttributeName> .

These files are automatically generated by Integration Studio, during the Update Source Code operation, and you should not change them in the .NET IDE.

The Bin2 folder contains the DLL files associated with your extension and their dependencies, namely: the OutSystems.Nss<ExtensionName>.dll which is the main DLL of your extension the OutSystems.HubEdition.RuntimePlatform.dll , which is an internal DLL necessary to Integration Studio.

The Obj folder contains the temporary files required by the IDE for building the .NET solution.


CISM Certified Information Security Manager Practice Exams

Take the current version of the challenging CISM exam with complete confidence using relevant practice questions contained in this effective self-study guide. Each chapter of the book contains a battery of questions that closely match those on the live test in content, format, tone, and feel. To reinforce salient points and facilitate retention, in-depth explanations are provided for both the correct and incorrect answer choices. Written by an InfoSec expert and experienced author, CISM® Certified Information Security Manager® Practice Exams thoroughly covers every subject on the exam. Designed to help you pass the test with greater ease, this book is also an ideal companion to the CISM Certified Information Security Manager All-in-One Exam Guide.

Covers all four exam domains:
•Information security governance
•Information risk management
•Information security program development and management
•Information security incident management

Online content includes:
•Test engine that provides a full-length practice exam and customized quizzes by chapter or exam domain


eBooks in the same categorie :


Web AppBuilder (developer edition) 2.16 - which way to go in developing custom widget to display DWG file?

in order to display a DWG file (2d or 3d) in 3D scene.

The DWG will always be in ITM coordinates (Israel TM grid, that is EPSG:2039) even if not specified.

The DWG contains Lines, Polygons and Points. Most of the time the other layers except lines will be empty.

What choice is more preferred/applicable -

1. Convert to 3 shape files (for lines, polygons and points) and display them?

2. Convert to KML and display it (is there a way to display 2d/3d KML?)?

3. Display the DWG directly (is a way to do it?) ?

I assume the only applicable way is 1, but I want to know more in order to be sure -

- Is conversion from DWG needed at all?

- Converting to KML is easy, but maybe KML 2D/3D could not be added to 3D scene?

- Or maybe there are more suitable ways to go by?

Help will be greatly appreciated.

I got confused, and I'd appreciate it if you elaborate on the way you are going.

In addition, in case it could help - I elaborate here on my way: I have succeeded to accomplish my task, by developing 2 independent widgets in the Web AppBuilder -

  1. "Convert DWG" custom widget - Displays explorer dialog to choose DWG in the PC and then uses my Fme Cloud to convert from DWG into zipped shapefile which the user downloads to his PC.
    This widget code is based on FME web app code example FME Server Playground - Upload File In Session.
    Important : transformation from DWG to shapefile (translating coordinates from Israel TM into geographic coordinates) succeeded in FME Workbanch but failed in cloud (they had some bug in the the cloud linux). I opened question in FME cloud community and got necessary help from an FME expert
  2. "Add Shapefile" custom widget - Displays explorer dialog to choose zipped shapefile in the PC, adding it to the 3D map.
    This widget is based on ESRI web app code example Create a FeatureLayer from a shapefile.

I had to split into 2 independent widgets, since

  1. Win10 disables any "communication" between my web app and the explorer "save file" dialog
    (I could possibly upload from FME zip url into my Amazon S3 cloud [complicated, have not tried such thing yet], and add to the map by specifying Amazon S3 url of zipped shapefile, but I failed in adding to the map by Amazon S3 url of the zip)
  2. It makes sense, since the 2nd widget could be used independently to add several existing zipped shapefiles to the 3D map.

I already saw that my task is not completed yet - I need additional development efforts in at least the next 2 areas:

  1. My current DWG is simple and includes only lines. Maybe I'll have to improve for more complicated DWG, especially if it has things beyond the 3 geometries (Points, Lines and Plolygons), especially colors.
  2. I'll have to continue to see that the final 3D map could be either saved with all the added data, and/or how can the user remove some of the added shapefiles, if he wants to.

I've provided some steps there that may help you approach this problem.

I'm in midst of doing it by another way - using fme cloud server (and workspace buit in fme workbench). I'll update you when I've come to conclusions.

I am trying to do it with the same way that you are looking for, I have the workbench, and it is successfully published to fme server, but I couldn't figure out how to use the link and develop a tool to use it in JS map. I am looking for your findings, if you wish I can share with you the workbench.

Does your workbench create the correct output as you expect (I mean, there are 2 aspects: 1. To create the wanted file format, 2. Covert coordinate systems, if needed)?

If positive, Then you need to

- link the source to e.g. 'SourceDataset_ACAD' user variable name,

- link the result to e.g. 'FME_SHAREDRESOURCE_DATA' server variable

Then after publishing it to fme server (I use fme cloud) you need to learn and adapt the code in

so it will fit within your web application.

Do you develop web application or Web AppBuilder custom widget? Do you use 2D or 3D ?

I'm doing the 2nd option with 3D Scene.

I managed to activate the exaple code within my web app and my fme cloud with my input and output formats and coordinate systems (I don't need to insert the result file into a map in my example web app), and now in midst of developing and debugging the custom widget stuff, where I'll have to insert the result into the 3D web scene.

Advice: Referring the fme stuff - I have asked questions in fme community (of e.g. fme cloud) and got serious help. In addition, if the company you work in has licence for the fme workbench, you are entitled help from the fme-agency that sold the workbench to your company.

Our workbench is published to our FME server and the output is .json file, (we used this json in a workflow tool in geocortex) without converting the coordinate system. we are using Geocortex as a web mapping application, we managed to develop a tool that can import and display AutoCAD file (.dwg) in the geocortex map using FME server. but now we are trying to develop the same tool for our management portal which built using Cityworks application using JS map, I gave more details regarding the cityworks in this post.

Is their any JS code that can display the.json file into the map?

May you please give me more details regarding the approached that you used?

I know nothing concerning geocortex, and Cityworks application. I'm pretty newbie to this area (learned few month on ArcGis Pro, and works 2.5 months on building custom widgets on esri Web AppBuilder.

The approach I'm using - the company I work in, decided to supply to their customers web applications built with esri Web AppBuilder, and I'm developing custom widgets to add needed useful features.

Now I'm within developing custom widget for inserting Autocad DWG file into a Scene, nad have not yet completed it. I'll get the zip of the shape file from fme cloud, but I have not yet implemented how to put it inside the Scene.

I have not yet managed with json maps.

If I may suggest - I suggest that you split your problems, and ask specific and focused questions in the relevant communities. Create a specific question per problem, so that e.g. the esri or fme programmers that scan the communities will get clear understanding from each question's title.

If to think "top down" - I can't evaluate if the whole approach you are following is the preferred one or not - I understand that there are several companies supplying solutions - geocortex, Cityworks, and of course esri.

I have not the knowledge to understand which way to go. Perhaps you ask also about which "top" approach is the preferred one? Perhaps you are a only little step from your goal and all you need is some help from Cityworks experts?

Maybe as FME serves to convert between many formats, besides Citywoks experts, also FME people will know which format is applicable to be displayed in Cityworks.