Suite

5.1.2 : Lois et règlements environnementaux - Géosciences

5.1.2 : Lois et règlements environnementaux - Géosciences


Bien que les lois environnementales soient généralement considérées comme un phénomène du 20e siècle, des tentatives ont été faites pour légiférer sur les contrôles environnementaux tout au long de l'histoire. A l'époque coloniale américaine, Benjamin Franklin a plaidé pour des lois sur les « droits publics » pour protéger les citoyens de Philadelphie contre la pollution industrielle produite par les tanneurs de peaux d'animaux.

Une action environnementale importante a commencé au début du 20e siècle. En 1906, le Congrès a adopté la « Loi sur les antiquités », qui autorise le président à protéger des zones de terres fédérales en tant que monuments nationaux. Quelques années plus tard, Alice Hamilton fait pression pour des réglementations gouvernementales concernant les produits chimiques industriels toxiques. Elle s'est battue, sans succès, pour interdire l'utilisation du plomb dans l'essence. Elle a également soutenu les actions en justice engagées par des femmes qui mouraient d'un cancer à la suite de leur exposition au radium utilisé ensuite dans les cadrans de montres phosphorescents. Au début des années 60, le biologiste Rachel Carson a souligné la nécessité de réglementer les pesticides tels que le DDT pour protéger la santé de la faune et des humains.

Avec la mise en place du Agence de protection de l'environnement (EPA) en 1970, le droit de l'environnement est devenu un domaine suffisamment important pour occuper des avocats à temps plein. Depuis lors, les gouvernements fédéral et étatiques ont adopté de nombreuses lois et créé un vaste réseau de règles et de réglementations complexes concernant les questions environnementales. De plus, les organisations et agences internationales, y compris la Les Nations Unies, les Banque mondiale, et le L'organisation de commerce mondial ont également contribué aux règles et réglementations environnementales.

En raison de la complexité juridique et technique des sujets couverts par les lois environnementales, les personnes qui s'occupent de ces lois doivent avoir des connaissances dans les domaines du droit, de la science et de la politique publique. Les lois environnementales englobent aujourd'hui un large éventail de sujets tels que la qualité de l'air et de l'eau, les déchets dangereux et la biodiversité. Le but de ces lois environnementales est de prévenir, minimiser, réparer et punir les actions qui menacent ou endommagent l'environnement et ceux qui y vivent. Cependant, certaines personnes pensent que ces lois limitent de manière déraisonnable la liberté des personnes, des organisations, des entreprises et des agences gouvernementales en contrôlant leurs actions.

Lois fédérales

Les premières tentatives du Congrès pour promulguer des lois affectant l'environnement comprenaient la Loi sur les antiquités en 1906, le Loi sur le service des parcs nationaux en 1916, le Insecticide fédéral, Loi sur les fongicides et les rodenticides en 1947 et le Loi sur le contrôle de la pollution de l'eau en 1956. Le Loi sur la nature sauvage de 1964, a protégé de vastes étendues de terres fédérales vierges du développement et a inauguré une nouvelle ère d'activisme environnemental qui a commencé dans les années 1960. Cependant, c'était le Loi sur la politique nationale de l'environnement (NEPA) promulguée en 1969 et la formation de l'Environmental Protection Agency (EPA) en 1970 qui a véritablement lancé la législation environnementale. L'objectif principal de ces deux lois fédérales était d'assurer que l'environnement serait protégé contre les actions tant publiques que privées qui ne tiendraient pas compte des coûts des dommages infligés à l'environnement.

Beaucoup considèrent la NEPA comme la législation environnementale la plus ambitieuse jamais adoptée par le Congrès. L'objectif fondamental de la NEPA est de forcer les agences gouvernementales à considérer de manière globale les effets de leurs décisions sur l'environnement. Cela se fait en exigeant des agences qu'elles préparent des Déclarations d'impact environnemental (EIS) pour les projets proposés. L'EPA est le chien de garde environnemental du gouvernement. Il est chargé de surveiller et d'analyser l'état de l'environnement, de mener des recherches et de travailler en étroite collaboration avec les gouvernements étatiques et locaux pour concevoir des politiques de contrôle de la pollution. L'EPA est également habilitée à faire appliquer ces politiques environnementales. Malheureusement, l'agence est parfois prise dans des conflits entre le public qui souhaite plus de réglementation pour des raisons environnementales et les entreprises qui souhaitent moins de réglementation pour des raisons économiques. Par conséquent, l'élaboration d'une nouvelle réglementation peut prendre de nombreuses années.

Depuis 1970, le Congrès a promulgué plusieurs lois environnementales importantes, qui comprennent toutes des dispositions visant à protéger l'environnement et les ressources naturelles. Certaines des lois les plus notables incluent:

  • Le Loi fédérale sur la qualité de l'air (1970, 1977 et 1990) ont établi des normes nationales pour réglementer les émissions de polluants provenant de sources fixes et mobiles.
  • Le Loi fédérale sur le contrôle de la pollution des eaux (1972) modifié par le Loi sur l'assainissement de l'eau (1977, 1987), ont établi des normes de qualité de l'eau; prévoit la réglementation des rejets de polluants dans les eaux navigables et la protection des zones humides.
  • Le Loi fédérale sur la salubrité de l'eau potable (1974, 1977 et 1986) ont établi des normes d'eau potable pour les niveaux de polluants; autorisant la réglementation des rejets de polluants dans les sources souterraines d'eau potable.
  • Le Loi sur le contrôle des substances toxiques (1976) prévoyaient la réglementation des substances chimiques par l'EPA et les tests de sécurité des nouveaux produits chimiques.
  • Le Loi sur la conservation et la récupération des ressources (1976) ont établi des règlements du berceau à la tombe pour le traitement des déchets dangereux.
  • Le Réponse environnementale globale, Loi sur l'indemnisation et la responsabilité (1980), également connu sous le nom de Superfondsprogramme, prévu pour le nettoyage des pires sites de déchets toxiques.
  • Le Loi sur la sécurité alimentaire (1985, 1990) modifié plus tard par le Loi fédérale sur l'amélioration et la réforme de l'agriculture (1996), ont découragé la culture des terres écologiquement sensibles, en particulier les zones humides, et autorisé les incitations pour les agriculteurs à retirer de la production les terres hautement érodables.

L'application ou l'exécution d'une loi environnementale n'est pas toujours simple et des problèmes peuvent survenir. Souvent, le plus gros problème est que le Congrès ne parvient pas à allouer les fonds nécessaires à la mise en œuvre ou à l'application des lois. Les lourdeurs administratives peuvent rendre impossible l'application d'un règlement en temps opportun. Il peut également être difficile de savoir quelle agence (ou branche d'une agence) est responsable de l'application d'une réglementation particulière. De plus, le personnel de l'agence refuse d'appliquer un règlement pour des raisons politiques.

Lois de l'État

La plupart des États, comme la Californie, ont promulgué leurs propres lois environnementales et établi des agences pour les faire respecter. La Californie a été confrontée à certains de ses premiers défis environnementaux au milieu des années 1800, en ce qui concerne les débris de l'extraction hydraulique de l'or. Les problèmes de qualité de l'eau, les dangers d'inondation, l'impact négatif sur l'agriculture et les dangers pour la navigation ont incité l'État à agir.

Certaines réglementations environnementales californiennes ont précédé des lois fédérales similaires. Par exemple, la Californie a mis en place le premier programme national de qualité de l'air dans les années 1950. Une grande partie des modifications apportées à la Clean Air Act de 1990 étaient fondées sur la Loi californienne sur la qualité de l'air de 1988. La Californie a également été à l'avant-garde des avancées dans le contrôle des émissions des véhicules, le contrôle des polluants atmosphériques toxiques et le contrôle des sources de pollution fixes avant les efforts fédéraux dans ces domaines. Le Loi Porter-Cologne de 1970, sur lequel est basé le programme de qualité de l'eau de l'État, a également servi de modèle pour la loi fédérale sur la qualité de l'eau.

Traités et conventions internationaux

Les conventions, ou traités, énoncent généralement les réglementations environnementales internationales. Ces conventions et traités résultent souvent des efforts d'organisations internationales telles que la Nations Unies (ONU) ou la Banque mondiale. Cependant, il est souvent difficile, voire impossible, de faire respecter ces réglementations en raison des droits souverains des pays. En outre, les règles et réglementations énoncées dans de tels accords peuvent n'être que des recommandations non contraignantes, et souvent les pays sont exemptés de réglementations pour des raisons économiques ou culturelles. Malgré ces lacunes, la communauté internationale a obtenu un certain succès via ses accords environnementaux. Il s'agit notamment d'une convention internationale qui a imposé un moratoire sur la chasse à la baleine (1986) et un traité qui a interdit le déversement de déchets dans l'océan (1991).

L'ONU facilite souvent les efforts internationaux en matière d'environnement. En 1991, l'ONU a adopté une Traité sur l'Antarctique, qui interdit l'exploitation minière de la région, limite la pollution de l'environnement et protège ses espèces animales. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) est une branche de l'ONU qui traite spécifiquement des problèmes environnementaux mondiaux. Il a contribué à plusieurs efforts clés en matière de réglementation environnementale mondiale :

  • Le Protocole de Montréal de 1987 relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone. À la suite de cet accord mondial, les pays industrialisés ont cessé ou réduit la production et la consommation de substances appauvrissant la couche d'ozone telles que les chlorofluorocarbures.
  • La procédure de consentement préalable en connaissance de cause pour certains produits chimiques et pesticides dangereux faisant l'objet d'un commerce international. Cet accord améliore les connaissances techniques et l'expertise mondiales en matière de gestion des produits chimiques dangereux.
  • La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Cet accord protège plus de 30 000 espèces menacées dans le monde.
  • En 1995 Le PNUE et le Comité International Olympique (CIO) a signé un accord de partenariat pour développer des directives environnementales pour les fédérations sportives et les pays candidats à l'organisation des Jeux Olympiques.
  • La Convention de Rotterdam (1998) se sont penchés sur le commerce croissant de pesticides et de produits chimiques dangereux. Les pays importateurs doivent désormais donner leur consentement éclairé explicite avant que des produits chimiques dangereux ne puissent franchir leurs frontières.
  • La Déclaration internationale sur une production plus propre (1998). Les signataires engagent leurs pays à mettre en œuvre une production industrielle plus propre et des efforts de surveillance ultérieurs.

En 1992, les pays membres de l'ONU ont engagé leurs ressources pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (p. Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Malheureusement, l'accord n'était pas contraignant et au milieu des années 1990, il n'avait eu aucun effet sur les émissions de carbone. Le 1997 protocole de Kyoto était une résolution contraignante pour réduire les gaz à effet de serre. Bien que les États-Unis aient initialement soutenu la résolution, le Sénat n'a pas ratifié le traité et, en 2001, le président Bush s'est opposé à la résolution comme menaçant l'économie des États-Unis.

Les réglementations environnementales des États de Californie sont parfois plus strictes que les lois fédérales (par exemple, la California Clean Air Act et les normes d'émissions des véhicules). Dans d'autres domaines de programme, il n'existe aucune loi fédérale comparable. Par exemple, la Californie Loi sur la gestion intégrée des déchets a établi un système complet à l'échelle de l'État d'autorisation, d'inspection, d'application et d'entretien des installations de gestion des déchets solides et établit des normes minimales pour la manipulation et l'élimination des déchets solides afin de protéger l'air, l'eau et le sol de la pollution. Aussi, Proposition 65 (Loi sur l'application de la loi sur la salubrité de l'eau potable et les substances toxiques) oblige le gouverneur à publier une liste des produits chimiques reconnus par l'État de Californie comme pouvant causer le cancer, des malformations congénitales ou d'autres problèmes de reproduction.

Malgré le leadership de l'État dans les programmes et les lois environnementales, la création d'une agence environnementale au niveau du cabinet en Californie a pris plus de deux décennies de retard sur la création de l'EPA fédérale. À l'origine, l'organisation des programmes californiens de qualité environnementale était très fragmentée. Chaque programme distinct traitait d'un problème environnemental particulier (p. Conseil des ressources aériennes), la responsabilité de l'application de la loi incombant à la fois aux gouvernements des États et aux gouvernements locaux. Ce n'est qu'en 1991 qu'un EPA californien a finalement été établi et a réuni les programmes distincts sous une seule agence.


24 CFR § 58.5 - Lois et autorités fédérales connexes.

Conformément aux dispositions légales citées au § 58.1(b), l'entité responsable doit assumer les responsabilités d'examen environnemental, de prise de décision et d'action qui s'appliqueraient au HUD en vertu des lois et autorités spécifiées suivantes. L'entité responsable doit certifier qu'elle s'est conformée aux exigences qui s'appliqueraient au HUD en vertu de ces lois et autorités et doit tenir compte des critères, normes, politiques et réglementations de ces lois et autorités.

(1) Le National Historic Preservation Act de 1966 (16 U.S.C. 470 et suiv. ), en particulier les articles 106 et 110 (16 U.S.C. 470 et 470h-2).

(2) Décret exécutif 11593, Protection et mise en valeur de l'environnement culturel, 13 mai 1971 (36 FR 8921), 3 CFR 1971-1975 Comp., p. 559, en particulier l'article 2(c).

(3) Règlements fédéraux sur la préservation historique comme suit :

(i) 36 CFR partie 800 en ce qui concerne les programmes HUD autres que les subventions d'action pour le développement urbain (UDAG) et

(4) Le Reservoir Salvage Act de 1960 tel que modifié par l'Archeological and Historic Preservation Act de 1974 (16 U.S.C. 469 et suiv. ), en particulier l'article 3 (16 U.S.C. 469a-1).

(b) Gestion des plaines inondables et protection des zones humides.

(1) Décret exécutif 11988, Floodplain Management, 24 mai 1977 (42 FR 26951), 3 CFR, 1977 Comp., p. 117, tel qu'interprété dans les règlements HUD au 24 CFR partie 55, en particulier la section 2(a) de l'ordonnance (Pour une explication de la relation entre le processus décisionnel dans 24 CFR partie 55 et cette partie, voir § 55.10 de ce sous-titre UNE.)

(2) Décret exécutif 11990, Protection des zones humides, 24 mai 1977 (42 FR 26961), 3 CFR, 1977 Comp., p. 121, tel qu'interprété dans les règlements HUD au 24 CFR partie 55, en particulier les articles 2 et 5 de l'ordonnance.

(c) Gestion des zones côtières. Le Coastal Zone Management Act de 1972 (16 U.S.C. 1451 et seq. ), tel que modifié, en particulier la section 307(c) et (d) (16 U.S.C. 1456(c) et (d)).

(2) Aquifères à source unique (Environmental Protection Agency - 40 CFR partie 149).

(e) Espèces menacées . L'Endangered Species Act de 1973 (16 U.S.C. 1531 et suiv. ) tel que modifié, en particulier l'article 7 (16 U.S.C. 1536).

(f) Rivières sauvages et pittoresques. Le Wild and Scenic Rivers Act de 1968 (16 U.S.C. 1271 et suiv. ) tel que modifié, en particulier les articles 7(b) et (c) (16 U.S.C. 1278(b) et (c)).

(1) The Clean Air Act (42 U.S.C. 7401 et. seq. ) tel que modifié, en particulier les articles 176(c) et (d) (42 U.S.C. 7506(c) et (d)).

(2) Détermination de la conformité des actions fédérales aux plans de mise en œuvre de l'État ou du gouvernement fédéral (Environmental Protection Agency - 40 CFR parties 6, 51 et 93).

(1) Farmland Protection Policy Act of 1981 (7 U.S.C. 4201 et seq. ), en particulier les articles 1540(b) et 1541 (7 U.S.C. 4201(b) et 4202).

(2) Politique de protection des terres agricoles (ministère de l'Agriculture - 7 CFR partie 658).

(i) Normes environnementales du HUD.

(1) Critères et normes applicables spécifiés dans la partie 51 de ce titre, autres que l'exigence de notification de zone libre de piste au § 51.303(a)(3).

(i) En outre, la politique du HUD veut que toutes les propriétés proposées pour être utilisées dans les programmes du HUD soient exemptes de matières dangereuses, de contamination, de produits chimiques et de gaz toxiques et de substances radioactives, où un danger pourrait affecter la santé et la sécurité des occupants ou en conflit avec l'utilisation prévue du bien.

(ii) L'examen environnemental des logements multifamiliaux de cinq unités d'habitation ou plus (y compris la location) ou des propriétés non résidentielles, doit inclure l'évaluation des utilisations antérieures du site ou d'autres preuves de contamination sur le site ou à proximité, afin de s'assurer que : les occupants des sites proposés ne sont pas affectés négativement par l'un des dangers énumérés au paragraphe (i)(2)(i) de la présente section.

(iii) Une attention particulière doit être accordée à tout site proposé sur ou à proximité de zones telles que des décharges, des décharges, des sites industriels ou d'autres emplacements qui contiennent, ou peuvent avoir contenu, des déchets dangereux.

(iv) L'entité responsable doit utiliser les techniques actuelles par des professionnels qualifiés pour entreprendre les enquêtes jugées nécessaires.

(j) Justice environnementale. Executive Order 12898 - Federal Actions to Address Environmental Justice in Minority Populations and Low-Income Populations, 11 février 1994 (59 FR 7629), 3 CFR, 1994 Comp. p. 859.


Principales lois environnementales

En partenariat avec les parties prenantes, la loi vise à adopter un programme de gestion systématique, complet et écologique des déchets solides qui assurera la protection de la santé publique et de l'environnement. La loi garantit une séparation, une collecte, un stockage, un traitement et une élimination appropriés des déchets solides grâce à la formulation et à l'adaptation des meilleurs produits éco-déchets.

LOI DE LA RÉPUBLIQUE 9275 LOI SUR L'EAU PROPRE DES PHILIPPINES DE 2004

La loi vise à protéger les plans d'eau du pays contre la pollution d'origine terrestre (industries et établissements commerciaux, agriculture et activités communautaires/ménagères). Il prévoit une stratégie globale et intégrée pour prévenir et minimiser la pollution grâce à une approche multisectorielle et participative impliquant toutes les parties prenantes.

LOI DE LA RÉPUBLIQUE 8749 LOI SUR L'AIR PROPRE DES PHILIPPINES DE 1999

La loi vise à obtenir et à maintenir un air pur qui respecte les valeurs de la directive nationale sur la qualité de l'air pour les principaux polluants, dans l'ensemble des Philippines, tout en minimisant les impacts possibles sur l'économie.

LOI DE LA RÉPUBLIQUE 6969 LOI DE 1990 SUR LE CONTRLE DES SUBSTANCES TOXIQUES, DES DÉCHETS DANGEREUX ET NUCLÉAIRES

La loi vise à réglementer, restreindre ou interdire l'importation, la fabrication, la transformation, la vente, la distribution, l'utilisation et l'élimination des substances chimiques et des mélanges qui présentent un risque déraisonnable pour la santé humaine. Il interdit également l'entrée, même en transit, de déchets dangereux et nucléaires et leur élimination dans les limites territoriales des Philippines à quelque fin que ce soit et pour faire avancer et faciliter la recherche et les études sur les produits chimiques toxiques.

DECRET PRESIDENTIEL 1586 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT (EIE) DECLARATION DE 1978

Le système d'évaluation de l'impact sur l'environnement a été officiellement établi en 1978 avec la promulgation du décret présidentiel no. 1586 pour faciliter la réalisation et le maintien d'un équilibre rationnel et ordonné entre le développement socio-économique et la protection de l'environnement. L'EIE est un outil de planification et de gestion qui aidera le gouvernement, les décideurs, les promoteurs et la communauté touchée à faire face aux conséquences négatives ou aux risques sur l'environnement. Le processus assure la mise en œuvre de projets respectueux de l'environnement.


Règlements

Les réglementations du DEC se trouvent dans le titre 6 des codes, règles et réglementations de New York (NYCRR). Le titre 6 est divisé en 10 chapitres, énumérés ci-dessous. Suivez ces liens pour une ventilation des parties au sein de chaque chapitre. Les règlements en ligne du DEC sont publiés sur un site Web distinct fourni par WestlawNext.

Noter: Les règlements du DEC sur le site de Westlaw sont mis à jour avec des changements en date du 15 juillet 2020. Consultez notre page Règlements proposés pour une liste de tous les changements réglementaires survenus au cours de la dernière année.

6 Index des chapitres NYCRR : réglementations environnementales de New York

    (Pièces 1-189) (Pièces 190-199) (Pièces 200-317) (Pièces 320-492) (Pièces 500-614) (Pièces 615-624) (Pièces 625-638) (Pièces 641-642) (Pièces 645-648) (Pièces 649-941) (Annexe 2-55)

Avertissement

Les liens vers les différentes parties de nos règlements renvoient à une compilation sur le site Web de WestlawNext. Bien qu'ils soient considérés comme exacts, ils sont ne pas copies certifiées conformes des règlements et devrait donc ne pas être invoqué pour l'interprétation juridique.

De plus, le site Web du DEC contient des liens vers divers documents d'orientation et des résumés de règlements qui sont ne pas les règlements eux-mêmes.

Les règlements officiels écrits publiés par le Département d'État sont la source officielle des règlements du NYSDEC. Pour vous assurer que vous consultez les réglementations les plus récentes, consultez le registre hebdomadaire de l'État de New York pour connaître les récentes adoptions de règles qui n'ont pas encore été publiées dans le NYCRR en ligne non officiel.

Les liens de navigation, les en-têtes et les pieds de page sur chaque page ne font pas partie de la langue officielle du règlement, mais ont été fournis pour la commodité de l'utilisateur.

Conseils d'utilisation du règlement en ligne

Le site Web de WestlawNext comprend un lien de recherche en haut de chaque page. La recherche inclura les résultats correspondants de l'une des réglementations de l'État de New York et ne se limitera pas aux seules réglementations relatives au Département de la conservation de l'environnement.

Les règlements peuvent être facilement imprimés à l'aide de la fonction d'impression de votre navigateur.

Lorsque vous écrivez au sujet d'un règlement, citez comme "6 NYCRR Part __" ou "6 NYCRR §__".

Contacts pour la réglementation DEC

Pour obtenir des informations générales sur la réglementation du programme, veuillez consulter les coordonnées ci-dessous.

Division des ressources aériennes

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division des ressources aériennes
Bureau d'assurance qualité
625 Broadway, Albany, N.Y. 12233-3258
Téléphone : (518) 402-8401
Courriel : [email protected]

Division de l'assainissement de l'environnement

Frais du programme de déchets dangereux (partie 483)

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division de l'assainissement de l'environnement
Bureau de gestion des programmes
625 Broadway, Albany, New York 12233-7012
(518) 402-9764
Courriel : [email protected]

Programmes d'assainissement de l'environnement (partie 375)
Règlement sur l'entreposage de produits chimiques en vrac (parties 596 à 599)
Règlement sur le stockage en vrac du pétrole (partie 613)
Règlement sur les grandes installations de stockage de pétrole (partie 610)

Priorités et procédures environnementales dans le nettoyage et l'élimination du pétrole (partie 611)

Département de la conservation de l'environnement de l'État de New York
Division de l'assainissement de l'environnement
Bureau d'assistance technique
625 Broadway, Albany, New York 12233-7020
(518) 402-9543
Courriel : [email protected]

Déchets dangereux Règlement de gestion (parties 370-374, 376)

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division de l'assainissement de l'environnement
Bureau d'assistance technique
625 Broadway, Albany, NY 12233-7020
Téléphone : (518) 402-9543
Courriel : [email protected]

Prévention et contrôle de la pollution de l'environnement par les matières radioactives (partie 380)
Critères de nettoyage pour l'assainissement des sites contaminés par des matières radioactives (partie 384)

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division de l'assainissement de l'environnement
Bureau de redressement A
625 Broadway, Albany, NY 12233-7255
Téléphone : (518) 402-9625
Courriel : mailto:[email protected]

Division des poissons et de la faune

Règlement sur la pêche
Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau des pêches
625 Broadway 5 e étage
Albany, État de New York 12233-4753
Téléphone : (518) 402-8890
Courriel : [email protected]

Règlement sur l'habitat et la protection de l'environnement
Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau de la santé des écosystèmes
625 Broadway 5 e étage
Albany, État de New York 12233-4756
Téléphone : 518-402-8920
Courriel : [email protected]

Règlement sur la faune
Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau de la faune
625 Broadway 5 e étage
Albany, État de New York 12233-4754
Téléphone : 518-402-8883
Courriel : [email protected] ou [email protected]

Division des terres et forêts

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau de la gestion des ressources forestières
625 Broadway 5e étage
Albany, New York 12233
Téléphone : 518-402-9428
Courriel : [email protected]

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau de la préservation des forêts et des servitudes de conservation
625 Broadway 5e étage
Albany, New York 12233
Téléphone : 518-473-9518
Courriel : [email protected], [email protected], [email protected]

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Bureau des espèces envahissantes et de la santé des écosystèmes
625 Broadway 5e étage
Albany, État de New York 12233
Téléphone : (518) 402-9425
Courriel : [email protected] , [email protected]

Division des ressources marines

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division des ressources marines
205, chemin Belle-Meade
Setauket Est, NY 11733
Téléphone : (631) 444-0430
Courriel : [email protected]

Division de la gestion du matériel

Département de la conservation de l'environnement de la NYS
Division de la gestion du matériel
625 Broadway
Albany, État de New York 12233-7250
Téléphone : (518) 402-8678
Courriel : [email protected]

Contacts en matière de réglementation et d'orientation technique :

Bureau des permis et de la planification
518-402-8678
Courriel : [email protected]

Bureau de la réduction et du recyclage des déchets
518-402-8706
Courriel : [email protected]

Bureau de gestion des pesticides
518-402-8788
Courriel : [email protected]

Division des ressources minérales

Programme de réglementation des mines de pétrole, de gaz et de sel dissous (parties 550 à 559)


La loi sur la planification d'urgence et le droit de savoir de la communauté (EPCRA)

En 1986, le Congrès a promulgué l'EPCRA, également connu sous le nom de Titre III de la Superfund Amendments and Reauthorization Act of 1986 (SARA). L'EPCRA est conçu pour aider les communautés locales à protéger la santé publique, la sécurité et l'environnement contre les risques chimiques.

En vertu de l'EPCRA, chaque État est tenu de créer et de maintenir une Commission d'intervention d'urgence de l'État (SERC), qui est divisée en districts de planification d'urgence. Chaque district doit avoir un comité local de planification d'urgence (LEPC). Les SERC et LEPC sont chargés de fournir à la communauté des informations sur les risques chimiques pouvant affecter le public et de diffuser les procédures à suivre en cas de situation dangereuse d'urgence.


Géorgie

Loi sur la politique environnementale de Géorgie

Le Loi sur la politique environnementale de la Géorgie de 1991 (GEPA) est conçu pour protéger la qualité culturelle et environnementale en Géorgie contre les impacts des actions d'un organisme gouvernemental de l'État. Les agences gouvernementales de l'État comprennent tous les départements, conseils, bureaux et commissions de l'État. Si un projet de gouvernement local est financé à plus de 50 pour cent par un organisme public, ou si un projet implique des fonds publics de 250 000 $ ou plus, la loi s'applique également aux actions du gouvernement local. Les agences d'État doivent préparer un rapport sur les effets sur l'environnement (EER) pour tous les projets qui, selon le responsable de l'agence principale, pourraient avoir un impact environnemental, y compris des impacts sur les ressources archéologiques ou historiques. ⎙]

Si un fonctionnaire d'une agence d'État détermine qu'une action proposée par l'État pourrait affecter de manière significative l'environnement, l'agence doit préparer un rapport sur les effets sur l'environnement qui comprend les éléments suivants : ⎚]

  • l'impact environnemental de l'action gouvernementale proposée
  • alternatives à l'action gouvernementale proposée, y compris aucune action
  • tout effet environnemental négatif qui ne peut être évité si l'action gouvernementale proposée est entreprise
  • mesures d'atténuation proposées pour éviter ou minimiser l'impact négatif de l'action gouvernementale proposée
  • la relation entre la valeur des usages à court terme de l'environnement impliqués dans l'action gouvernementale proposée et le maintien et l'amélioration de sa valeur à long terme
  • l'effet de l'action gouvernementale proposée sur la qualité et la quantité de l'approvisionnement en eau
  • l'effet de l'action gouvernementale proposée sur la consommation d'énergie ou la production d'énergie
  • tout aspect bénéfique de l'action gouvernementale proposée, à court et à long terme, et ses avantages et inconvénients économiques

10 lois environnementales internationales clés

Il existe tellement de lois internationales sur l'environnement qu'il est difficile de toutes les énumérer pour couvrir la multitude de domaines qu'elles couvrent. Cependant, voici une liste des accords les plus courants conclus au-delà des frontières.

Convention d'Aarhus: pour lui donner le nom complet de Convention sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement. Elle a été signée par 46 États et les 28 États membres de l'Union européenne et est entrée en vigueur le 30 octobre 2001. Sa principale disposition est l'octroi du droit d'information sur les questions environnementales aux citoyens des nations signataires.

Convention sur les armes biologiques: Comprenant que l'utilisation d'armes biologiques nuit à la santé humaine et a des effets à long terme sur l'écologie, la Convention sur les armes biologiques a été le premier accord à interdire complètement un type d'arme spécifique. Elle est entrée en vigueur en 1975 et compte en 2018 plus de 180 signataires.

Convention sur la diversité biologique: Le maintien de la conservation et la promotion de la biodiversité ne sont que l'un des trois éléments principaux de ce traité, les deux autres étant : la durabilité des ressources naturelles et l'équité dans le partage des avantages. Il est entré en vigueur en 1993.

Convention sur la conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique: le dernier continent du monde faisait déjà l'objet d'une protection internationale et d'un accord qu'aucun pays ne pouvait revendiquer (Traité sur l'Antarctique 1959) lorsque cette convention en 1980 a mis en place des protections pour son écologie marine unique afin de protéger l'intégrité de l'environnement. Des conventions similaires existent dans d'autres régions écologiquement riches et délicates du globe.

Convention sur la pêche et la conservation des ressources biologiques de la haute mer: Le stock de poissons est une ressource internationale. Alors que les pays gèrent et pêchent leurs propres stocks à l'intérieur de leurs propres frontières et eaux, des droits partagés existent dans les eaux internationales. Coopération internationale pour la conservation des espèces marines en haute mer.

Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance: La pollution de l'air dans un pays est rarement limitée dans ses effets à ce seul pays. La pollution de l'air nécessite un accord international pour s'attaquer et contrôler. Pratiquement tous les pays de l'hémisphère nord sont signataires ou ont ratifié cette convention.

Convention-cadre sur les changements climatiques: C'est la convention derrière le Protocole de Kyoto (1997) et l'Accord de Paris (2015) et derrière le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Leur objectif est de surveiller toutes les questions concernant le changement climatique et de proposer des traités et des lois pour l'atténuation et la réduction de la température mondiale.

Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l'air: Ce traité impliquant seulement deux pays a été conçu dans les années 1980 et est entré en vigueur en 1991. Lors des négociations, les médias l'ont appelé le « Traité des pluies acides ». C'était sa principale raison d'être, mais elle abordait plusieurs questions liées à la nécessité de créer un environnement sain en Amérique du Nord.

Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone: Les années 1980 et 1990 ont été déterminantes pour de nombreux changements dans les normes internationales. L'un des plus gros problèmes de cette époque était l'utilisation de CFC, qui ont rapidement été découverts comme étant nocifs pour la couche d'ozone - la couche protectrice de gaz dans la haute atmosphère. Ce traité international interdit leur utilisation dans la plupart des cas dans le cadre d'une démarche visant à rétablir la sécurité atmosphérique.

Convention du patrimoine mondial Concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel: Ce traité révolutionnaire des années 1970 est à l'origine de la fondation de la protection internationale de l'UNESCO des merveilles naturelles et des monuments historiques jugés de la plus haute importance pour l'humanité. Il a créé la Liste du patrimoine mondial qui se compose de monuments culturels et d'éléments naturels.


5.1.2 : Lois et règlements environnementaux - Géosciences

Les réglementations environnementales du Mississippi ont été renumérotées et reformatées en 2013 conformément à la loi modifiée sur les procédures administratives adoptée par la législature de l'État, qui exigeait que toutes les agences de l'État aient une numérotation uniforme pour se conformer à un code administratif à l'échelle de l'État. Les règlements sont entrés en vigueur le 26 août 2013 et par la suite. Although the changes are not substantive, they affected the numbering and citation of all of the Mississippi Commission on Environmental Quality and the Mississippi Environmental Quality Permit Board regulations. While the numbering and citation of the regulations changed, the numbering, formatting and citation of the state environmental statutes remain the same. Beginning August 26, 2013, the regulations shall be referenced and cited consistent with standard form required by the Secretary of State.

The regulations may also be viewed in the Administrative Code located on the Mississippi Secretary of State website.
Use the drop down for “Agency Search” and select “Title 11 – Mississippi Department of Environmental Quality”, then click “Search.”


Lire la suite

EPA acknowledges Aboriginal people as the first peoples and Traditional custodians of the land and water on which we live, work and depend. We pay respect to Aboriginal Elders, past and present. As Victoria's environmental regulator, we pay respect to how Country has been protected and cared for by Aboriginal people over many tens of thousands of years. We acknowledge the unique spiritual and cultural significance of land, water and all that is in the environment to Traditional Owners, and recognise their continuing connection to, and aspirations for Country.


Voir la vidéo: Astrophysique: Neil Ibata, un jeune lycéen de 15 ans bouscule la théorie dEinstein