Suite

Le diagramme de couple CartoDB s'arrête de jouer au chargement de la page

Le diagramme de couple CartoDB s'arrête de jouer au chargement de la page


Existe-t-il un moyen d'utiliser un tableau de couple CartoDB de sorte que le tableau ne soit pas automatiquement lu lors du chargement de la page ?


Vous pouvez arrêter ou mettre en pause le Torque Jayer, mais cela nécessite l'utilisation de CartoDB.js. Vous pouvez voir l'exemple ici. Copie du code ci-dessous pour l'enregistrement :

   

En règle générale, les raccords à filetage conique (NPT) ne doivent pas être assemblés à un couple spécifique car le couple requis pour un joint fiable varie en fonction de la qualité du filetage, des matériaux de l'orifice et du raccord, du mastic utilisé et d'autres facteurs. (Source : Parker Hannifin Catalogue 4300 Ensemble d'extrémité de port, page T7)

Le chemin de fuite à travers les filetages NPT se produit entre les sommets mêmes d'un filetage et la vallée même du filetage opposé. Peu importe le serrage des filetages NPT, un chemin de fuite existe toujours. C'est la fonction du mastic de bloquer le chemin entre le filetage mâle et femelle.

La plupart des tuyaux vissés sont serrés jusqu'à ce qu'ils soient "corrects" et que le raccord pointe dans la direction souhaitée. Ce que le mécanicien expérimenté "sent" souvent, c'est comment le raccord devient serré. Vissez-le jusqu'à ce qu'il commence à s'asseoir. Puis montez un peu la force en tirant. Si chaque coup sec donne moins de mouvement, vous avez probablement une articulation saine. Si le mouvement s'arrête soudainement, vous avez probablement touché le fond. Le plombier expérimenté sait s'arrêter avant d'endommager le raccord ou le bossage. La prudence est recommandée, raccords de tuyauterie coniques dans un bossage en aluminium car un couple excessif peut fissurer le bossage. Cela est particulièrement vrai lorsque vous utilisez du ruban téflon car le faible frottement du téflon facilite le serrage excessif.


La marche arrière est assez équivalente à la première vitesse, pour un rapport d'environ 3,2ish.

S'il était inférieur, il serait difficile de démarrer à partir d'un arrêt car le couple ne sera tout simplement pas là. Si vous avez déjà conduit un levier de vitesses, essayez de démarrer à partir d'un arrêt en 2e ou 3e vitesse et vous verrez ce que je veux dire.

Par exemple - rapports pour ma Mazda6 2007 manuelle à 5 vitesses :

  • 1er : 3.307
  • 2e : 1.842
  • 3e : 1.233
  • 4e : 0.914
  • 5e : 0.717
  • Inverse : 3.166

Les rapports de démultiplication varient quelque peu considérablement d'un véhicule à l'autre, en particulier entre les véhicules avec des nombres de vitesses différents, mais la marche arrière sera toujours assez proche de la 1ère pour les raisons mentionnées ci-dessus.


2 réponses 2

Oui bien sûr, vous pouvez limiter le courant en VFD. Avec le VFD, vous aurez un démarrage progressif, le VFD est un appareil plus sophistiqué qu'un démarreur progressif. Si la charge est un ventilateur (VFD pour HVAC?), alors c'est encore plus simple car la charge est très petite à bas régime, donc au début la charge est essentiellement l'accélération de l'inertie du rotor et des pales, vous pouvez définir une grande rampe temps - accélération lente et il n'y aura pas de problèmes.

La question de base a reçu une réponse de Marko Buršič. Il ne fait aucun doute que le VFD limitera très efficacement le courant de démarrage. Le courant d'entrée du VFD ne doit jamais dépasser 110 % du courant nominal. Le courant de démarrage sera limité avec le VFD réglé sur les paramètres par défaut reçus de l'usine, sauf que vous devez entrer la tension d'alimentation et les informations requises de la plaque signalétique du moteur.

Les ajustements I/f concernent le "départ au vol". Cela démarre le VFD alors que l'arbre du moteur tourne déjà pour une raison quelconque, peut-être une interruption de courant ou éventuellement un flux d'air dû au fonctionnement d'un ventilateur d'alimentation avant le démarrage d'un ventilateur de retour. Si vous ne comprenez pas cette fonction et ne pouvez pas identifier que vous en avez vraiment besoin, il peut être préférable de la désactiver. Si vous sentez que vous en avez besoin, laissez les paramètres aux valeurs par défaut, à moins que vous ne puissiez identifier que vous rencontrez un problème avec cela. Dans ce cas, vous aurez peut-être besoin de l'aide d'un expert. L'utilisation de cette fonction ne doit pas poser de problème de courant de démarrage excessif.

Les VFD ont un courant d'appel de charge de condensateur qui se produit uniquement lorsque l'alimentation est appliquée pour la première fois au VFD. Tous les VFD doivent limiter ce courant d'appel pour éviter d'endommager les diodes et les condensateurs du bus CC. Diverses méthodes, y compris des combinaisons de méthodes, sont utilisées pour limiter le courant de charge. Les VFD ne sont normalement pas alimentés et désactivés très souvent et le moteur est normalement empêché de démarrer jusqu'à ce que la charge du condensateur soit terminée. Le courant de charge de crête est très bref et l'amplitude est en partie déterminée par l'impédance de la source. C'est rarement une préoccupation pour l'utilisateur et les fabricants de VFD ne publient généralement pas d'informations à ce sujet. L'inductance CA et/ou CC qui est souvent intégrée aux VFD pour limiter le courant harmonique aide également à limiter le courant de charge.

Le premier élément des paramètres de démarrage au vol dans le manuel Vacon sert d'en-tête pour les paramètres associés qui incluent I/f. Cela et le contexte du matériel fourni sur ces paramètres servent à expliquer ce qu'est I/f. D'autres fabricants peuvent expliquer cette fonction différemment et utiliser des noms de paramètres différents. Vacon peut expliquer les différentes fonctionnalités de performance dans un manuel plus général qui s'applique à plus d'un produit.


Calcul de la consommation de carburant

Considérez la relation suivante : où intervient la charge du moteur ?

Dans une situation idéalisée, sans traînée sur le véhicule, frottements internes et externes minimes, conduite sur un plan horizontal, la puissance nécessaire pour maintenir n'importe quelle vitesse est effectivement nulle. Cela signifie que la charge sur le moteur (lorsqu'il n'accélère pas) est également effectivement nulle. L'efficacité de Carnot n'a pas d'importance à ce stade, mais elle serait également très faible. Cependant, l'économie de carburant serait énorme parce que vous avez des $v$ au numérateur avec presque zéro $Q$ au dénominateur.

La situation inverse est encore plus facile à démontrer que vous pouvez le faire à la maison dans votre propre voiture. Il suffit d'appuyer sur l'accélérateur avec la transmission au point mort. (Ne le faites pas réellement.) Scénario de charge élevée instantanée alors que vous accélérez l'enfer de ce vilebrequin mais $v = 0$, donc votre économie de carburant est de zéro.

Les scénarios réalistes sont plus compliqués, mais la longue histoire en bref est que la réaction de combustion qui se produit dans le cylindre du moteur est beaucoup moins efficace pendant les périodes de très forte accélération (c'est-à-dire près de la charge maximale). Plus de carburant traverse le moteur sans être brûlé, ou seulement en partie, ce qui signifie que vous n'avez pas extrait autant d'énergie du même gallon de carburant. Vous allez toujours quelque part et votre moteur fonctionne à une efficacité thermodynamique plus élevée en raison de la charge qui lui est imposée, mais en termes d'économie de carburant, cet avantage est réduit par le coût d'une efficacité de combustion inférieure. Il est même possible, lorsque le rendement de combustion est très faible, que ce coût l'emporte entièrement sur l'avantage d'une charge élevée. (Ceci peut être attendu si le véhicule a été très mal entretenu. En réalité, cela dépend tellement de l'âge de la voiture, de la qualité de ses unités de contrôle, du rapport dans lequel vous accélérez, qu'il est difficile de faire une prédiction exacte pour un scénario général.)

L'autre chose que je veux mentionner est que vous devez considérer où va votre pouvoir. "Chargement élevé du moteur" signifie simplement qu'une grande partie de la puissance que le moteur est capable de produire est demandée, cela ne vous dit pas où va la puissance. S'il s'agit de lutter contre la traînée, qui augmente avec le carré de la vitesse, alors c'est de la puissance et du carburant gaspillés. Vous pouvez le livrer très efficacement, mais s'il n'augmente pas la vitesse* du véhicule, il ne contribue pas à l'économie de carburant. Cela ne semble efficace que lorsque vous tracez les limites de votre système autour du moteur et ignorez le but de la voiture.

* Techniquement, nous devrions également tenir compte de l'altitude, mais l'économie de carburant est généralement calculée en termes de distance horizontale. Les gains et les pertes dus au changement d'altitude sont soit supposés s'annuler dans l'ensemble, soit pris en compte avec un facteur de correction grossier.


Contenu

18ème siècle Modifier

Immédiatement après l'indépendance, les États-Unis ont utilisé une variété d'unités de mesure, y compris les unités néerlandaises et les unités anglaises. [5] La Constitution de 1789 accorde au Congrès le pouvoir de déterminer des normes de mesure, bien qu'il n'ait pas immédiatement utilisé cette autorité pour imposer un système uniforme. Les États-Unis ont été l'une des premières nations à adopter une monnaie décimale, en vertu du Coinage Act de 1792.

En 1793, Thomas Jefferson a demandé à la France des artefacts qui pourraient être utilisés pour adopter le système métrique aux États-Unis, et Joseph Dombey a été envoyé de France avec un kilogramme standard. Avant d'atteindre les États-Unis, le navire de Dombey a été emporté par une tempête et capturé par des pirates, et il est mort en captivité à Montserrat. [5]

19ème siècle Modifier

En 1832, le système coutumier des unités est formalisé. [6] Au début du 19ème siècle, l'U.S. Coast and Geodetic Survey, l'agence gouvernementale d'arpentage et de cartographie, utilisait une norme de mètre ("Committee Meter", français : Mètre des Archives) importés de Suisse. [7] [8] Peu de temps après la guerre de Sécession, le 39e Congrès des États-Unis a protégé l'utilisation du système métrique dans le commerce avec le Metric Act de 1866 [9] et a fourni à chaque État un ensemble de poids et mesures métriques standard. En 1875, les États-Unis ont solidifié leur engagement envers le développement du système métrique internationalement reconnu en devenant l'un des dix-sept pays signataires à l'origine de la Convention du Mètre, également connue sous le nom de Traité du Mètre. [10] La signature de cet accord international a conclu cinq années de réunions au cours desquelles le système métrique a été reformulé, affinant l'exactitude de ses normes. La Convention du Mètre a établi le Bureau international des poids et mesures (Bureau international des poids et mesures, BIPM) à Sèvres, en France, pour fournir des étalons de mesure à usage mondial.

En vertu de l'ordonnance Mendenhall de 1893, les normes métriques, développées dans le cadre d'une coopération internationale sous les auspices du BIPM, ont été officiellement adoptées comme normes fondamentales pour la longueur et la masse aux États-Unis, bien que certaines normes métriques aient été utilisées dans la pratique avant cette date. Les définitions des unités usuelles des États-Unis, telles que le pied et la livre, ont été basées sur des unités métriques depuis lors.

La Constitution de l'Utah de 1895, à l'article X, section 11, prévoyait à l'origine que : « Le système métrique doit être enseigné dans les écoles publiques de l'État. Cet article a été abrogé à compter du 1er juillet 1987. [11] [12]

Le 4 juillet 1876, Melvil Dewey (connu pour sa classification décimale Dewey) a incorporé l'American Metric Bureau à Boston [13] pour vendre des règles et d'autres outils de mesure métrique. Dewey avait espéré faire fortune en vendant des fournitures métriques. [14]

20e siècle Modifier

La Conférence générale des poids et mesures est l'organe directeur du système métrique moderne et comprend les pays signataires du Traité du mètre. La Conférence générale des poids et mesures a approuvé une version mise à jour du système métrique en 1960 nommé Le Système international d'unités (Système international d'unités) et abrégé SI.

Le 10 février 1964, le National Bureau of Standards (maintenant connu sous le nom de National Institute of Standards and Technology) a publié une déclaration selon laquelle il utiliserait le système métrique, sauf si cela aurait un effet néfaste évident. [15]

En 1968, le Congrès a autorisé la U.S. Metric Study, une étude de trois ans sur les systèmes de mesure aux États-Unis, en mettant l'accent sur la faisabilité de la métrique. Le département du Commerce des États-Unis a mené l'étude. Un comité consultatif de 45 membres a consulté et recueilli des témoignages de centaines de consommateurs, d'organisations professionnelles, de groupes de travailleurs, de fabricants et de responsables étatiques et locaux. Le rapport final de l'étude a conclu que les États-Unis finiraient par rejoindre le reste du monde dans l'utilisation du système de mesure métrique. [16] L'étude a révélé que les unités métriques étaient déjà mises en œuvre dans de nombreux domaines et que leur utilisation augmentait. La majorité des participants à l'étude croyaient que la conversion au système métrique était dans le meilleur intérêt des États-Unis, en particulier compte tenu de l'importance du commerce extérieur et de l'influence croissante de la technologie aux États-Unis.

L'étude métrique américaine a recommandé que les États-Unis mettent en œuvre une transition soigneusement planifiée vers l'utilisation principale du système métrique sur une décennie. Le Congrès a adopté le Metric Conversion Act de 1975 « pour coordonner et planifier l'utilisation croissante du système métrique aux États-Unis ». La conversion volontaire a été lancée et le United States Metric Board (USMB) a été créé pour la planification, la coordination et l'éducation du public. La composante d'éducation du public a conduit à la sensibilisation du public au système métrique, mais la réponse du public a inclus la résistance, l'apathie et parfois le ridicule. [17] En 1981, l'USMB a signalé au Congrès qu'il lui manquait le mandat clair du Congrès nécessaire pour amener la conversion nationale. En raison de cette inefficacité et d'un effort de l'administration Reagan - en particulier des efforts de Lyn Nofziger [18] en tant que conseiller de la Maison Blanche auprès de l'administration Reagan, pour réduire les dépenses fédérales - l'USMB a été dissoute à l'automne 1982.

La fin de l'USMB a accru les doutes quant à la mise en œuvre réelle de la métrique. La métrique des secteurs public et privé a ralenti alors même que la compétitivité entre les nations et les demandes des marchés mondiaux augmentaient. [19]

L'American National Metric Council (ANMC) a été créé en 1973 par l'American National Standards Institute (ANSI) en tant qu'organisation à but non lucratif et exonérée d'impôt pour la planification et la coordination des activités métriques dans tous les secteurs de l'économie américaine. L'ANMC est devenue une organisation distincte en 1976. L'ANMC était destinée à faciliter la métrique aux États-Unis en maintenant un processus volontaire et ordonné qui minimise les coûts et maximise les avantages, et à fournir des informations, des forums, une assistance individuelle et d'autres services à ses abonnés. L'ANMC a tenté de coordonner la planification métrique de nombreux secteurs industriels, contrairement à l'USMB, qui n'a tenté de mettre en œuvre la politique énoncée dans la Metric Conversion Act de 1975. Après la formation de l'USMB, les comités de l'ANMC ont soumis des plans de conversion pour le secteur chimique et pour le secteur des instruments. Ces plans de reconversion sectorielle ont ensuite été approuvés par l'USMB. De 1975 à 1987, l'ANMC a organisé une série de conférences annuelles très fréquentées. Par la suite, une série de conférences nationales sur la métrique, parrainées conjointement par l'ANMC, la U.S. Metric Association (USMA), le ministère du Commerce et le National Institute of Standards and Technology (NIST), se sont tenues de 1989 à 1993. [20]

Le Congrès a inclus un nouvel encouragement pour la métrique industrielle américaine dans le Omnibus Foreign Trade and Competitiveness Act de 1988. Cette législation a modifié le Metric Conversion Act de 1975 et a désigné le système métrique comme "le système préféré de poids et mesures pour le commerce et le commerce des États-Unis". La loi stipule que le gouvernement fédéral a la responsabilité d'aider l'industrie, en particulier les petites entreprises, alors qu'elle se convertit volontairement au système de mesure métrique. La législation exigeait que la plupart des agences fédérales utilisent le système métrique dans leurs achats, subventions et autres activités commerciales d'ici la fin de 1992. Bien qu'il n'impose pas l'utilisation métrique dans le secteur privé, le gouvernement fédéral a cherché à servir de catalyseur dans la conversion métrique du commerce, de l'industrie et du commerce du pays. Des exceptions ont été faites pour les industries des routes et de la construction. Le ministère des Transports prévoyait d'exiger des unités métriques d'ici 2000, mais ce plan a été annulé par le projet de loi sur les autoroutes de 1998 TEA21. L'armée américaine utilise généralement beaucoup le système métrique, en partie à cause de la nécessité de travailler avec les forces armées d'autres pays. [21]

Décret exécutif 12770, signé par le président George H.W. Bush le 25 juillet 1991, citant la Metric Conversion Act, a ordonné aux départements et agences de la branche exécutive du gouvernement des États-Unis de « prendre toutes les mesures appropriées relevant de leur autorité » pour utiliser le système métrique « comme système préféré de poids et mesures. pour le commerce et le commerce des États-Unis » et a autorisé le secrétaire au Commerce « à créer un Conseil interinstitutions sur la politique métrique (« ICMP »), qui aidera le secrétaire à coordonner la mise en œuvre de cet arrêté à l'échelle du gouvernement fédéral.

Certains membres du Congrès ont tenté d'interdire l'utilisation du système métrique sur les routes fédérales en 1992 et 1993. [22] [23] Ces projets de loi n'étaient pas populaires à la Chambre des représentants et ont échoué avant un vote.

Erreur de l'orbiteur de Mars Modifier

L'utilisation de deux systèmes d'unités différents a causé la perte de Mars Climate Orbiter en 1999. La NASA a spécifié les unités métriques dans le contrat. La NASA et d'autres organisations ont appliqué des unités métriques dans leur travail, mais un sous-traitant, Lockheed Martin, a fourni un logiciel qui calculait et rapportait les données de performance du propulseur à l'équipe en livres-force-secondes, plutôt qu'en newton-secondes attendues. Le vaisseau spatial était destiné à orbiter autour de Mars à environ 150 kilomètres (93 mi) d'altitude, mais des données incorrectes l'ont fait descendre à environ 57 kilomètres (35 mi), brûlant dans l'atmosphère martienne. [24] [25] [26]

21e siècle Modifier

L'effort vers la métrique nationale est basé sur la prémisse que la productivité industrielle et commerciale des États-Unis, l'enseignement des mathématiques et des sciences, et la compétitivité de ses produits et services sur les marchés mondiaux seraient améliorés par l'adoption du système métrique. Gerard Iannelli, directeur du programme métrique des États-Unis, a estimé que les Américains ne l'avaient pas fait jusqu'à présent en raison de l'effort nécessaire pour «traduire» des unités habituelles en unités métriques lorsque les deux mesures ne sont pas affichées. Il a également cité ce qu'il considérait comme des tentatives inefficaces d'éducation et de sensibilisation du public. [27]

En juin 2010, le NIST a demandé un amendement à la Fair Packaging and Labelling Act qui permettrait aux fabricants de choisir volontairement d'étiqueter leurs emballages uniquement en unités métriques, plutôt que d'être doublement étiquetés avec les unités usuelles américaines et les unités métriques comme cela est actuellement requis. L'objectif de ces changements serait d'encourager l'étiquetage métrique, conduisant à un meilleur accord sur les lois américaines sur l'étiquetage et simplifiant le commerce national et international. La coordinatrice du programme métrique du NIST, Elizabeth Gentry, a ajouté que les changements proposés étaient "en réponse aux demandes des fabricants et des consommateurs américains", en particulier que "les fabricants veulent prendre le contrôle de la quantité nette limitée de contenu immobilier sur leur emballage". [28]

Le 31 décembre 2012, une pétition a été créée sur le système de pétition de la Maison Blanche, demandant à la Maison Blanche de « faire du système métrique la norme aux États-Unis, au lieu du système impérial ». Le 10 janvier 2013, cette pétition a recueilli plus de 25 000 signatures, dépassant le seuil requis pour obliger l'administration Obama à répondre officiellement à la pétition. [29] Patrick D. Gallagher, directeur du National Institute of Standards and Technology, a fourni la réponse officielle indiquant que les unités coutumières étaient définies dans le système métrique, rendant ainsi la nation « bilingue » en termes de systèmes de mesure. [30] Gallagher a également déclaré que l'utilisation du système métrique était un choix à faire par les individus. [30]

Au début de 2013, le représentant de l'État, Karl Rhoads, a présenté le projet de loi HB36 à la Chambre des représentants d'Hawaï, qui cherchait à rendre le système métrique obligatoire dans son État. [31] Appelé « relatif au système métrique », le projet de loi stipulait que la loi entrerait en vigueur le 1er janvier 2018. En juin 2014, le projet de loi HB36 n'avait pas obtenu suffisamment de soutien et était considéré comme mort. [32] Si le projet de loi était devenu loi, Hawaï aurait été le premier État à introduire le système métrique à grande échelle.

En janvier 2015, le sénateur de l'État de l'Oregon Brian Boquist, à la demande du passionné de métrique David Pearl, a proposé le projet de loi 166 du Sénat de l'Oregon, qui était similaire au projet de loi hawaïen. Il aurait établi le Système international d'unités comme unités de mesure officielles dans l'État de l'Oregon. [33] [34] Le projet de loi était en commission dès l'ajournement le 6 juillet 2015. [35]

Lors de l'élection présidentielle de 2016 de Lincoln Chafee, il a plaidé pour le passage aux unités métriques. [36] À la suite d'un débat largement débattu et de mauvais nombres de sondages, Chafee a annoncé le 23 octobre 2015, qu'il mettrait fin à sa campagne. [37]

En janvier 2019, le membre législatif hawaïen Karl Rhoads a présenté le projet de loi SB428 à la législature de l'État d'Hawaï, affirmant qu'« il existe de bonnes raisons pour qu'Hawaï et d'autres États passent au système métrique ». [38] Il a été proposé d'établir un groupe de travail pour explorer l'utilisation du système métrique pour les mesures de distance et de vitesse sur les panneaux publics.

Vie quotidienne Modifier

La plupart des Américains ont étudié les unités métriques communes à l'école. De plus, les nouvelles unités introduites par les ingénieurs et les scientifiques à partir du XVIIIe siècle, telles que les volts, les mégapixels et les kilotonnes et mégatonnes de TNT, sont généralement formulées en termes de puissances de 10.

L'utilisation d'unités basées sur le SI est répandue pour de nombreuses applications. Les plans d'alimentation électrique résidentiels utilisent des kilowattheures. [39] Le flux lumineux des lampes est spécifié en lumens, dérivé de la candela plutôt que de la bougie. [40]

La lettre K est couramment utilisé pour désigner « mille » (par exemple, « Elle gagne 80 000 $ »), [41] [42] même si cela est incompatible avec le « k » minuscule dans SI. Cet usage a largement remplacé la lettre "G" (pour "grand", utilisé presque exclusivement pour l'argent) et le chiffre romain M qui était couramment utilisé pour « milliers » avant les années 1960, en fait, le « M » désigne désormais « millions » (par exemple, « budget de 32,5 millions de dollars »). [43]

Météo Modifier

Les bulletins météorologiques télévisés et radio sont donnés en degrés Fahrenheit au lieu de Celsius pour le point de rosée et les températures de l'air, les miles par heure pour la vitesse du vent, les pouces de mercure pour la pression atmosphérique (les millibars ne sont utilisés que pour signaler des phénomènes tropicaux tels que les ouragans) et d'autres unités. Dans certains États frontaliers du nord, les températures sont décrites en degrés Fahrenheit et Celsius pour le bénéfice des auditoires canadiens transfrontaliers.

Les émissions de la radio météo NOAA du National Weather Service dans les villes jumelles du Minnesota fournissent les rapports de température locaux en degrés Fahrenheit et en degrés Celsius, tout comme la radio météo WXL57 à Des Moines, Iowa.

Consommateur et commerce de détail Modifier

Certains produits de consommation américains sont disponibles dans des tailles métriques arrondies. Cela semble augmenter en raison de la nature internationale de la fabrication, de la distribution et des ventes. De nombreux articles sont produits en quantités métriques arrondies et certains fabricants choisissent d'afficher la quantité métrique en premier ou plus en évidence (par exemple, le fil dentaire Oral-B Glide est disponible en emballages de 35, 40 et 50 mètres).

L'article métrique le plus couramment vendu est peut-être la bouteille de deux litres. Certaines chaînes de supermarchés proposent également des boissons gazeuses de marque de magasin en format de 3 litres. Les contenants de boissons gazeuses de 1 et 0,5 litre (et plus récemment les bouteilles de 1,25 litre) sont de plus en plus vendus aux côtés des formats 12 fl oz, 16 fl oz, 20 fl oz et 24 fl oz (355, 473, 591 et 710 ml).

La bouteille d'eau d'un demi-litre (16,9 fl oz) a presque remplacé la taille de 16 onces. Les tailles de 700 ml (23,6 fl oz) et d'un litre sont également courantes, bien que les tailles de 20 fl oz et 24 fl oz restent populaires, en particulier dans les distributeurs automatiques.

Les tentatives pour vendre des cruches de lait de 3 ou 4 litres, au lieu de gallons (3,785 L), ont été largement infructueuses, et de telles bouteilles sont rarement vues aux États-Unis. Le lait reste vendu en divisions binaires du gallon, les demi-pintes, pintes, quarts et demi-gallons étant les tailles principales.

Le shampooing, le rince-bouche et la soie dentaire ont commencé à être vendus en format métrique. Les PowerBars et produits similaires ont toujours été vendus (mais non commercialisés) au gramme.

Les étiquettes des aliments nutritionnels indiquent généralement la taille des portions dans les deux systèmes, mais ne répertorient que les valeurs métriques (g ou mg) pour la répartition des nutriments individuels.

Alcool Modifier

Le vin est vendu en bouteilles standards de 750 ml, comme dans le reste du monde. Un cinquième d'alcool, une fois un cinquième d'un gallon américain, ou 757 ml, est maintenant couramment de 750 ml, bien qu'il soit toujours appelé « un cinquième ». La bière est vendue en onces liquides. Les règlements sont établis par le Bureau de la taxe sur l'alcool et le tabac et du commerce qui contrôle les tailles autorisées des conteneurs. Contrairement aux boissons non alcoolisées, la plupart des produits alcoolisés ne sont pas tenus de porter des conversions d'unités sur les étiquettes. [44]

Aliments non emballés Modifier

Les fruits et légumes en vrac ont un prix presque universel, soit par livre, soit par article. Dans les supermarchés et les steakhouses, les coupes de viande sont vendues en onces et en livres. Les marchandises vendues en vrac n'ont pas besoin de porter une conversion d'unité.

FPLA Modifier

Depuis 1992, la loi fédérale sur l'emballage et l'étiquetage équitables (FPLA) exige que la plupart des produits de consommation emballés soient étiquetés en unités usuelles et métriques. Certaines industries sont engagées dans des efforts pour modifier cette loi afin de permettre aux fabricants d'utiliser uniquement l'étiquetage métrique. [45] Quarante-huit États américains ont adopté des lois autorisant l'étiquetage uniquement en unités métriques, les deux exceptions étant New York et l'Alabama. [46]

Électronique Modifier

Les industries de l'électronique et de l'informatique se sont largement converties aux normes métriques à mesure que de nouvelles technologies ont été introduites vers la fin du 20e siècle, également entraînées en partie par un déplacement de la fabrication des États-Unis vers les pays d'Asie avec des normes métriques.

Les tailles d'affichage pour les écrans des téléviseurs et des écrans d'ordinateur sont annoncées et vendues en pouces (mesurées en diagonale), bien que la plupart des boîtes indiquent également la taille en centimètres.

La prise de connecteur téléphonique d'origine de 1 ⁄ 4 pouces (6,35 mm) remonte à 1878 [47] [48] [49] et est toujours utilisée dans les équipements audio et les instruments électriques. À bien des égards, il a été remplacé par les connecteurs 3,5 mm ou le casque 2,5 mm, qui étaient courants sur les téléphones portables plus anciens. [50]

Le poids des disques vinyles est exprimé en grammes, les poids de 180 grammes ou plus étant considérés comme les plus souhaitables pour les pressages de qualité audiophile en raison de leur durabilité, de leur résistance au gauchissement et de la fourniture d'une plate-forme plus stable pour le stylet. [51] La force de suivi et les paramètres anti-patinage sur une plaque tournante sont mesurés en grammes-force. [52]

Vêtements Modifier

Les vêtements sont mesurés en pouces, pas en centimètres. Les tailles de chaussures américaines sont mesurées sur différentes échelles pour les enfants, les hommes et les femmes, mais toutes les tailles sont dérivées des pouces. [53] Les grandes marques de vêtements multinationales, notamment Nike, Adidas, Hanes et Levi's, vendent souvent le même inventaire dans le monde entier, avec des étiquettes contenant à la fois des unités SI et habituelles en plus des symboles et des instructions d'entretien du linge dans de nombreuses langues.

Literie Modifier

Les tailles de matelas utilisent des étiquettes non numériques, telles que king, queen, full ou twin. Ces tailles sont définies en pouces, contrairement à la plupart des autres pays, qui utilisent des étiquettes similaires définies à l'aide d'unités métriques. Les mandats de la FPLA indiquent le type de lit auquel ils sont destinés ainsi que les dimensions en centimètres et en pouces. La FPLA impose également une double balance sur de nombreux autres produits tissés tels que les serviettes. [54]

Construction Modifier

Aviation Modifier

Les altitudes des aéronefs pour le contrôle du trafic aérien et à des fins connexes sont mesurées en pieds aux États-Unis. les exceptions notables de la Chine, de la Corée du Nord et de nombreux pays de la CEI (ex-soviétique). Par exemple, un avion de ligne effectuant un long vol, même si ni son point de départ ni sa destination ne se trouvent aux États-Unis, pourrait utiliser une altitude de croisière nominale de 36 000 pieds, en utilisant un système de niveaux de vol normalisé au niveau international (niveau de vol 360 dans ce cas) . En 2011, la Russie est passée de niveaux de vol métriques à des niveaux de vol en pied à haute altitude pour éliminer le besoin d'ajustements lors de la traversée vers ou hors de son espace aérien. [55]

Aviation commerciale Modifier

Les programmes de fidélisation des compagnies aériennes commerciales aux États-Unis, tels que AAdvantage d'American Airlines et SkyMiles de Delta, sont généralement gérés à l'aide de miles. Cela devrait continuer en fait, certaines compagnies aériennes internationales qui utilisaient auparavant des kilomètres passent aux miles ou utilisent les deux, pour simplifier l'échange de miles avec des partenaires aériens basés aux États-Unis. La vitesse des avions est souvent mesurée en nœuds et l'altitude en pieds (niveau de vol) dans de nombreux pays.

Pour les routes nationales et internationales, les compagnies aériennes américaines fixent des restrictions de taille et de poids des bagages en termes d'unités habituelles. À l'inverse, les compagnies aériennes internationales qui desservent les États-Unis limitent souvent les bagages à des tailles métriques.

Les températures dans les bulletins météorologiques liés à l'aviation sont données en degrés Celsius aux États-Unis.

Pour les bagages à main, la Transportation Security Administration limite les liquides à 3,4 onces liquides (100 ml). [56] À l'origine, l'agence prévoyait de restreindre à 3 oz/89 ml mais l'a basculée à 3,4 oz/100 ml après pression de l'Union européenne. [57]

Éducation Modifier

La plupart des élèves reçoivent un certain niveau d'introduction au système métrique à l'école élémentaire, intermédiaire et secondaire, mais l'accent varie. [ citation requise ] L'enseignement se concentre principalement sur les concepts de puissances de 10, les préfixes associés et la conversion d'une forme de préfixe à une autre. Les unités de longueur, de volume et de masse sont généralement introduites par comparaison avec des objets ordinaires. Le système métrique n'est pas beaucoup renforcé en dehors de la salle de classe en raison du manque d'utilisation métrique populaire. Par conséquent, même si les élèves peuvent comprendre certains des concepts qui sous-tendent le système métrique, ils n'ont pas nécessairement un sens intuitif de la valeur des unités.

Dans l'enseignement des sciences, les élèves utilisent principalement des mesures métriques dans les expériences et les équations, permettant à ceux qui s'intéressent aux sciences de se familiariser avec le système métrique. Quelques crédits de cours de sciences sont requis pour un diplôme de premier cycle aux États-Unis, ce qui garantit que la plupart des personnes instruites ont une certaine exposition au système métrique. [ citation requise ] Au sein de l'enseignement supérieur, le système métrique est universel pour les cours de sciences (voir ci-dessous), à l'exception des exercices destinés à illustrer des conversions complexes. Les programmes d'ingénierie utilisent encore largement les unités d'ingénierie anglaises, mais cela varie selon le domaine. Les programmes de génie électrique utilisent principalement des unités métriques, tandis que des domaines tels que l'aérospatiale, les matériaux, la thermique et l'ingénierie de fabrication utilisent largement les unités habituelles. Certains manuels non scientifiques aux États-Unis n'utilisent que le système métrique sans donner de conversions afin de promouvoir la métrique. [ citation requise ]

Électricité et énergie Modifier

Il n'y a pas d'unités usuelles aux États-Unis pour le courant électrique, la différence de potentiel ou la charge puisque ces concepts ont été développés après l'adoption internationale de la métrique en science. Les unités métriques ampère, volt, ohm et coulomb sont les seules unités utilisées. Le terme SI hertz a remplacé le terme cycles par seconde pour la même unité de fréquence.

L'énergie est souvent mesurée en wattheures (basé sur le SI), en calories (basé sur le SI), en BTU (habituel) ou en thermes (habituel) plutôt qu'en joule SI. La consommation d'énergie électrique résidentielle et commerciale est mesurée et facturée en kilowattheures, kW·h, comme dans la plupart des pays métriques. Les mesures de force utilisent régulièrement la livre au lieu du newton SI. Le couple est mesuré en livres-pieds. Les prix du carburant sont pour la plupart donnés en unités habituelles, telles que les dollars par gallon, le baril, les milliers de pieds cubes ou la tonne (courte ou longue). Le chauffage, le refroidissement et la combustion sont souvent mesurés en BTU par heure ou en tonnes de réfrigération et l'efficacité de la centrale électrique est souvent mesurée par son "taux de chaleur", en BTU par kilowattheure. La puissance nominale des moteurs, des moteurs électriques et des turbines à vapeur des centrales électriques est souvent mesurée en chevaux-vapeur. La puissance des centrales est généralement exprimée en mégawatts.

Services financiers Modifier

Certains prix du marché des matières premières sont cotés en unités usuelles (comme les barils de pétrole, les onces troy d'or, les livres de poitrines de porc congelées, etc.). Le gouvernement fédéral déclare les chiffres de la production internationale en unités métriques (par exemple, le blé en tonnes métriques) mais en boisseaux pour les chiffres de la production nationale.

Armes à feu Modifier

Les États-Unis utilisent à la fois le pouce et le millimètre pour le calibre des armes à feu civiles et policières. [58] Historiquement, les cartouches conçues aux États-Unis étaient désignées par leur calibre en pouces (par exemple, .45 Colt et .270 Winchester.) Deux développements ont changé cette tradition : la grande prépondérance de cartouches différentes utilisant un calibre identique et la commerce d'armes apportant des calibres métriques aux États-Unis. Le premier a conduit à ce que le diamètre de la balle (plutôt que le calibre) soit souvent utilisé pour décrire les cartouches afin de différencier des cartouches par ailleurs similaires. Un bon exemple est le .308 Winchester, qui tire le même projectile de calibre .30 que le .30-06 Springfield et le .300 Savage. Parfois, le calibre n'est qu'un nombre proche du diamètre de la balle, comme le .220 Swift, le .223 Remington et le .222 Remington Magnum, qui ont tous en fait un calibre .22 ou un diamètre de .224 pouces (5,7 mm) balles.

Le deuxième développement est l'introduction de calibres métriques réels aux États-Unis. Les carabines de calibre 6 mm et 7 mm sont particulièrement populaires, tout comme les armes de poing de calibre 9 mm et 10 mm. Ces cartouches de calibre métrique sont soit décrites par leur calibre métrique, comme la très populaire cartouche Remington Magnum de 7 mm, soit le diamètre de leur balle est converti en pouces, comme la très populaire .243 Winchester. Parfois, les cartouches de calibre en pouces conçues aux États-Unis sont également indiquées en métrique.

L'armée américaine, reflétant son besoin d'assurer l'interopérabilité avec ses alliés de l'OTAN, utilise des mesures métriques pour presque tous les calibres d'armes, même pour les calibres qui proviennent ou ont été dérivés d'une mesure différente (par exemple 7,62 mm au lieu de 0,308, ou 5,56 mm à la place de 0,223). Cependant, les fusils civils chambrés pour le .223 Remington peuvent charger des munitions militaires de 5,56 mm mais ne pas les tirer en toute sécurité car les munitions de l'OTAN de 5,56 mm sont chargées pour créer une pression de chambre supérieure à celle du .223 Remington. La controverse existe quant à savoir si cela est vrai pour les fusils civils chambrés pour .308 Winchester tirant des munitions militaires de l'OTAN de 7,62 × 51 mm. Les principaux manuels de chargement manuel aux États-Unis utilisent les unités habituelles des États-Unis pour toutes les mesures pertinentes, y compris le diamètre de la balle, la longueur totale de la cartouche, le poids de la charge de poudre, la vitesse et la pression maximale, même avec des cartouches entièrement métriques de conception européenne.

Pierres précieuses Modifier

Les pierres précieuses et les perles sont vendues en carats métriques.

Fabrication Modifier

La mondialisation de la fabrication a conduit à une large adoption des normes métriques, bien que cela ne soit pas encore universel [ où? ] . Après une période où les automobiles étaient assemblées avec des attaches habituelles et métriques dans chaque véhicule, les voitures sont maintenant universellement construites avec des pièces métriques. Les moteurs automobiles portaient autrefois le nom de leur cylindrée en pouces cubes. Par exemple, le moteur Chrysler "426 Hemi" serait décrit comme 7 litres dans la terminologie moderne. Les publications techniques des éditeurs de l'industrie et des constructeurs automobiles américains donnent souvent les cylindrées des moteurs en pouces cubes ainsi qu'en centimètres cubes (qui équivalent à des millilitres) ou en litres. [59] [60] Par exemple, les spécifications de la Dodge SRT-8 6,1 L Hemi indiquent que le déplacement est de 370 pouces cubes (6 100 cm 3 ). [61]

Militaire Modifier

L'armée américaine utilise largement les mesures métriques pour assurer l'interopérabilité avec les forces alliées, en particulier les accords de normalisation de l'OTAN (STANAG). Les forces terrestres ont mesuré les distances en "klicks", argot pour kilomètres, depuis 1918. [62] La plupart des armes à feu militaires sont mesurées en unités métriques, à commencer par le M-14 qui a été introduit en 1957, [58] bien qu'il y ait quelques héritages exceptions, telles que les armes de calibre .50. Les munitions d'aéronefs sont normalement mesurées en livres. Le calibre des armes lourdes est mesuré en millimètres. Les véhicules militaires sont généralement construits selon les normes métriques. Une exception est l'US Navy, dont les canons sont mesurés en pouces et dont la flotte sous-marine mesure les distances en termes de "kiloyards" [63] [64] (équivalent à 914,4 m), la profondeur en "pieds", et la vitesse, dans certains cas , comme "pieds par seconde". La Marine et l'Air Force continuent de mesurer la distance en milles marins et la vitesse en nœuds. Ces unités sont désormais acceptées pour être utilisées avec le SI par le BIPM. [65] De plus, dans l'aviation militaire, les pays de l'OTAN utilisent des pieds pour les hauteurs de vol, comme ils le font dans l'aviation civile.

Argent Modifier

Le dollar des États-Unis est entièrement métrique, avec un dollar divisé en 100 cents (¢) (1000 mills (₥) pour la comptabilité) et tous les billets et pièces disponibles en multiples ou fractions généralement décimales (2, 5, 10, etc.)

Drogues illégales et substances contrôlées Modifier

Les drogues illégales et les substances contrôlées sont souvent mesurées en quantités métriques. [66] La loi fédérale les interdisant définit les peines en masses métriques. [67]

La force d'un comprimé de LSD est presque toujours exprimée en microgrammes. Le terme « kilo » est utilisé assez couramment par les forces de l'ordre pour décrire la quantité de drogue (en kilogrammes) saisie lors d'une saisie de drogue. Un kilo de drogues illégales (en particulier la cocaïne) est souvent désigné par le terme d'argot « clé ».

Le jus électronique, utilisé pour fournir de la nicotine et de la vapeur dans les appareils à fumer électroniques, est vendu au millilitre. [70] Certains endroits exigent également que les produits affichent la concentration de nicotine.Dans l'Utah, les magasins de vape sont tenus d'avoir des informations expliquant la différence entre les concentrations en mg/mL et en pourcentage par volume. [71]

Science Modifier

En science, l'utilisation métrique est essentiellement universelle, bien que des unités spécialisées supplémentaires soient souvent utilisées à des fins spécifiques dans diverses disciplines (telles que le parsec et l'année-lumière en astronomie), conformément à l'utilisation mondiale. Les laboratoires aux États-Unis utilisent presque exclusivement le système métrique et SI, tels que les échelles Celsius et Kelvin pour la température. [72]

Les sciences de la Terre, telles que l'hydrologie et la géologie, continuent d'utiliser les unités habituelles pour les levés sur le terrain, en raison à la fois de l'héritage de plusieurs décennies de collecte de données et de la nécessité de travailler avec l'industrie de la construction, qui n'a pas adopté le système métrique. [ citation requise ] Les ingénieurs en irrigation américains, par exemple, parlent en acres-pieds et en pieds cubes par seconde, alors que la plupart des autres ingénieurs en irrigation se réfèrent à des gigalitres et à des mètres cubes par seconde.

La météorologie utilise abondamment les unités métriques et habituelles. Le système de notification METAR utilisé aux États-Unis diffère de celui utilisé par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) en ce que les vitesses du vent sont exprimées en nœuds (au lieu de mètres par seconde), les précipitations équivalentes à l'eau en centièmes de pouce et calage altimétrique dans les pouces de mercure habituels (au lieu d'hectopascals). De plus, les températures sont indiquées en degrés Fahrenheit entiers, mais sont converties en degrés Celsius lorsqu'elles sont encodées dans les rapports METAR. La plupart des cartes d'observation synoptiques sont exprimées en unités SI, à l'exception des vitesses du vent susmentionnées, qui doivent être converties pour les besoins du calcul. Les graphiques de température en altitude utilisent généralement l'échelle Celsius (la ligne de congélation est d'une grande importance aux niveaux inférieurs de l'atmosphère pour déterminer le type de précipitation), tandis que les graphiques de température potentielle utilisent le kelvin, tous deux conformes à l'utilisation internationale. [ citation requise ] Le tourbillon atmosphérique est généralement mesuré en rotations complètes par 100 000 secondes (une métrique approximative du jour) mais n'utilise pas le radian recommandé par le SI.

Les prévisions publiques du Service météorologique national et des émissions de télévision/radio sont données presque exclusivement en unités habituelles : degrés Fahrenheit pour la température et le point de rosée, fractions de pouce de pluie ou de glace et pouces entiers de neige (moins d'un pouce souvent indiqués par des fractions ou des termes informels comme « poussièrement » lorsqu'il est très faible), des pouces de mercure et pour la vitesse du vent, des milles à l'heure, sauf dans les prévisions maritimes, dans lesquelles les nœuds sont utilisés. La hauteur des vagues est mesurée en pieds. La neige fondue et les chutes de neige réelles et leurs profondeurs au sol sont mesurées en dixièmes de pouce, les précipitations réelles en centièmes et l'accumulation de glace en fractions ou en décimales. Les tailles de grêlon sont généralement signalées sans unité de mesure fixe, elles sont plutôt comparées à des articles ronds ou sphériques familiers (par exemple, la taille d'un sou ou la taille d'une balle de golf). Les lectures du baromètre pour les ouragans sont généralement données en millibars (mb), ce qui équivaut à des hectopascals (hPa), ou dix fois les kilopascals (kPa) utilisés dans le Canada voisin. L'utilisation de pouces de mercure dans de telles applications diminue rapidement.

Début 2007, la NASA a annoncé qu'elle utiliserait des unités métriques pour toutes les opérations sur la surface lunaire à son retour sur la Lune, puis projetée pour 2020. [73] Le programme de retour lunaire de la NASA a ensuite été annulé en 2010. [74]

Médecine Modifier

Le domaine médical utilise principalement des unités métriques. Lors de l'interaction avec les patients, certaines données, telles que leur taille et leur poids, sont présentées dans les unités habituelles.

Pharmacologie Modifier

Les doses de pilules sur ordonnance et en vente libre sont toujours mesurées dans le système SI, l'unité la plus courante étant le milligramme. Des doses plus faibles utilisent des microgrammes. Parce que le préfixe SI μ (mu) n'est pas bien connu parmi de nombreux Américains et n'est pas disponible sur la plupart des claviers, l'industrie médicale utilise l'abréviation mcg pour désigner les microgrammes. [75]

Pour les vitamines, les quantités de nutriments sont exprimées en grammes ou en unités internationales normalisées par l'OMS, appelées UI. [76]

Les tailles des piluliers, lorsqu'on en parle parfois, sont principalement discutées en termes de barils de liquide, bien que la plupart contiennent également des centimètres cubes et parfois des onces liquides sur les spécifications.

Pendant longtemps, les dosages liquides de médicaments ont été affichés à la fois en millilitres et en unités habituelles de cuillères à café et de cuillères à soupe, qui sont normalisées comme étant égales à 5 et 15 ml respectivement. Cependant, beaucoup de gens appellent familièrement la petite cuillère dans un ensemble d'ustensiles comme la cuillère à café et la grande cuillère comme la cuillère à soupe. Après une analyse approfondie en 2015, il a été constaté que l'inclusion de dosages de thé/cuillère à soupe encourage probablement certaines personnes à utiliser des ustensiles de cuisine non calibrés comme appareils de mesure. [77] En raison de cela et de la confusion signalée avec les abréviations TSP et TBSP, la FDA recommande désormais aux médecins et aux fabricants de produits pharmaceutiques d'utiliser uniquement des instructions de dosage en millilitres. Pour faciliter cette transition, les fabricants de médicaments et les pharmacies sont encouragés à inclure une tasse à mesurer jetable avec des médicaments liquides. [78]

Concentrations et analyses de sang Modifier

Les directives posologiques des médicaments sont spécifiées en termes de milligrammes par kilogramme. [79] L'unité métrique exacte utilisée par les professionnels de la santé aux États-Unis varie parfois par rapport à d'autres pays. Par exemple, les patients atteints de diabète sucré aux États-Unis mesurent leur glycémie en milligrammes par décilitre (comme pour le cholestérol et d'autres concentrations sanguines), alors que la plupart des autres pays utilisent des millimoles par litre. Les glucomètres américains ont la capacité de basculer entre les deux.

Les échantillons de sang et d'urine sont prélevés au millilitre. [80] La thérapie intraveineuse (IV) est dispensée par millilitre. Pour éviter toute confusion, un sac de 1 litre est noté 1000 ml.

Taille et poids Modifier

Les données anthropométriques telles que la hauteur peuvent être enregistrées en centimètres. [81] L'indice de masse corporelle (IMC) est exprimé en kg/m 2 , même s'il peut être calculé à partir de livres et de pouces. Même si le cabinet médical prend les données de taille et de poids en unités SI, elles sont presque toujours discutées avec le patient en termes d'unités usuelles. L'exercice est généralement discuté avec les patients en termes de kilomètres parcourus. La consommation de sucre, de sodium et d'autres nutriments est généralement exprimée en grammes et en milligrammes.

L'utilisation chez les vétérinaires varie, mais en raison de l'importance accordée à l'interaction avec le public, le poids des animaux (par exemple, pour les chats ou les chiens) est presque toujours enregistré et rapporté en livres et en onces. L'utilisation dans les hôpitaux d'enseignement vétérinaire, en revanche, favorise les unités SI.

Dentisterie Modifier

Les mesures des emplacements/mouvements des dents et les graphiques parodontaux (santé des gencives) sont en millimètres. [82]

Tension artérielle Modifier

Édition du son

Les appareils de mesure du niveau sonore précis n'ont été inventés qu'après le microphone [84] ou d'ailleurs après la prolifération du système SI en physique et au niveau international. Par conséquent, bien que certaines informations sur la pression acoustique puissent théoriquement être évaluées en termes de livres par pouce carré (PSI), cela n'est pratiquement jamais fait. Au lieu de cela, l'échelle de décibels (dB) utilisée internationalement est la plus courante. [85] Dans certains cas où l'on souhaite une échelle non logarithmique, l'échelle de sone liée aux décibels est utilisée. Par exemple, le niveau de bruit de l'appareil est généralement évalué en termes de puissance sonore. [86] La protection auditive doit être étiquetée en termes de réduction des décibels [87] avec des graphiques plus détaillés affichant la réduction des décibels à des fréquences hertz données.

Sport Modifier

Les citoyens américains sont fréquemment exposés aux unités métriques lors de la couverture d'événements sportifs internationaux, en particulier les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de la FIFA.

Alors que les essais olympiques d'athlétisme ont toujours été menés sur des distances métriques, afin de reproduire la compétition à laquelle les athlètes sélectionnés sont destinés, les championnats nationaux sont devenus métriques en 1974. Cependant, USA Track & Field (USATF) a continué à calculer le championnats nationaux de saut en hauteur dans les unités usuelles américaines jusqu'en 2002. [88] La National Collegiate Athletic Association (NCAA) a changé son système de mesure au niveau du championnat national en 1976. Le dernier obstacle était la National Federation of State High School Associations (NFHS ) administrant les sports au lycée, qui est passé au système métrique en 1980.

Cela dit, les compétitions d'athlétisme aux États-Unis se déroulent généralement par incréments de 400 mètres, ce qui correspond à peu près aux longueurs traditionnelles basées sur le mile. Aux Jeux olympiques, les athlètes courent 1500 mètres, pas 1600 mètres. [ citation requise ]

Les courses à pied aux États-Unis se déroulent généralement sur des distances métriques (par exemple, le 100 mètres ou la course 5 km), bien que la distance en milles reste populaire. Mais même les courses de 5 et 10 kilomètres ont le plus souvent des bornes kilométriques sur le parcours, et pas de bornes kilométriques. Les courses de longue distance sont souvent mesurées en kilomètres, bien qu'il existe des exceptions (généralement des courses de 10 milles). Le marathon est appelé une course de 26,219 milles (la distance standard officielle du marathon étant à l'origine en unités anglaises - 26 milles, 385 yards) plutôt que 42,195 km. Les ultramarathons sont mesurés en miles ou en kilomètres, avec peu de normalisation dans les deux cas.

Bien que les épreuves olympiques et sur piste aux États-Unis soient métriques depuis des années, il est encore courant que les commentateurs sportifs fournissent des conversions pour aider le public américain à comprendre les mesures.

Les distances mesurées telles qu'utilisées dans des événements tels que le lancer du poids, le saut en hauteur et le lancer du disque sont, cependant, souvent en pieds et en pouces, sauf aux niveaux national et international. En 2017, la Florida High School Athletic Association est devenue la première à inverser cette tendance et à utiliser des mesures métriques pour les événements sur le terrain. [89] Les tailles de terrain et de court pour les sports d'équipe les plus populaires tels que le football étaient à l'origine définies en unités non métriques. Cela se reflète dans le football américain, dans lequel le terrain de jeu est divisé en yards, et de nombreuses statistiques importantes sont mesurées en yards. De même, les dimensions de tous les parcs de baseball, terrains de basket-ball, courts de tennis et patinoires de hockey sur glace sont indiquées en pieds, les terrains de golf en cours, les pistes de course automobile en miles (ou fractions de miles) et les courses de chevaux en stades. Les longueurs des courses automobiles aux États-Unis sont généralement définies en miles. En revanche, certains équipements sportifs, comme les skis et les bâtons, sont vendus en unités métriques.

Un nouveau jeu de football américain a été tenté en unités métriques en 1977. [90] Cette tendance n'a pas réussi à prendre pied.

Les vélos, surtout haut de gamme, sont de plus en plus vendus et dimensionnés en unités métriques. [ citation requise ] Par exemple, un cadre décrit comme une taille "21 pouces" dans le passé est maintenant souvent étiqueté comme un cadre "53 cm". Certaines roues de vélo sont étiquetées en métrique comme « 700c » pour un pneu de vélo de route de 700 mm de diamètre nominal, mais les roues de vélo de montagne sont encore souvent vendues en pouces (26, 27,5 ou 29 pouces). [ citation requise ]

Les dimensions courantes des piscines sont de 25 mètres, 25 mètres et 50 mètres. La piscine de taille olympique est spécifiée uniquement en mètres. Les écoles secondaires et la NCAA organisent des compétitions de 25 verges. USA Swimming (USA-S) nage dans des piscines métriques et non métriques. [ citation requise ]

Dans le jeu d'Ultimate Frisbee, le disque volant de 175 g est considéré comme un standard du sport.

Le sentier de longue distance Mid State Trail utilise exclusivement des unités métriques dans son guide des sentiers depuis 1973.

USA Weightlifting utilise des unités métriques pour mesurer le poids. Les poids et les haltères dans les gymnases, cependant, sont étiquetés en livres.

Transport Modifier

Les limites de vitesse sur autoroute sont affichées en miles par heure et les distances sont largement affichées en miles, en yards ou en pieds, bien que quelques panneaux doubles mile/km puissent être trouvés, principalement issus de projets de démonstration qui ne sont plus pris en charge. [91] Une exception est l'Interstate 19 en Arizona, qui est presque entièrement signée en métrique, à l'exception des panneaux de limitation de vitesse. La signalisation sur cette route est cependant reconvertie en unités habituelles au fur et à mesure qu'elle est remplacée. Une autre exception est la section à péage de la Delaware Route 1, qui utilise un système basé sur le kilométrage, en prévision de la conversion du milieu des années 1990 aux États-Unis au système métrique, ce qui ne s'est pas produit. [92] Les distances étaient à l'origine signées en kilomètres, mais ont depuis été remplacées par des miles en 1995 et des marqueurs de miles standard en 2003. Les numéros de sortie sont restés métriques à partir de la base aérienne de Douvres vers le nord jusqu'à l'Interstate 95.

Les éditions 2000, 2003 et 2004 [93] du Manual on Uniform Traffic Control Devices ont été publiées en utilisant à la fois les unités métriques et les unités coutumières américaines. Des panneaux métriques, y compris des panneaux de vitesse en kilomètres par heure, étaient affichés dans le manuel même s'ils n'étaient normalement pas utilisés sur les routes et qu'il n'y avait pas de plan précis pour passer au métrique. Pour une distinction visuelle, les panneaux de vitesse métriques réglementaires et consultatifs ont des cercles noirs autour des chiffres suivis de "km/h" et d'autres panneaux métriques réglementaires ont des plaques jaunes indiquant "METRIC" en noir au-dessus des panneaux principaux. Les signes métriques et les mesures métriques ont été supprimés pour l'édition 2009 et remplacés par une annexe de tableaux de conversion métrique. Cela contraste fortement avec la position du Royaume-Uni (en grande partie métrique), où les panneaux routiers métriques sont interdits par la loi (à l'exception de ceux indiquant des restrictions de largeur et de hauteur, qui incluent à la fois des unités métriques et impériales).

Les nouveaux panneaux sur les autoroutes de l'État de l'île de Kauaʻi à Hawaï indiquent également les distances en miles et en kilomètres. [94] Les marqueurs de miles le long des autoroutes de l'île d'Hawaï indiqueront les deux unités chaque fois que le entier kilomètre correspond approximativement au entier mile (par exemple, 5 mi/8 km). À Houston, au Texas, de nombreuses limitations de vitesse ont des panneaux km/h sous les panneaux MPH. Ceux-ci sont situés près des deux aéroports (Bush Intercontinental et Hobby) et dans le Texas Medical Center. Le territoire américain de Porto Rico utilise généralement des panneaux de style américain (MUTCD) avec mesure métrique sur les autoroutes, affichant des bornes kilométriques et des distances en km, mais les panneaux de limitation de vitesse sont en miles par heure. Le Maine Turnpike a des mesures métriques sur ses panneaux routiers en plus des mesures habituelles, en partie pour aider le grand nombre de touristes canadiens qui visitent les plages du Maine.

Les premiers panneaux en métrique aux États-Unis ont été affichés le 12 février 1973 sur l'Interstate 71 dans l'Ohio. [95]

L'essence et le carburant diesel sont vendus au gallon américain, et l'économie de carburant est évaluée en miles par gallon (MPG). Dans la plupart des autres pays, en utilisant le système métrique, la consommation de carburant est mesurée en litres aux 100 kilomètres ou en kilomètres par litre. La norme officielle de l'Union européenne est de litres aux 100 km. [96] Les stations de Point Roberts, Washington, une petite péninsule non contiguë qui n'est accessible depuis le reste de l'État de Washington qu'en traversant le Canada, vend son essence à partir de pompes calibrées pour distribuer en litres. L'essence est distribuée en litres à Porto Rico. L'huile de carter d'automobile est vendue au quart, l'antigel au gallon, le liquide de frein à l'once (liquide) et le réfrigérant de climatisation à l'once (masse). Les balais de remplacement des essuie-glaces sont mesurés en pouces.

La norme fédérale de sécurité des véhicules automobiles des États-Unis 101, qui régit les commandes et les affichages des véhicules, permet aux compteurs de vitesse d'afficher les miles par heure (MPH) ou à la fois MPH et km/h. [97] En pratique, la plupart des véhicules du marché américain ont des compteurs kilométriques et des compteurs de vitesse à double étiquette avec des miles par heure comme étalonnage principal. Certaines Buick des années 2000 ont une seule jauge de vitesse avec un bouton sur le tableau de bord pour basculer l'échelle entre MPH et km/h. D'autres véhicules ont des compteurs de vitesse numériques qui peuvent être réglés pour lire les vitesses en MPH ou en km/h.

Une autre unité de vitesse courante est le mètre par seconde (m/s), utilisé notamment pour les ascenseurs et les téléphériques. Les odomètres sont autorisés à enregistrer des miles ou des kilomètres, mais doivent être clairement étiquetés quant à l'unité qu'ils enregistrent.

Le gonflage des pneus des voitures particulières est généralement d'environ 30 livres par pouce carré (psi) ou 207 kilopascals (kPa). Ceci est affiché sur les pneus à côté de son équivalent métrique. Les réglementations postérieures à l'année modèle 2006 imposent également un autocollant standard international « Informations sur les pneus et le chargement » qui indique les capacités en unités SI suivies des équivalents habituels. [98] [99]

Unités hybrides Modifier

Certaines mesures sont rapportées dans des unités dérivées à la fois des unités habituelles et métriques. Par exemple:

  • Débit thermique d'une centrale électrique : BTU/kWh [100]
  • Normes fédérales d'émissions d'échappement des automobiles : grammes par mile [101]
  • Caféine dans les boissons : milligrammes par once (liquide) [102]
  • Une méthode standard de dimensionnement des pneus combine des millimètres pour la largeur totale et des pouces pour le diamètre de la roue sur laquelle ils s'adaptent. [103]
  • Dans l'éclairage, les ampoules utilisent des huitièmes de pouce pour le diamètre de l'ampoule et des pouces complets pour les longueurs de tube fluorescent, tandis que la douille est toujours en millimètres (par exemple, la "vis Edison moyenne" standard est E26). Sur les lumières de Noël récemment introduites, cependant, les millimètres sont souvent utilisés avec de petites ampoules en forme de globe (G30 et G40) et avec des ensembles de LED miniatures, où la norme T1
  • 3 ⁄ 4 (
  • ceux de 7 ⁄ 32 pouces) sont parfois appelés M5 (miniature 5 mm à ne pas confondre avec filetage M5).

Pour les propriétés comprises plus récemment, telles que celles liées à l'électricité, il n'y a pas d'unité traditionnelle. Les unités internationales sont toujours utilisées, souvent en combinaison avec les unités usuelles américaines. Un exemple parmi tant d'autres se trouve dans le tableau 8, chapitre 9, de la Manuel du Code national de l'électricité (8e éd.), où la résistance des conducteurs par unité de longueur est donnée en ohms par millier de pieds.

D'autres unités sont basées sur les unités habituelles, mais utilisent des facteurs de puissance de dix et des préfixes métriques. Par exemple, la distance à la cible pour un sous-marin américain est exprimée en kiloyards (kyd) plutôt qu'en une combinaison de miles, de yards et de pieds. [64] La longueur des lignes de transmission téléphonique et les distances des boucles sont mesurées en kilopieds. [104] Dans certains domaines du génie civil (en particulier le génie des structures) et de l'architecture, les charges et les forces importantes (telles que le poids d'un bâtiment ou la quantité de charge appliquée à une colonne) sont mesurées en kips (kilopounds ou 1000 livres- force) au lieu des tonnes-force courtes (2000 livres-force), qui sont utilisées dans pratiquement toutes les autres industries non métriques aux États-Unis, ainsi que dans l'usage courant du public, lorsqu'il s'agit de grandes valeurs de force.

L'utilisation continue d'unités coutumières américaines a amené les écrivains à spéculer dans la fiction se déroulant à l'avenir sur l'adoption du système métrique. De nombreux auteurs ont supposé que les États-Unis et la race humaine en général utiliseraient des unités métriques, cependant, d'autres ont supposé l'utilisation continue des unités usuelles américaines ou ont négligé de prendre en compte la métrique. Les écrivains utilisent parfois des unités habituelles simplement parce que les lecteurs et les observateurs américains comprendront les mesures d'autres fois, elles sont simplement utilisées par accident. Le spectacle de 1966 Star Trek, par exemple, initialement utilisé U.S.unités coutumières malgré les multiples origines nationales de la Terre et un cadre au 23ème siècle. Plus tard, en commençant par "The Changeling", des mesures métriques ont été utilisées, bien que de manière incohérente. Les suites ultérieures de la série, telles que Star Trek : la prochaine génération, et Star Trek : Entreprise (situé au 22ème siècle), utilisait exclusivement le système métrique.

Le système métrique et les attitudes aux États-Unis envers le système métrique sont la cible de coups humoristiques dans des émissions telles que Les Simpsons, [105] Futurama [106] et La théorie du Big Bang. [107] Un Saturday Night Live sketch intitulé "Decabet", publié au plus fort du mouvement de métrique, raillait les différentes mesures métriques en introduisant un nouvel alphabet composé de seulement dix lettres.

Dans le film de 1994 Pulp Fiction, Vincent Vega (John Travolta) raconte à Jules Winnfield (Samuel L. Jackson) que "l'Europe est un peu différente", car par exemple à Paris, on ne l'appelle pas un "Quart de livre au fromage" mais une "Royale au fromage" " comme " ils ont le système métrique, ils ne savent pas ce que c'est qu'un quart de livre ". Plus tard, Jules complimente l'intelligence de l'une de leurs victimes, après avoir correctement supposé que l'utilisation française du système métrique est ce qui exclut le terme "Quarter Pounder".

Science populaireL'édition de septembre 2003 du NIST a inscrit le « Metric System Advocate » du NIST sur sa liste des « pires emplois scientifiques ». [108]


8 réponses 8

Excellente question ! Prendre quelques minutes pour réfléchir logiquement devrait aboutir à quelque chose. Tout d'abord, sachez qu'une batterie plus grosse avec un ampérage plus élevé (CCA) ne posera aucun problème sur le dessin finir. En d'autres termes, vous n'envoyez pas trop d'électricité à un composant ou à quelque chose. L'ampérage plus élevé signifie simplement que plus d'énergie est disponible, pas que plus d'énergie circule à travers les composants. Je suis sûr que vous le saviez déjà en vous assurant que tout le monde est sur la même longueur d'onde.

Deuxièmement, vous devez réaliser qu'il ne faut pas plus d'énergie pour charger une batterie plus grosse qu'une batterie plus petite. C'est-à-dire, à condition qu'ils aient eu des tirages égaux. La différence, bien sûr, est que la plus grosse batterie peut se décharger davantage, ce qui entraîne une plus grande consommation de l'alternateur.

En gros, cela signifie que votre alternateur devra travailler plus dur pour recharger la batterie, mais simplement parce que la plus grosse batterie était capable de produire plus de jus. Étant donné que l'usure de l'alternateur est généralement due à l'âge, la réponse est oui, la plus grosse batterie usera davantage votre alternateur.

Cela étant dit, ce ne sera probablement pas important, à moins que vous ne laissiez régulièrement votre radio fonctionner pendant la nuit, car votre alternateur fonctionne toujours lorsque la voiture est en marche, la seule différence est qu'il demandera plus de courant à l'alternateur pour recharger la batterie. . Par conséquent, en ce qui me concerne et mes recherches, l'usure est


Contenu

Avant l'édition VHS

En 1956, à la suite de plusieurs tentatives d'autres sociétés, le premier magnétoscope à succès commercial, l'Ampex VRX-1000, a été introduit par Ampex Corporation. [13] Au prix de 50 000 $ US en 1956 (équivalent à 475 949 $ en 2020) et de 300 $ US (équivalent à 2 856 $ en 2020) pour une bobine de 90 minutes, il était destiné uniquement au marché professionnel. [ citation requise ]

Kenjiro Takayanagi, un pionnier de la diffusion télévisuelle qui travaillait alors pour JVC en tant que vice-président, a vu le besoin pour son entreprise de produire des magnétoscopes pour le marché japonais, et à un prix plus abordable. En 1959, JVC a développé un magnétoscope à deux têtes et, en 1960, une version couleur pour la diffusion professionnelle. [14] En 1964, JVC a sorti le DV220, qui serait le magnétoscope standard de la société jusqu'au milieu des années 1970. [ citation requise ]

En 1969, JVC a collaboré avec Sony Corporation et Matsushita Electric (Matsushita était alors la société mère de Panasonic et est maintenant connue sous ce nom, également actionnaire majoritaire de JVC jusqu'en 2008) pour créer une norme d'enregistrement vidéo pour le consommateur japonais. [15] L'effort a produit le format U-matic en 1971, qui était le premier format de cassette à devenir une norme unifiée pour différentes sociétés. [ citation requise ] Il a été précédé par le format EIAJ bobine à bobine 1/2".

Le format U-matic a été un succès dans les entreprises et certaines applications de diffusion pour les stations de télévision (telles que la collecte d'informations électroniques), mais en raison du coût et du temps d'enregistrement limité, très peu de machines ont été vendues pour un usage domestique. [ citation requise ]

Peu de temps après, Sony et Matsushita se sont séparés de l'effort de collaboration pour travailler sur leurs propres formats d'enregistrement vidéo. Sony a commencé à travailler sur Betamax, tandis que Matsushita a commencé à travailler sur VX. JVC a sorti le CR-6060 en 1975, basé sur le format U-matic. Sony et Matsushita ont également produit leurs propres systèmes U-matic. [ citation requise ]

Développement VHS Modifier

En 1971, les ingénieurs de JVC Yuma Shiraishi et Shizuo Takano ont formé une équipe pour développer un magnétoscope grand public. [16]

À la fin de 1971, ils ont créé un diagramme interne intitulé « Matrice de développement VHS », qui a établi douze objectifs pour le nouveau magnétoscope de JVC : [17]

  • Le système doit être compatible avec n'importe quel téléviseur ordinaire.
  • La qualité de l'image doit être similaire à une diffusion aérienne normale.
  • La bande doit avoir une capacité d'enregistrement d'au moins deux heures.
  • Les bandes doivent être interchangeables entre les machines.
  • Le système global doit être polyvalent, ce qui signifie qu'il peut être mis à l'échelle et étendu, par exemple en connectant une caméra vidéo ou en doublant entre deux enregistreurs.
  • Les enregistreurs doivent être abordables, faciles à utiliser et avoir de faibles coûts de maintenance.
  • Les enregistreurs doivent pouvoir être produits en grand volume, leurs pièces doivent être interchangeables et elles doivent être faciles à entretenir.

Au début de 1972, l'industrie de l'enregistrement vidéo commercial au Japon a pris un coup financier. JVC a réduit ses budgets et restructuré sa division vidéo, abandonnant le projet VHS. Cependant, malgré le manque de financement, Takano et Shiraishi ont continué à travailler sur le projet en secret. En 1973, les deux ingénieurs avaient produit un prototype fonctionnel. [17]

Concurrence avec Betamax Modifier

En 1974, le ministère japonais du Commerce international et de l'Industrie (MITI), désireux d'éviter toute confusion chez les consommateurs, a tenté de forcer l'industrie vidéo japonaise à se normaliser sur un seul format d'enregistrement vidéo domestique. [18] Plus tard, Sony avait un prototype fonctionnel du format Betamax et était très proche de la sortie d'un produit fini. Avec ce prototype, Sony a persuadé le MITI d'adopter Betamax comme norme et de lui permettre de concéder la technologie sous licence à d'autres sociétés. [17]

JVC estimait qu'une norme ouverte, avec le format partagé entre les concurrents sans licence pour la technologie, était meilleure pour le consommateur. Pour empêcher le MITI d'adopter Betamax, JVC s'est efforcé de convaincre d'autres entreprises, notamment Matsushita (le plus grand fabricant d'électronique du Japon à l'époque, commercialisant ses produits sous la marque National dans la plupart des territoires et la marque Panasonic en Amérique du Nord, et actionnaire majoritaire de JVC) , d'accepter le VHS, et donc de travailler contre Sony et le MITI. [19] Matsushita a accepté, principalement par crainte que Sony ne devienne le leader dans le domaine si son format propriétaire Betamax était le seul autorisé à être fabriqué. Matsushita considérait également la limite de temps d'enregistrement d'une heure de Betamax comme un inconvénient. [19]

Le soutien de Matsushita à JVC a persuadé Hitachi, Mitsubishi et Sharp [20] de soutenir également la norme VHS. [17] La ​​sortie par Sony de son unité Betamax sur le marché japonais en 1975 a exercé une pression supplémentaire sur le MITI pour qu'il se range du côté de l'entreprise. Cependant, la collaboration de JVC et de ses partenaires a été beaucoup plus forte et a finalement conduit le MITI à abandonner ses efforts pour une norme de l'industrie. JVC a sorti les premières machines VHS au Japon à la fin de 1976 et aux États-Unis au milieu de 1977. [21]

Le Betamax de Sony a rivalisé avec le VHS à la fin des années 1970 et jusque dans les années 1980 (voir Guerre des formats de cassettes vidéo). Les principaux avantages de Betamax étaient sa taille de cassette plus petite, sa qualité vidéo théorique supérieure et sa disponibilité plus précoce, mais sa durée d'enregistrement plus courte s'est avérée être un inconvénient majeur. [6]

À l'origine, les machines Beta I utilisant la norme de télévision NTSC étaient capables d'enregistrer une heure de programmation à leur vitesse de bande standard de 1,5 pouces par seconde (ips). [22] Les premières machines VHS pouvaient enregistrer pendant deux heures, en raison à la fois d'une vitesse de bande légèrement plus lente (1,31 ips) [22] et d'une bande nettement plus longue. La cassette de plus petite taille de Betamax limitait la taille de la bobine de bande et ne pouvait pas rivaliser avec la capacité de deux heures de VHS en allongeant la longueur de la bande. [22] Au lieu de cela, Sony a dû ralentir la bande à 0,787 ips (Beta II) afin d'obtenir deux heures d'enregistrement dans la même taille de cassette. [22] Cela a réduit la qualité vidéo autrefois supérieure de Betamax à pire que VHS en comparant l'enregistrement de deux heures. [ citation requise ] Sony a finalement sorti une cassette Beta étendue (Beta III) qui a permis à NTSC Betamax de dépasser la limite de deux heures, mais à ce moment-là, VHS avait déjà gagné la bataille des formats. [22]

De plus, VHS avait un « mécanisme de transport de bande beaucoup moins complexe » que Betamax, et les machines VHS étaient plus rapides à rembobiner et à avancer rapidement que leurs homologues Sony. [23]

Le premier magnétoscope à utiliser VHS était le Victor HR-3300, et a été présenté par le président de JVC au Japon le 9 septembre 1976. [24] [25] JVC a commencé à vendre le HR-3300 à Akihabara, Tokyo, Japon en octobre 31, 1976. [24] Des versions régionales du JVC HR-3300 ont également été distribuées plus tard, comme le HR-3300U aux États-Unis et le HR-3300EK au Royaume-Uni en janvier 1977. Les États-Unis ont reçu son premier magnétoscope basé sur VHS – le RCA VBT200 le 23 août 1977. [26] L'unité RCA a été conçue par Matsushita et était le premier magnétoscope basé sur VHS fabriqué par une société autre que JVC. Il était également capable d'enregistrer quatre heures en mode LP (long play). Le Royaume-Uni a ensuite reçu son premier magnétoscope basé sur VHS - le Victor HR-3300EK en 1978. [27]

Quasar et General Electric suivraient avec des magnétoscopes basés sur VHS – tous conçus par Matsushita. [28] En 1999, Matsushita produisait à lui seul un peu plus de la moitié de tous les magnétoscopes japonais. [29] Les combos TV VCR, combinant un téléviseur CRT à définition standard avec un mécanisme VHS sous le CRT, étaient également disponibles à l'achat. [30]

Conception de cassettes et de bandes Modifier

Il y a un guide de bande clair aux deux extrémités de la bande pour fournir un arrêt automatique optique pour le mécanisme de transport du magnétoscope. Dans le magnétoscope, une source lumineuse est insérée dans la cassette à travers le trou circulaire au centre de la face inférieure, et deux photodiodes se trouvent à gauche et à droite de l'endroit où la bande sort de la cassette. Lorsque la bande claire atteint l'un d'entre eux, suffisamment de lumière passera à travers la bande jusqu'à la photodiode pour déclencher la fonction d'arrêt, certains magnétoscopes rembobinent automatiquement la bande lorsque la fin arrière est détectée. Les premiers magnétoscopes utilisaient une ampoule à incandescence comme source de lumière : lorsque l'ampoule tombait en panne, le magnétoscope agissait comme si une cassette était présente lorsque la machine était vide, ou détectait l'ampoule grillée et s'arrêtait complètement de fonctionner. Les conceptions ultérieures utilisent une LED infrarouge, qui a une durée de vie beaucoup plus longue. [ citation requise ]

Le support d'enregistrement est une bande magnétique Mylar [31] de 12,7 mm (½ pouce) de large, recouverte d'oxyde métallique et enroulée sur deux bobines.

La vitesse de la bande pour le mode "Lecture standard" (voir ci-dessous) est de 3,335 cm/s (1,313 ips) pour NTSC, de 2,339 cm/s (0,921 ips) pour PAL, soit un peu plus de 2,0 et 1,4 mètres (6 pieds 6,7 pouces et 4 ft 7,2 in) par minute respectivement. La longueur de bande pour une cassette VHS T-120 est de 247,5 mètres (812 pieds). [32]

Technique de chargement de bande Modifier

Comme avec presque tous les systèmes de bandes vidéo à cassette, les machines VHS extraient la bande de la coque de la cassette et l'enroulent autour du tambour à tête inclinée qui tourne à 1 800 tr/min dans les machines NTSC [33] et à 1 500 tr/min pour PAL, une rotation complète de la tête correspondant à une image vidéo. VHS utilise un système de "chargement M", également connu sous le nom de laçage M, où la bande est tirée par deux tiges d'enfilage et enroulée autour de plus de 180 degrés du tambour de tête (et également d'autres composants de transport de bande) dans une forme approximativement se rapprochant de la lettre M. [34] Les têtes du tambour rotatif reçoivent leur signal sans fil à l'aide d'un transformateur rotatif.

Capacité d'enregistrement Modifier

Une cassette VHS contient un maximum d'environ 430 m (1 410 pi) de bande à l'épaisseur de bande la plus faible acceptable, ce qui donne une durée de lecture maximale d'environ quatre heures dans un T-240/DF480 pour NTSC et de cinq heures dans un E-300 pour PAL en qualité "standard play" (SP). Cependant, le plus souvent, les bandes VHS sont plus épaisses que le minimum requis pour éviter des complications telles que des bourrages ou des déchirures dans la bande. [23] D'autres vitesses incluent "le jeu long" (LP) et le "jeu étendu" (EP) ou le "jeu super long" (SLP) (standard sur NTSC rarement trouvé sur les machines PAL). Pour NTSC, LP et EP/SLP double et triple le temps d'enregistrement en conséquence, mais ces réductions de vitesse entraînent une réduction de la résolution horizontale - de l'équivalent normal de 250 lignes de balayage vertical en SP, à l'équivalent de 230 en LP et encore moins en EP/SLP. Les vitesses plus lentes entraînent également une réduction très notable de la qualité des pistes audio linéaires (non hifi), car la vitesse linéaire de la bande devient bien inférieure à ce qui est généralement considéré comme un minimum satisfaisant pour l'enregistrement audio. La profondeur de couleur se détériore considérablement à des vitesses inférieures en PAL : souvent, une image couleur sur une bande PAL enregistrée à faible vitesse est affichée uniquement en monochrome, ou avec des couleurs intermittentes, lorsque la lecture est en pause. [ citation requise ]

Longueurs de ruban Modifier

Les cassettes NTSC et PAL/SECAM VHS sont physiquement identiques (bien que les signaux enregistrés sur la bande soient incompatibles). Cependant, comme les vitesses de bande diffèrent entre NTSC et PAL/SECAM, le temps de lecture d'une cassette donnée variera en conséquence entre les systèmes. Afin d'éviter toute confusion, les fabricants indiquent le temps de lecture en minutes auquel on peut s'attendre pour le marché sur lequel la cassette est vendue. Il est parfaitement possible d'enregistrer et de lire une cassette T-XXX vierge dans une machine PAL ou une cassette E- vierge. XXX dans une machine NTSC, mais le temps de lecture résultant sera différent de celui indiqué. [ citation requise ]

Pour calculer le temps de lecture d'une cassette T-XXX dans une machine PAL, utilisez cette formule :

Durée d'enregistrement PAL/SECAM = T-XXX en minutes * (1,426)

Pour calculer le temps de lecture d'une cassette E-XXX dans une machine NTSC, utilisez cette formule :

  • E-XXX indique le temps de lecture en minutes pour PAL ou SECAM en vitesses SP et LP.
  • T-XXX indique le temps de lecture en minutes pour NTSC ou PAL-M aux vitesses SP, LP et EP/SLP.
  • SP est Standard Play, LP est Long Play (
  • Vitesse 1 2, égale à la durée d'enregistrement en mode DVHS "HS"), EP/SLP est une lecture étendue/super longue (
  • 1 × 3 vitesses) qui a été principalement lancé sur le marché NTSC.

(durée nominale en minutes)

Plusieurs autres longueurs définies de cassette sont entrées dans la production de masse pour les deux marchés, mais n'ont été utilisées qu'à des fins de duplication professionnelle (poussant souvent la limite de la quantité de bande d'une qualité/épaisseur particulière pouvant tenir dans une cassette standard, afin de contenir des films qui ne pouvait pas tout à fait s'adapter à une taille standard plus courte sans risquer une qualité ou une fiabilité inférieure en passant à une qualité plus mince), ou n'a pas réussi à trouver la popularité parmi les consommateurs à domicile en raison d'une surabondance de choix de longueur de bande ou d'un mauvais rapport qualité-prix (par exemple, T130/135 /140, T168, E150, E270). [ citation requise ]

Protection contre la copie Modifier

Comme le VHS a été conçu pour faciliter l'enregistrement à partir de diverses sources, y compris les émissions de télévision ou d'autres magnétoscopes, les producteurs de contenu ont rapidement découvert que les utilisateurs à domicile pouvaient utiliser les appareils pour copier des vidéos d'une cassette à une autre. Malgré la perte de génération, cela a été considéré comme un problème répandu, qui, selon les membres de la Motion Picture Association of America (MPAA), leur a causé de grandes pertes financières. En réponse, plusieurs entreprises ont développé des technologies pour protéger les cassettes VHS protégées contre la duplication occasionnelle par les utilisateurs à domicile. [ citation requise ]

La méthode la plus populaire était le système de protection analogique, mieux connu simplement sous le nom de Macrovision, produit par une société du même nom. [35] Selon Macrovision :

« La technologie est appliquée à plus de 550 millions de vidéocassettes par an et est utilisée par chaque studio de cinéma MPAA sur tout ou partie de leurs sorties de vidéocassettes. Plus de 220 installations de duplication commerciale dans le monde sont équipées pour fournir une protection contre la copie de vidéocassettes Macrovision aux titulaires de droits. L'étude ont constaté que plus de 30 % des foyers dotés de magnétoscopes admettent avoir des copies non autorisées et que la perte de revenus annuelle totale due à la copie est estimée à 370 000 000 $ par an. » [36]

Le système a été utilisé pour la première fois dans les films protégés par le droit d'auteur à partir du film de 1984 Le club du coton. [37]

La protection contre la copie Macrovision a été perfectionnée au fil des ans, mais a toujours fonctionné en introduisant essentiellement des erreurs délibérées dans le flux vidéo de sortie d'une bande VHS protégée. Ces erreurs dans le flux vidéo de sortie sont ignorées par la plupart des téléviseurs, mais interfèrent avec le réenregistrement de la programmation par un deuxième magnétoscope. La première version de Macrovision introduit des niveaux de signal élevés pendant l'intervalle de suppression verticale, qui se produit entre les champs vidéo. Ces niveaux élevés perturbent le circuit de contrôle automatique de gain de la plupart des magnétoscopes VHS, entraînant des niveaux de luminosité variables dans une vidéo de sortie, mais sont ignorés par le téléviseur car ils sont en dehors de la période d'affichage des images. "Niveau II" Macrovision utilise un processus appelé "colorstriping", qui inverse la période de rafale de couleur du signal analogique et provoque l'apparition de bandes de couleur différente sur l'image. La protection de niveau III a ajouté des techniques de bandes de couleurs supplémentaires pour dégrader davantage l'image. [38]

Ces méthodes de protection ont bien fonctionné pour vaincre la copie analogique-analogique par les magnétoscopes de l'époque. Les produits capables d'enregistrer des vidéos numériques sont tenus par la loi d'inclure des fonctionnalités qui détectent l'encodage Macrovision des flux analogiques d'entrée et rejettent la copie de la vidéo. [ citation requise ] La détection tant intentionnelle que faussement positive de la protection Macrovision a frustré les archivistes qui souhaitent copier des cassettes VHS désormais fragiles dans un format numérique pour la conservation. [ citation requise ] Les appareils commercialisés sous le nom de « stabilisateurs vidéo » peuvent être utilisés pour tenter de supprimer le mécanisme de protection contre la copie de Macrovision. [39]

Le processus d'enregistrement en VHS comprend les étapes suivantes, dans cet ordre :

  • La bande est tirée de la bobine d'alimentation par un cabestan et un galet presseur, similaires à ceux utilisés dans les magnétophones.
  • La bande passe à travers la tête d'effacement, qui efface tout enregistrement existant de la bande.
  • La bande est enroulée autour du tambour de tête, en utilisant un peu plus de 180 degrés du tambour.
  • L'une des têtes du tambour tournant enregistre un champ vidéo sur la bande, dans une piste orientée en diagonale.
  • La bande passe à travers la tête audio et de contrôle, qui enregistre la piste de contrôle et la ou les pistes audio linéaires.
  • La bande est enroulée sur la bobine réceptrice en raison du couple appliqué à la bobine par la machine.

Effacer la tête Modifier

La tête d'effacement est alimentée par un signal CA de haut niveau et haute fréquence qui écrase tout enregistrement précédent sur la bande. [40] Sans cette étape, il ne peut être garanti que le nouvel enregistrement remplacera complètement tout ancien enregistrement qui aurait pu se trouver sur la bande.

Enregistrement vidéo Modifier

Le chemin de la bande transporte ensuite la bande autour du tambour de la tête rotative, l'enroulant autour d'un peu plus de 180 degrés (appelé le oméga système de transport) de manière hélicoïdale, assistée par les guides de bande inclinés. La tête tourne constamment à [41] 1798,2 tr/min dans les machines NTSC, exactement 1500 en PAL, chaque rotation complète correspondant à une image de la vidéo.

Deux têtes de bande sont montées sur la surface cylindrique du tambour, à 180 degrés l'une de l'autre, de sorte que les deux têtes « se relaient » lors de l'enregistrement. La rotation du tambour à têtes inclinées, combinée au mouvement relativement lent de la bande, fait que chaque tête enregistre une piste orientée en diagonale par rapport à la longueur de la bande, les têtes se déplaçant sur la bande à des vitesses supérieures à celles serait autrement possible. C'est ce qu'on appelle l'enregistrement par balayage hélicoïdal. Les têtes du tambour se déplacent sur la bande à (une vitesse d'écriture de) 4,86 ​​ou 5,767 mètres par seconde. [42] [43]

Pour maximiser l'utilisation de la bande, les pistes vidéo sont enregistrées très proches les unes des autres. Pour réduire la diaphonie entre les pistes adjacentes lors de la lecture, une méthode d'enregistrement en azimut est utilisée : les espaces des deux têtes ne sont pas alignés exactement avec le chemin de la piste. Au lieu de cela, une tête est inclinée à plus sept degrés de la piste et l'autre à moins sept degrés. Il en résulte, pendant la lecture, une interférence destructive du signal des pistes de part et d'autre de celle en cours de lecture.

Chacune des pistes en diagonale est un champ d'image TV complet, d'une durée de 1/60 de seconde (1/50 sur PAL) sur l'écran. Une tête de bande enregistre un champ d'image entier. La piste adjacente, enregistrée par la deuxième tête de bande, est un autre 1/60 ou 1/50 d'un deuxième champ d'image TV, et ainsi de suite. Ainsi, une rotation complète de la tête enregistre une trame NTSC ou PAL entière de deux champs.

La spécification VHS d'origine n'avait que deux têtes vidéo. Les modèles ultérieurs ont mis en œuvre au moins une autre paire de têtes, qui ont été utilisées (et optimisées pour) la vitesse de la bande EP. Dans les machines prenant en charge VHS HiFi (décrites plus loin), une autre paire de têtes a été ajoutée pour gérer le signal VHS HiFi.

Les fûts peuvent contenir 2, 4 ou 6 têtes. Normalement, seules 2 têtes vidéo sont présentes, mais des têtes supplémentaires pour l'audio Hi-Fi et une lecture à basse vitesse plus stable sont ajoutées par paires, donc un magnétoscope VHS Hi-Fi a souvent un tambour à 4 têtes, et avec une lecture à basse vitesse plus stable a 6 têtes sur son tambour.

La vitesse élevée de bande à tête créée par la tête rotative se traduit par une bande passante beaucoup plus élevée que ce qui pourrait être pratiquement atteint avec une tête fixe. Les bandes VHS ont environ 3 MHz de bande passante vidéo et 400 kHz de bande passante de chrominance, ce qui est inférieur aux 6 MHz des émissions NTSC et aux 5 MHz des bandes vidéo de type C. La partie de luminance (noir et blanc) de la vidéo est enregistrée sous forme d'une fréquence modulée, avec un signal de chroma (couleur) "couleur sous" converti à la baisse enregistré directement sur la bande de base. Chaque piste hélicoïdale contient un seul champ (champ « pair » ou « impair », équivalent à une demi-image, voir vidéo entrelacée) encodé comme un balayage de trame analogique, similaire aux émissions de télévision analogiques. La résolution horizontale est de 240 lignes par hauteur d'image, soit environ 320 lignes sur une ligne de balayage, et la résolution verticale (le nombre de lignes de balayage) est la même que la norme TV analogique respective (576 pour PAL ou 486 pour NTSC généralement, un peu moins de lignes de balayage sont réellement visibles en raison du surbalayage). Dans la terminologie numérique moderne, NTSC VHS est à peu près équivalent à 333 × 480 pixels de luminance et 40 × 480 résolutions de chrominance (voir aussi sous-échantillonnage de chrominance, 333 × 480 pixels = 159 840 pixels ou 0,16 MP (1/6 de mégapixel)), [44] alors que PAL VHS offre l'équivalent d'environ 335×576 pixels de luminance et 40×576 pixels de chrominance (la résolution de chrominance verticale de PAL n'est limitée par aucun mécanisme SECAM est limitée en résolution par un mécanisme de ligne à retard).

JVC a contré la SuperBeta de 1985 avec VHS HQ, ou Haute Qualité. La modulation de fréquence du signal de luminance VHS est limitée à 3 mégahertz, ce qui rend les résolutions plus élevées techniquement impossibles même avec les têtes d'enregistrement et les matériaux de bande de la plus haute qualité, mais une platine de marque HQ comprend une réduction du bruit de luminance, une réduction du bruit de chrominance, une extension de clip blanc, et des circuits de netteté améliorés. L'effet était d'augmenter la résolution horizontale apparente d'un enregistrement VHS de 240 à 250 analogiques (équivalent à 333 pixels de gauche à droite, dans la terminologie numérique). Les principaux équipementiers VHS ont résisté à HQ en raison de problèmes de coûts, ce qui a finalement conduit JVC à réduire les exigences de la marque HQ à une extension de clip blanc plus une autre amélioration.

En 1987, JVC a introduit un nouveau format appelé Super VHS (souvent connu sous le nom de S-VHS) qui a étendu la bande passante à plus de 5 mégahertz, produisant 420 pixels horizontaux (560 pixels de gauche à droite). La plupart des enregistreurs Super VHS peuvent lire des cassettes VHS standard, mais pas l'inverse. S-VHS a été conçu pour une résolution plus élevée, mais n'a pas réussi à gagner en popularité en dehors du Japon en raison des coûts élevés des machines et des bandes. [23] En raison de la base d'utilisateurs limitée, Super VHS n'a jamais été repris à un degré significatif par les fabricants de bandes préenregistrées, bien qu'il ait été largement utilisé sur le marché professionnel bas de gamme pour le tournage et le montage.

Enregistrement audio Modifier

Après avoir quitté le tambour de tête, la bande passe sur l'audio stationnaire et la tête de commande. Cela enregistre une piste de contrôle au bord inférieur de la bande et une ou deux pistes audio linéaires le long du bord supérieur.

Système audio linéaire original Modifier

Dans la spécification VHS d'origine, l'audio était enregistré en bande de base sur une seule piste linéaire, sur le bord supérieur de la bande, de la même manière que fonctionne une cassette audio compacte. La gamme de fréquences enregistrées dépendait de la vitesse linéaire de la bande. Pour le mode VHS SP, qui utilise déjà une vitesse de bande inférieure à celle de la cassette compacte, cela a abouti à une réponse en fréquence médiocre d'environ 100 Hz à 10 kHz pour NTSC, [ citation requise ] La réponse en fréquence pour PAL VHS avec sa vitesse de bande standard inférieure était un peu pire. Le rapport signal sur bruit (SNR) était acceptable de 42 dB. Les deux paramètres se sont considérablement dégradés avec les modes de lecture plus longs de VHS, avec une réponse en fréquence EP/NTSC culminant à 4 kHz. Les bandes S-VHS peuvent donner une meilleure qualité audio (et vidéo), car les bandes sont conçues pour avoir presque deux fois la bande passante du VHS à la même vitesse.

Le son ne peut pas être enregistré sur une cassette VHS sans enregistrer de signal vidéo, même en mode de doublage audio. S'il n'y a pas de signal vidéo à l'entrée du magnétoscope, la plupart des magnétoscopes enregistreront une vidéo noire et généreront une piste de contrôle pendant l'enregistrement du son. Certains premiers magnétoscopes enregistrent de l'audio sans signal de piste de contrôle, ce qui est peu utile, car l'absence de signal de la piste de contrôle signifie que la vitesse linéaire de la bande est irrégulière pendant la lecture.

Des magnétoscopes plus sophistiqués offrent l'enregistrement et la lecture audio stéréo. La stéréo linéaire s'adapte à deux canaux indépendants dans le même espace que la piste audio mono d'origine. Bien que cette approche préserve une compatibilité descendante acceptable avec les têtes audio monophoniques, la division de la piste audio a dégradé le SNR du signal, provoquant un sifflement de bande répréhensible à un volume d'écoute normal. Pour contrer le sifflement, les magnétoscopes utilisent la réduction du bruit Dolby B pour l'enregistrement et la lecture. Cela augmente dynamiquement la bande de fréquences moyennes du programme audio sur le support enregistré, améliorant la force de son signal par rapport au bruit de fond de la bande, puis atténue la bande moyenne pendant la lecture. Dolby B n'est pas un processus transparent, et le matériel de programme codé en Dolby présente une emphase artificielle de milieu de gamme lorsqu'il est lu sur des magnétoscopes qui ne sont pas conçus pour fonctionner avec cette forme de réduction du bruit.

Une autre option consiste à utiliser une réduction du bruit similaire à celle du DBX, c'est-à-dire en enregistrant avec un volume élevé mais avec une plage dynamique compressée. Lors de la lecture, la décompression produira l'audio d'origine car les signaux plus faibles sont atténués, le sifflement peut également être considérablement atténué.

Les enregistreurs grand public haut de gamme tirent parti de la nature linéaire de la piste audio, car la piste audio peut être effacée et enregistrée sans perturber la partie vidéo du signal enregistré. Par conséquent, le « doublage audio » et le « doublage vidéo », où l'audio ou la vidéo sont réenregistrés sur bande (sans déranger l'autre), étaient des fonctionnalités prises en charge sur les platines de montage vidéo linéaires prosommateurs. Sans capacité de doublage, un montage audio ou vidéo ne pourrait pas être effectué sur place sur une cassette maître et nécessite que la sortie du montage soit capturée sur une autre bande, entraînant une perte générationnelle.

Les sorties de films en studio ont commencé à émerger avec des pistes audio stéréo linéaires en 1982. À partir de ce moment-là, presque toutes les sorties vidéo à domicile d'Hollywood comportaient une piste audio stéréo linéaire encodée en Dolby. Cependant, la stéréo linéaire n'a jamais été populaire auprès des fabricants d'équipements ou des consommateurs.

Ajustement de suivi et marquage d'index Modifier

Un autre linéaire contrôler piste, au bord inférieur de la bande, contient des impulsions qui marquent le début de chaque image de la vidéo, elles sont utilisées pour affiner la vitesse de la bande pendant la lecture, de sorte que les têtes rotatives à grande vitesse restent exactement sur leurs pistes hélicoïdales plutôt que quelque part entre deux pistes adjacentes (appelées « pistage »). Étant donné qu'un bon suivi dépend de distances précises entre le tambour rotatif et la tête de commande/audio fixe lisant les pistes linéaires, qui varie généralement de quelques micromètres entre les machines en raison des tolérances de fabrication, la plupart des magnétoscopes offrent un réglage de suivi, manuel ou automatique, pour corriger ces incohérences.

La piste de contrôle est également utilisée pour maintenir marques d'index, qui étaient normalement écrits au début de chaque session d'enregistrement, et peuvent être trouvés en utilisant le magnétoscope recherche d'index fonction: cela fera avancer ou reculer rapidement le mième marque d'index spécifiée et reprendre la lecture à partir de là. Parfois, les magnétoscopes haut de gamme fournissaient des fonctions permettant à l'utilisateur d'ajouter et de supprimer manuellement ces marques [45] [46] — de sorte, par exemple, qu'elles coïncident avec le début réel du programme télévisé — mais cette fonctionnalité est devenue plus tard difficile à comprendre. trouver. [ citation requise ]

À la fin des années 1990, certains magnétoscopes haut de gamme offraient une indexation plus sophistiquée. Par exemple, le système de bibliothèque de bandes de Panasonic a attribué un numéro d'identification à chaque cassette et enregistré les informations d'enregistrement (canal, date, heure et titre de programme optionnel entré par l'utilisateur) à la fois sur la cassette et dans la mémoire du magnétoscope pour un maximum de 900 enregistrements (600 avec des titres). [47]

Système audio Hi-Fi Modifier

Vers 1984, JVC a ajouté la chaîne hi-fi audio vers VHS (modèle HR-D725U, en réponse à l'introduction de Betamax de Beta Hi-Fi.) Les deux VHS Hi-Fi et Betamax Hi-Fi ont fourni une réponse en fréquence plate sur toute la gamme (20 Hz à 20 kHz), excellent signal de 70 dB rapport bruit/bruit (dans l'espace grand public, juste derrière le disque compact), plage dynamique de 90 dB et séparation des canaux de qualité audio professionnelle (plus de 70 dB). L'audio VHS Hi-Fi est obtenu en utilisant la modulation de fréquence audio (AFM), en modulant les deux canaux stéréo (L, R) sur deux porteuses modulées en fréquence différentes et en incorporant la paire de signaux audio modulés combinés dans le signal vidéo. Pour éviter la diaphonie et les interférences de la porteuse vidéo principale, la mise en œuvre de l'AFM par VHS reposait sur une forme d'enregistrement magnétique appelée multiplexage en profondeur. La paire de porteuses audio modulées a été placée dans la plage de fréquences jusqu'alors inutilisée entre la luminance et la porteuse de couleur (inférieure à 1,6 MHz), et enregistrée en premier. Par la suite, la tête vidéo efface et réenregistre le signal vidéo (luminance et couleur combinées) sur la même surface de bande, mais la fréquence centrale plus élevée du signal vidéo entraîne une magnétisation moins profonde de la bande, permettant à la fois la vidéo et l'audio AFM résiduel signal de coexister sur bande. (Les versions PAL de Beta Hi-Fi utilisent cette même technique). Pendant la lecture, VHS Hi-Fi récupère le signal AFM enregistré en profondeur en soustrayant le signal de la tête audio (qui contient le signal AFM contaminé par une image faible du signal vidéo) du signal de la tête vidéo (qui ne contient que le signal vidéo), démodule ensuite les canaux audio gauche et droit à partir de leurs porteuses de fréquence respectives. Le résultat final du processus complexe était un son de haute fidélité, qui était uniformément solide à toutes les vitesses de bande (EP, LP ou SP). Les magnétoscopes, pratiquement toutes les sorties vidéo en studio produites après cette période contenaient des pistes audio Hi-Fi, en plus de la piste audio linéaire. Dans des circonstances normales, tous les magnétoscopes Hi-Fi VHS enregistreront simultanément l'audio Hi-Fi et linéaire pour assurer la compatibilité avec les magnétoscopes sans lecture Hi-Fi, bien que seules les premières machines Hi-Fi haut de gamme fournissaient une compatibilité stéréo linéaire.

La qualité sonore de la stéréo Hi-Fi VHS est comparable dans une certaine mesure à la qualité du CD audio, en particulier lorsque les enregistrements ont été effectués sur des machines VHS haut de gamme ou professionnelles dotées d'un contrôle manuel du niveau d'enregistrement audio. Cette haute qualité par rapport à d'autres formats d'enregistrement audio grand public tels que les cassettes compactes a attiré l'attention des artistes d'enregistrement amateurs et amateurs. Les amateurs d'enregistrement à domicile enregistraient occasionnellement des mixages stéréo de haute qualité et des enregistrements principaux à partir de bandes audio multipistes sur des magnétoscopes Hi-Fi grand public. Cependant, étant donné que le processus d'enregistrement VHS Hi-Fi est étroitement lié à la fonction d'enregistrement vidéo du magnétoscope, les fonctions d'édition avancées telles que le doublage audio uniquement ou vidéo uniquement sont impossibles. Une alternative de courte durée à la fonction hifi pour l'enregistrement des mixages de projets audio uniquement pour les amateurs était un adaptateur PCM afin que la vidéo numérique à large bande passante puisse utiliser une grille de points noir et blanc sur un support vidéo analogique pour donner une qualité professionnelle. les sons numériques bien que les bandes DAT l'aient rendu obsolète.

Certaines platines VHS avaient également un commutateur « simulcast », permettant aux utilisateurs d'enregistrer une entrée audio externe avec des images en direct. Certains concerts télévisés offraient une bande-son stéréo en diffusion simultanée sur la radio FM et, à ce titre, des événements comme Aide en direct ont été enregistrés par des milliers de personnes avec une bande-son stéréo complète malgré le fait que les émissions de télévision stéréo étaient décalées de quelques années (en particulier dans les régions qui ont adopté le NICAM). D'autres exemples de cela comprenaient des émissions de télévision en réseau telles que Vidéos du vendredi soir et MTV pour ses premières années d'existence. De même, certains pays, notamment l'Afrique du Sud, ont fourni des pistes audio en langue alternative pour la programmation télévisée via une diffusion simultanée de radio FM.

La complexité considérable et le matériel supplémentaire ont limité la VHS Hi-Fi aux platines haut de gamme pendant de nombreuses années. Alors que la stéréo linéaire a pratiquement disparu des platines VHS domestiques, ce n'est que dans les années 1990 que la Hi-Fi est devenue une fonctionnalité plus courante sur les platines VHS. Même à l'époque, la plupart des clients n'étaient pas conscients de son importance et appréciaient simplement les meilleures performances audio des nouvelles platines.

Problèmes avec l'édition audio Hi-Fi

En raison du chemin suivi par les têtes vidéo et audio Hi-Fi étant rayé et discontinu, contrairement à celui de la piste audio linéaire, la commutation des têtes est nécessaire pour fournir un signal audio continu. Alors que le signal vidéo peut facilement cacher le point de commutation de tête dans la section de retour vertical invisible du signal, de sorte que le point de commutation exact n'est pas très important, la même chose n'est évidemment pas possible avec un signal audio continu qui n'a pas de sections inaudibles. L'audio Hi-Fi dépend donc d'un alignement beaucoup plus précis du point de commutation de la tête que ce qui est requis pour les machines VHS non HiFi. Les désalignements peuvent conduire à une jonction imparfaite du signal, entraînant un bourdonnement grave. [48] ​​Le problème est connu sous le nom de « bavardage de tête », et a tendance à augmenter à mesure que les têtes audio s'usent.

Un autre problème qui a rendu le VHS Hi-Fi imparfait pour la musique est la reproduction inexacte des niveaux (plus doux et plus forts) qui ne sont pas recréés comme la source d'origine. [48]


8 réponses 8

Je comprends votre problème avec le collage de texte pur et non formaté. Cela peut être plus de travail que vous ne le souhaitez (nous pouvons essayer d'automatiser cela plus tard) mais lorsque je colle des données à partir du Bloc-notes, un écran d'importation m'invite comme vous pouvez le voir ci-dessous. Sélectionnez le(s) en-tête(s) de colonne, puis sélectionnez Type de colonne : Texte. Cela devrait résoudre votre problème de collage/importation. Une alternative consiste à gérer cela avec un script AutoHotKey.


1 réponse 1

Ainsi, la réponse «évidente» à ce problème est d'exécuter une vitesse d'impression plus lente, de sorte qu'il ne s'agit pas tant d'un cas d'information manquante que d'un compromis non trivial entre vitesse, qualité et coût.

En utilisant les produits E3D à titre d'exemple, un NEMA17 double longueur peut en effet livrer deux fois le kg×cm comme un standard, et un slimline un peu moins. E3D suggère que les pilotes A4988 "standard" sont capables de fournir 2A, mais c'est juste à la limite de leurs performances (et vous voudriez certainement envisager le heatskinking/le refroidissement forcé).

E3D répertorie également un moteur pas à pas standard avec un réducteur de 5,18:1. Cela devrait donner une bonne augmentation de 4x du couple entraîné, et si vous pouvez trouver uniquement la boîte de vitesses, cela pourrait être l'option la moins chère. Vous n'avez pas besoin d'une réduction aussi élevée, mais celle-ci est limitée par la taille physique disponible.

En l'absence de meilleures spécifications, un moteur physiquement similaire force être une bonne référence. Vous pouvez le vérifier en comparant différentes pièces de différents fabricants. Quelle que soit la capacité actuelle, plus de couple signifie généralement une pièce de plus grande taille.


3 réponses 3

Vous pouvez utiliser le lubrifiant si vous savez ce que vous faites. Tant NGK que BRP ont raison, mais il est important de comprendre d'où vient le désaccord dans ces recommandations.

Tout d'abord, voyons ce qui est bien dans l'utilisation de lubrifiant :

  1. Plus facile à retirer la bougie
  2. Moins de risque d'endommager le filetage, car il est plus facile d'insérer la fiche

Alors, pourquoi ne l'utiliserions-nous pas toujours ? Pourquoi NGK dit qu'un serrage excessif pourrait se produire ? C'est précisément parce qu'il est plus facile d'insérer la fiche. Votre clé dynamométrique va cliquer plus tard si vous utilisez du lubrifiant, c'est-à-dire que vous pourrez faire plus de tours. Cela exercera une pression supplémentaire sur le siège du bouchon et la tête. C'est ce que NGK veut dire en disant que les tableaux de couple deviennent inexacts lors de l'utilisation de lubrifiant. Par conséquent, si vous décidez d'utiliser le lubrifiant sur les bougies, jamais serrez-les aux spécifications. Réduisez ce nombre de 20 à 30 %.

Maintenant, la question est : y a-t-il un bon moyen garanti d'installer des bouchons avec lubrifiant ? Apparemment, il y en a un, et il s'agit de mesurer non pas le couple, mais l'angle auquel vous tournez la fiche lorsque vous l'insérez. Fondamentalement, lorsque vous faites un demi-tour (ou un quart de tour, ou un tour complet), vous enfoncez toujours le bouchon plus profondément dans la tête de ce nombre de millimètres, que vous utilisiez ou non le lubrifiant. Certains fabricants de bouchons mettent l'angle à côté du couple : c'est exactement le nombre dont vous avez besoin pour utiliser cette méthode.Vous devrez serrer le bouchon à la main avec le moins de force appliquée, et une fois que le siège est bien ajusté avec la tête, et que vous ne pouvez plus le serrer à la main, prenez une bonne clé et tournez-le un peu plus (le la spécification dit 90 degrés ? C'est 1/4 de tour. 180 .

Voici le document de Bosch qui contient des instructions pour serrer les bouchons à l'aide d'une clé dynamométrique (à la fois sèche et lubrifiée) et la méthode de l'angle - mais n'oubliez pas que les chiffres peuvent être différents pour d'autres marques :


Voir la vidéo: Exemple 1: Diagramme de Venn